CHAPITRE 57 : « Centre hospitalier De Bierne » « Xiao »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 57 : « Centre hospitalier De Bierne » « Xiao »

Xiao se tourne alors vers lui en faisant celui qui est surpris par la réponse.

- Parce que tu prévoyais de te reposer ? Première nouvelle !!
- Tu m’as parfaitement compris alors ne fais pas celui qui n’a rien capté s’il te plaît. D’ailleurs en parlant de ça, je dois vous laisser pour rejoindre les autres et ne pas faire celui qui les snobe, profitez-en pour vous retrouver tous les deux. J’imagine bien que vous avez beaucoup de choses à vous raconter depuis que vous ne vous êtes pas vus.

Hoshio n’attend pas de réponse qu’il les quitte déjà d’un bon pas, non sans se retourner avec un grand sourire en fixant cette fois Nicolas.

- J’espère qu’on s’entendra bien tous les quatre, tu es encore mieux que « Xi » t’avait décrit et je ne parle pas que du physique, on se revoit ce soir.

Il leur tourne alors le dos avec un petit signe de la main, Nicolas le regarde un long moment jusqu’à ce qu’il disparaisse de sa vue et revient ensuite reporter son attention sur Xiao qui l’observait sans rien dire.

- Quoi ?
- Rien !! Je me rends compte quand même que mon petit copain te fait de l’effet ! Hi ! Hi !
- J’imagine que tu dois en avoir l’habitude.
- Comment ça ? Explique-toi !!
- Comme si tu n’avais pas compris, qui ne se retournerait pas devant un petit gars comme lui ? D’ailleurs c’est aussi bon pour toi.
- C’est pour ça que ton rêve depuis toujours est de me mettre dans ton lit ?
- Oh !! Je veux bien aussi aller dans le tien.

Le petit sourire de connivence qu’ils se lancent alors n’est possible que grâce à toutes ces années passées ensemble depuis leurs premiers pas.

Pourtant une partie du reste du trajet se fait en silence, prouvant que quelque chose pose sinon problème, du moins demande à être expliqué.

C’est Xiao qui le premier dit tout haut ce qu’il pensait depuis quelques minutes tout bas.

- Peut-être serait-il bon de ne pas se précipiter, qu’est-ce que tu en penses ?
- Par… pas se précipiter, tu parles de sexe ?
- Hum… oui !!
- Tu te dis que ce n’est pas naturel et que quand tout redeviendra à la normale, nous risquerions de le regretter ?
- C’est un peu ça en effet, je trouve que non seulement c’est beaucoup trop rapide mais qu’en plus il n’y a plus aucune barrière qui nous retient.
- Tu parles de toi avec Hoshio ou de vous avec vos deux autres amants ?

Xiao réfléchit pour être certain que sa réponse reflétera bien sa pensée.

- Les deux en fait !! Tu connaissais bien ma position au niveau des relations entre hommes et là en quelques instants, je suis tombé amoureux fou de lui. Pour les deux autres c’est pire puisqu’on a été les rejoindre dans leur chambre complètement nus alors qu’ils étaient déjà en plein boum !!
- Wouah !! Ça, c’est osé en effet, je ne sais pas si j’aurais pu le faire !! Quoiqu’en y repensant, avec Alan et Mickaël ça a été plutôt rapide aussi.

Il raconte en quelques phrases comment ils se sont retrouvés à faire l’amour, alors qu’ils venaient tout juste d’arriver sans même prendre le temps de leur laisser déballer leurs affaires.

- Tu comprends pourquoi je ne souhaite pas précipiter les choses, avant ça je dois savoir si que ce soit du côté d’Hoshio, « d’oncle Flo », ou d’Alexandre, il n’y aurait pas un moyen de se protéger de ce pouvoir qu’ils ont ou semblent avoir à nous rendre dépendants du sexe au point d’éprouver le besoin d’avoir autant de partenaires.
- N’attige pas quand même, on parle de deux personnes pas d’un régiment !!
- Ah oui ? Tu es sûr de ce que tu dis ? Si je compte bien avec nous deux ça fera six et j’avoue qu’il y en a d’autres à qui je pense qui pourraient très vite dépasser sinon le régiment à tout le moins une équipe de foot !!
- Avec ou sans les remplaçants ?

Xiao s’arrête pour fixer son meilleur ami, il reconnaît le mode foutage de gueule qui lui est propre, aussi lui répond-il sur le même style.

- Sans doute avec oui ! Hi ! Hi ! On s’arrête là sinon on va finir par inclure les supporters !!
- Sérieux « Xi », tu n’as jamais eu envie de nous deux Tom ?
- Tu veux dire après avoir quitté le complexe pour l’école ?
- Aussi mais je pensais surtout avant ?
- Avant… honnêtement… non !!

Xiao voit la tête de « Nico » se décomposer, il croit alors bon de préciser pour pas que son ami ne se fasse pas un mauvais film.

- Mais je ne pensais pas plus aux filles !! Disons que je n’étais pas encore prêt pour penser au sexe…

Il sourit devant la grimace de son ami.

- … tout le monde n’est pas comme j’en connais deux ! Hi ! Hi ! Au fait, juste par curiosité, quel âge vous aviez quand vous… enfin la première fois.
- Très jeune ! Hi ! Hi ! On n’avait pas encore de poils ni l’un ni l’autre, c’est pour te dire.
- Ah !! Quand même !! J’imaginais plus vieux.
- Bah non tu vois, faut dire que Tom est pire que moi à ce niveau et qu’il a bien fallu que je suive ! Hi ! Hi !
- Il n’a pas dû te forcer beaucoup.
- Hum !! Un peu quand même au début, parce que je pensais déjà à quelqu’un d’autre à cette époque.

Le regard posé sur lui suffit à Xiao pour comprendre de qui il s’agit, aussi préfère-t-il changer de sujet ou tout du moins le détourner vers quelqu’un d’autre.

- Pour vous deux il n’y a pas de questions à se poser puisque Alexandre n’était pas encore à suivre ses cours au complexe.
- Oui mais ça aurait pu venir « d’oncle Flo ».
- Je ne pense pas sinon j’aurais été autant atteint que vous.

Un nouveau moment de silence avant que ce soit cette fois Nicolas qui reprenne la parole.

- Donc on ne fera rien ensemble pour le moment ?
- Si on peut y résister, non !! Ça t’ennuie donc tant que ça ?
- Je serais un parfait menteur que de te répondre que non, n'oublie pas que pour moi ça ne date pas d’hier !! Mais je comprends bien tes raisons, tu as peur que plus tard nous nous entendions moins bien du fait d’avoir cédé à quelque chose qui t’a en quelque sorte forcé la main et que tu ne ressentais pas réellement.
- J’avoue qu’il y a cette possibilité, quoique maintenant que j’ai trouvé ma voie ce serait étonnant. Pourtant il y a au moins deux autres raisons qui demandent que je ne me précipite pas, la première c’est Hoshio et notre couple, qui dit qu’une fois cette « folie » passée nous pourrions encore nous regarder dans les yeux.
- Pourtant c’est déjà trop tard il me semble ?
- Oui et non, il y a une différence entre quelque chose qui nous est arrivé un peu comme une nouvelle expérience et quelque chose qui sera notre façon de vivre.
- Je comprends, même si personnellement je n’adhère pas vraiment à ce qui me semble être des préjugés surannés. L’autre raison ?

Xiao hésite, ce que voit bien son meilleur ami qui du coup commence à flipper.

- Ça me concerne ?
- Mais non !!
- Alors quoi ??
- Depuis que tout cela a commencé, je…
- Oui, quoi ??
- Je pense à vous deux Tom avec beaucoup d’envie mais aussi de remords que vous ayez appris ma liaison par quelqu’un d’autre, mais… il y a quelqu’un d’autre dans mon esprit et bien que ça me fasse rire rien qu’à l’idée, je… j’y pense de plus en plus sérieusement.

Nicolas émet un son bizarre, autant surpris, qu’amusé que ce soit la personne à qui il pense également et qui ma foi a été aussi de nombreuses fois l’objet des fantasmes les plus fous du jeune couple qu’il forme avec Tom.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0