L'ogresse

Une minute de lecture

C’est une femme, la paupière avinée. Harnachée à son corps, l’odeur rance de la soupe oignonesque desquame ses pelures molles jusqu’au tout-à-l'égout.

Elle roule ses fesses amples comme des marmites de ragout et sous ses godasses vertes, les pavés se tassent comme les caribous quand on les prend en chasse. Elle tressaille et s’effondre sur un banc qui grince son décontenancement. Les pigeons se révulsent, leurs ardeurs printanières entravées par des relents d’angoisse.

Du buste du comédien (1800-1875), dont l’impassibilité est de mise depuis qu’on l’a planté, pédant, le regard à la merci des putrides passants, se décèle un rictus qu’il n’avait pas avant. L’air fonce, dégueulasse et l’eau croupie, bouillasse, laisse éclater des bulles au nez des hannetons. Un rat pelé détale, un platane s’enivre d’une chaude pisse.

Sur son banc, la gorgone a sorti d’une poche caverne, les doigts gourds et couverts de résidus visqueux, l’emballage lisse et jaune d’un carambar d’antan.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Belisarius
L'humanité colonise et s'étend dans le vide de l'espace, de plus en plus vite, de plus en plus loin.

Sur Alpha, la première de ces colonies, Helena compte parmi les individus chargés de la sécurité. Pour cette jeune femme de moins de trente ans, qui n'a jamais connu d'alternative à la vie standardisée, ce quotidien est souvent monotone et redondant.

Mais une panne générale va révéler un secret dissimulé par les plus hautes instances. Les autorités ne reculeront devant rien pour effacer toute trace de ce qui pourrait impacter leur mécanique parfaitement huilée. La vie d'Helena est sur le point de changer, et elle pourrait bien devenir le grain de sable le plus problématique de l'histoire humaine.
13
11
8
16
Défi
HarleyAWarren
Un petit texte en anglais, écrit dans le cadre d'un défi.

"La première fois que je l'ai vu, c'était à l'intérieur d'un bus. La première fois que je l'ai vu, c'était au milieu d'un incendie"
2
0
0
5
Sandrine Vandemeulebroucke

J' aimais tant écouté la musique
Maintenant le résumée de ma vie
C'est le silence, le vide 


Je les chantent dans mes souvenirs
Les fredonnent dans un soupir
Même si je n'ai plus vraiment le rythme


Ce grand trou me rend triste
Je combat farouchement cette envie
Celle de me laisser mourir
2
6
0
0

Vous aimez lire Tatoon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0