L'Enfer est pavé de bonnes intentions

9 minutes de lecture

Les arbres étaient des ombres menaçantes qui transperçaient le brouillard épais et se multipliaient sur la surface du lac sombre. A l’abris des lames transperçant du vent glacé d'outre-tombe, Perséphone somnolait contre la portière, ammitouflée dans sa cape. Chaque trou sur le chemin de terre la faisait sursauter et rendait ses hanches plus douloureuses. En face d'elle, Hadès fixait ses genoux. Ses long cheveux noirs avait perdu de leur éclat naturel dans l'atmosphère chaude et humide de l’habitacle.

Il commença à pleuvoir. Les trombes d’eau qui s’abattirent rapidement lui évoquait les larmes de sa propre génitrice lorsqu’elle avait quitté la maison.

Déméter était l’archétype de la mère protectrice. A peine entrée dans l’adolescence, Perséphone avait connu ce sentiment d’oppression que de telles femmes inspirent souvent. Interdiction de courir trop vite. On prenait le risque de tomber et de se blesser. Interdiction de côtoyer les enfants qui n’étaient pas - eux ou leurs parents - du goût de sa mère. Et interdiction suprême de s’éprendre d’un garçon, quel qu’il soit. Les hommes n’étaient que problèmes, des brutes sans cervelle. Mais les mauvaises expériences de sa mère n’avaient en rien dissuadé Perséphone quand elle avait rencontré son futur époux.

Elle se souviendrait de ce jour toute sa vie, le jour où sa vie avait radicalement changé. C’était un début d’après-midi ensoleillé. Cuisant sous leurs étalages, les marchands avaient démonté leur commerce plus tôt. Les jeunes gens s’étaient empressé de quitter les écoles pour se prélasser dans les champs. Il va de soit qu'une jeune fille comme elle ne devait pas rester enfermée, avait clamé sa mère en espérant que quelques heures sous le soleil feraient disparaître la peau désespérément laiteuse de sa fille.

Mais Perséphone détestait le soleil et haïssait la chaleur. L’été était synonyme de sueur, de petites bêtes pas gentilles du tout et d’une ribambelle de petits humains qui se faisaient sciemment griller au soleil. Chaque année, elle voyait les journées s’allonger avec appréhension. Les premiers cris « aigu » des piafs étaient l’indice que l’hivers tant adoré touchait à sa fin. Pour elle, il était là le véritable enfer.

Cet après-midi-là, sous la flamme ardente du soleil, Perséphone n’avait qu’une idée en tête : trouver le petit coin d’ombre qui lui permettrait d’échapper à l’été et aux bavardages et ricanements incessants de ses amies, soigneusement triées par sa mère. Déméter n’était pas venue cette fois-ci. Perséphone ne se souvenait plus de la raison de son absence, peut-être était-elle allée prendre le thé chez tante Héra ? En revanche, elle se rappelait parfaitement de l’air grave de sa mère quand elle lui avait fait promettre d’être prudente. Mais sa tête d’adolescente était préoccupée par bien d’autres choses que ses avertissements. Quelle aurait été sa vie aujourd’hui si elle avait écouté sa mère cette fois-là et ne s’était pas écartée du chemin ?

En sueur, elle avait fini par apercevoir ce qu'elle cherchait : un petit point d’eau protégé par des arbres. A l’abri de la sécheresse, la végétation avait prospéré. Les hautes herbes lui caressaient les chevilles lorsqu’elle marchait. Elle s’était installée au pied d’un châtaignier. Elle avait enlevé ses chaussures. Ses orteils frôlaient l’eau lorsqu’elle tendait les jambes.

Il n’avait pas tardé à apparaitre, l’homme qui changerait sa vie. Lorsqu’il évoquait ce jour-là, Hadès préférait raconter qu’il était sorti des entrailles de la terre, tout droit venu du sinistre royaume des morts, fier sur son char tiré par deux chevaux noirs, pour enlever la belle Perséphone. En réalité, c’est avec discrétion et patience qu’il s’était approché de l’objet de ses désirs.

Il était bien rare, encore aujourd’hui, qu’Hadès ne se promène à la surface, particulièrement une journée caniculaire comme celle-ci. Mais le travail de monarque des cadavres l’obligeait parfois à venir chercher lui-même les âmes qui n’acceptaient pas que leur vie s’arrête ici. C’est là qu’il l’avait aperçue, ce petit bout de femme, presque encore une enfant, assoupie au bord de cet étang. Sa chevelure brûlait d’un roux ardent et retombait délicatement sur cette peau si claire.

Il était resté un long moment à la contempler, peut-être quelques heures, caché derrière un arbre. Enfin, il avait tenté de s’approcher. Il s’était agenouillé près d’elle. Il aurait pu être facile de croire que la jeune femme était morte si sa douce respiration n’avait soulevé régulièrement sa poitrine. Elle était vêtue d’une simple robe courte verte comme celle que porte de nombreuses jeunes filles. Hadès s’était penché au-dessus d’elle. Elle ressemblait tellement à sa propre sœur, Déméter, qu’il avait longtemps cherché à séduire en vain. Voir cette jeune femme qui lui ressemblait tellement, aussi vulnérable, l’avait énormément troublé. Il avait doucement approché sa main gantée près de ce cou si gracieux.

Une violente gifle l’avait rapidement sorti de la torpeur dans laquelle la vue de cette déesse l’avait plongé.

- Va-t’en démon du marais ! avait-elle hurlé avec un sourire.

C’est à cet instant précis qu’Hadès avait su que cette excentrique jeune femme deviendrait sa femme. Il s’en était suivi une discussion farfelue dans laquelle il essaya de convaincre Perséphone qu’il était bien le souverain des Enfers.

- Que tu viennes tout droit de l’au-delà, pas de doute, avait-elle lâché après un court moment de réflexion. Il n’y a que là-bas où on pourrait porter un tel accoutrement en plein été !

Elle avait désigné le long manteau noir qu’il portait accompagné de ses longs gants et de ses bottes sombres. A cet instant, Hadès avait esquissé un sourire, qui avait rapidement disparu lorsque la jeune femme avait continué :

- Par contre, je doute que tu sois roi de quoi que ce soit.

- Pourquoi ? avait-t-il demandé en fronçant les sourcils.

Perséphone s’était alors dégagée et redressée avant de simplement ajouter, la tête haute :

- Un seigneur ne se prend pas de gifle.

Il fallait croire que ses règles ne s’appliquaient pas au souverain des Enfers, ou tout simplement à lui. Un cri lointain avait coupé court à toute discussion. Perséphone avait levé les yeux au ciel et tenté en vain de dompter sa chevelure flamboyante.

- Ce sont mes amies. Je dois rentrer, avait-t-elle lâché avec un soupir.

Hadès n’était un homme très courageux. Toute son enfance, il avait préféré laisser ses frères et son père décider pour lui. Après la guerre contre les titans et les géants, il avait cédé, à contrecœur mais sans résistance, la gouvernance des cieux, de la terre et des flots à Poséidon et Zeus. Ce jour-là, enivré par la beauté de la jeune femme, fut peut-être le seul moment de sa longue existence où il s’était montré courageux.

- Viens avec moi.

Il avait lâché ses trois mots comme s’il s’agissait de partir en balade. Mais un voyage dans les entrailles de la terre était un périple dont on ne revenait pas. Perséphone, elle, ne l’avait su qu’une fois arrivée à destination.

Curieuse et gourmande, elle n’avait pas refusé les mets exotiques qui lui avaient été offerts. Le premier d’entre eux, une grenade rouge, avait scellé son destin. Et les pleurs de sa mère auprès du roi des dieux n’avaient guère pu changer les choses. Celui qui consommait les fruits des jardins de l’Enfer, ne pourrait en ressortir. Zeus avait tout de même réussi à lui permettre de remonter à la surface durant la moitié de l’année.

Mais Perséphone ne pleurait pas sur son sort. Elle avait obtenu ce qu’elle voulait : quitter les bras de sa mère. Et si pour cela, il lui avait fallu s’unir au diable, elle ne le regrettait pas. Quelle ironie du sort ! La mère qui protégeait éperdument son enfant de toutes les bavures de la vie, avait fini par la pousser dans les bras de son propre oncle : Hadès, l’incarnation de la mort. Ainsi, Perséphone ne serait jamais veuve, mais porterait malgré tout le deuil pour l’éternité en tant que reine des morts. Tout comme sa mère, dont l’enfant était bien vivant mais pourtant perdu à tout jamais.

Elle se surprenait parfois à songer à la vie qu’elle mènerait sans ces évènements. Certainement aurait-elle fini comme cette dernière : seule. Elle la devinait à cet instant derrière les vitres du Palais de l’Olympe, attendant avec une impatience dévorante l’apparition de la calèche de sa fille à travers les bois.

A mesure que le paysage défilait, la brume se dissipait avec les premiers rayons du soleil. Les chemins en terre se faisaient plus larges, les arbres moins nombreux. L’odeur de la pluie était encore présente. Le faisceau de lumière qui transperçait la toison de verdure donnait un air divin à la scène.

Les occupants de la calèche furent encore ballottés plusieurs heures avant d'apercevoir enfin le portail qui signait la fin imminente de leur périple. Il était moins impressionnant que dans ses souvenirs. Ses yeux d'enfants avaient donné vie aux deux immenses aigles perchés sur les deux poutres dorées qui encerclaient le porche.

Les portes s’ouvrirent dans un grincement fracassant. La jeune femme redécouvrait les jardins qui avaient été son terrain de jeu préféré durant tous ces étés. Les bosquets de fleurs et la végétation luxuriante étaient autant de cachettes pour échapper à la horde de ses cousins et cousines. Les jardins étaient bien différents en ce début d'automne. Un magnifique tapi de feuilles rouges recouvraient le bord de l'allée principale.

Le palais apparut enfin derrière les arbres. Malgré le lierre envahissant la façade, témoignant d'un manque d'entretien, la magestuosité du château n’était pas à prouver.

Sur le pérront, Perséphone reconnut la silhouette généreuse de sa mère et ses longs cheveux bruns. Bien qu'elle était encore trop loin pour le voir, la jeune fille devinait son sourire. À ses côtés, et bien trop proche à son goût, se tenait un vieil homme. Il avait noué ses cheveux gris en une tressée qu’elle jugea ridicule. Elle ne se souvenait pas de l’avoir déjà aperçu mais son dernier voyage sur l'Olympe remontait à ses 14 ans. Durant les quelques mois qu’elle pouvait passer à la surface chaque année, il était pour elle hors de question de s’enfermer de nouveau entre quatre murs. La petite maison de sa mère en Armorie était aussi le moyen le plus facile d'échapper à son emprise et à ses sourires mielleux le temps d’une ballade.

Les chevaux firent haltes et ils descendirent, Hadès ouvrant la marche. Une odeur de bois mouillé sauta au nez de la jeune femme lorsqu'elle mit pied à terre. Le temps de prendre une bouffée d’air frais, deux bras l’avait déjà emprisonné de leur étreinte.

- Ma puce, tu m'as tellement manqué.

Perséphone n'eut pas le temps de protester. Un flot incessant de paroles s’échappa de la bouche de sa mère :

- Je trouve que tu as encore grandi, non ? Par tous les deux, que le temps passe vite … j’ai l’impression que c’était hier que je te nourrissait au sein. Tu es plus frêle qu'un brin d’herbe … Est-ce que tu manges bien ?

Elle foudroya Hadès du regard, comme s’il était la cause de tous ses maux. Après tout, c’était peut-être un peu vrai.

- Laisse-la donc un peu respirer, clama une voix d’un ton amusé.

Une silhouette apparut par l'encadrement de la porte. C'était une femme d'âge mur, les cheveux châtains. Elle avait toute la grâce et la prestance qui incombait à la souveraine de l'Olympe.

- Tante Héra ! hurla-t-elle de surprise.

Elle était accompagné d'un vieil homme que Perséphone reconnut comme son oncle Zeus. Il l’ignora entièrement et toisa Hadès d’un air sévère.

- Bienvenu mon cher frère, déclara-t-il avec une hypocrisie à peine dissimulé.

- Je vois, une fois encore, que tu es bien trop occupé pour accueillir ce cher frère à l'heure, répondit Hadès en soupirant.

Perséphone ne fit guère attention à ses querelles maintenant habituelles et s'approcha de tante Héra. Mais les deux frères n'avaient pas lair décidé à en rester là. Après un échange tumultueux et bref, Hadès lança :

- Tu sais ce que dirais père s’il était là, n'est-ce pas ?

La phrase de trop. Zeus fronça les sourcils. Sa bouche se tordit en un rictus détestable. Il semblait sur le point de fondre sur le pauvre Hadès tel un faucon sur sa proie.

- C'est assez ! fit Héra.

Elle n’avait même pas eu à crier. Le charisme de cette femme avait de quoi rendre jaloux tous les seigneurs et gouverneurs.

Alors qu’ils entraient enfin dans le palais, Perséphone se jugea qu’elle parviendrait à découvrir ce que leur père Cronos leur avait bien fait pour qu'ils le détestent tant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
PM34

Je sors du frigo une boite de thon, et la mayonnaise qui va avec, ainsi qu'un reste de pommes de terres et de ratatouille. Comme toujours quand je suis seul à la maison, je mange les restes. Je met le tout au micro-onde. S'il n'y a pas de restes je me fait des pâtes, j'ai toujours la flemme de faire plus compliqué que ça. Les cuisiniers parmis vous trouveront ça triste.
Je mélange les restes, réchauffe le tout, rajoute de l'emmental rapé et passe à table. Le gout est altéré par les quelques jours passés au frigo, les pommes de terres sont molles, mais ça ne me dérange pas. Je mange vite, bois quelques verres d'eau, et mets mes couverts au lave-vaisselle.
Je retourne sur l'ordinateur.
2
3
2
1
aziilys
Depuis qu'elle est enfant Calliope fait d'étrange rêve. Lorsqu'un jour elle rentre chez elle et découvre l'existence d'un ancien miroir caché dans son grenier elle se retrouve projetée dans un autre monde : Eternal.
Son admiration devant ce monde aussi fascinant que terrifiant est de courte durée : Eternal est en train de mourir.
Une chose abritant la noirceur des ténèbres menace la survie de l'Altas Mea dans lequel repose toute forme de vie existante à Eternal.
Calliope le sait, avec l'aide de Priam, un jeune elfe de qui elle tombe éperdument amoureuse, elle doit sauver ce monde avant qu'il ne tombe en ruine.
6
10
106
13
Colphi

Oiseau.... Comme un oiseau j'aimerais voler. Me dissocier du monde, voir la terre d'en haut. Me sentir léger, quitter la pesanteur. Pouvoir me poser tout en haut d'un édifice, et laisser mon regard s'aventurer sur ce qu'il y a en bas. Jouir de la sérénité et du silence. Et sous un regard différent, trouver que ce monde est beau. Loin du tumulte, de la foule, des rumeurs, du bruit, des cris, de la laideur. Prendre encore plus de hauteur et me dire que plus les choses rapetissent, plus elle deviennent insignifiantes et se confondent au paysage, aux creux, aux monts, aux océans. Encore un peu plus haut et j' admire une palette de couleurs qu'un peintre magicien à posé là dans un moment de grande inspiration. Et ce silence apaisant. Encore un tire d'ailes et me voilà dans le confort cotonneux des nuages. Je suis un fruit perdu dans un océan de crème fouettée. Je me disperse et m'abandonne à cette volupté. J'oublie que l'altitude m'éloigne de moi et des miens. Une pensée soudaine m'effraie : et si je ne pouvais plus redescendre? Si cette distance m'éloignait à jamais de ma vie? Je veux rebrousser chemin, retrouver la grisaille, la pollution, les klaxons et les râleurs. Les embouteillages et le métro. Finalement, les rêves servent à cela : se dire que la réalité, malgré tout ce qu'elle a de banal, est notre meilleure zone de confort.
1
4
1
1

Vous aimez lire Camille Fieschi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0