CHAPITRE 55 : « Centre hospitalier De Bierne » « Afrique »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 55 : « Centre hospitalier De Bierne » « Afrique »

« Le lendemain après les cours. »

Le bus affrété spécialement pour emmener la petite bande jusqu’à l’aéroport le plus proche a à peine refermé ses portes et parcouru quelques centaines de mètres, qu’aussi bien Hoshio que Xiao, sont déjà endormis la tête sur l’épaule de l’autre sous les regards moqueurs de leurs amis.

Tomoya et Shun semblent intarissables comme à chaque fois qu’ils se retrouvent ensemble alors que Takuma observe d’un œil inquiet le visage sans expression d’Hayato, devenu indéchiffrable depuis qu’il lui a avoué la nuit agitée qu’il a passée dans les bras de deux de ses copains.

Keisuke placé de l’autre côté du passage central à un rang en arrière d’eux voit bien le manège et regrette d’avoir cédé aussi facilement aux démons du plaisir, sentant le souffle de la respiration de son amant qui lui murmure alors à l’oreille.

- Il y a de l’eau dans le gaz on dirait.
- Il fallait bien s’y attendre.
- Bah !! Ce n’est pas comme si nous l’avions forcé non plus, en douce il ne manque pas d’atouts le petit.

Keisuke esquisse un sourire, reconnaissant volontiers que son coloc a raison à ce sujet et que le petit Takuma a non seulement un corps de rêve mais est pourvu également d’une vigueur et d’une souplesse inattendue.

Pourtant avec le recul de la journée, il n’en revient toujours pas du naturel avec lequel ils l’ont accepté, alors qu’il n’avait jamais été dans son intention de se partager lui et Hiroki avec quiconque.

La tête d’Hayato montre bien qu’il lui a tout avoué ce qui est déjà en soi une preuve d’honnêteté, le hic apparemment c’est que son chéri ait un dortoir éloigné et qu’il ne soit pas touché par ce qui les rend eux aussi chauds au point de ne pas pouvoir se contrôler et d’avoir des relations multiples.

Il profite de ce que Takuma jette un regard vers eux pour lui faire signe d’inverser de place, un sourire pâlichon et reconnaissant lui montre qu’il a compris la raison de sa demande, un bref « merci » le lui prouve quand ils échangent leur siège.

Hiroki voit bien entendu le manège et s’efforce de réconforter son petit copain, les turpitudes sexuelles de la dernière nuit lui ayant amené envers lui des sentiments beaucoup plus profonds que jusqu’alors.

- C’est bien de le lui avoir dit !!
- J’espère qu’il comprendra.
- S’il tient à toi, il te pardonnera !! « Kei » doit en être à lui expliquer l’espèce de vent de stupre qui règne dans notre aile de dortoirs, il en est impacté lui aussi même si c’est à moindre mesure mais il doit bien ressentir un changement en lui depuis qu’il est avec nous.

Takuma fixe un instant son ami avec un petit sourire qui cette fois montre plutôt la reconnaissance à ses paroles.

- Je ne regrette pas tu sais !!

Hiroki lui rend son sourire.

- Nous non plus et même si notre rapprochement ne semble pas très naturel, j’avoue que je ressens pour toi quelque chose de déjà très fort.
- Moi aussi…

Le regard de Takuma revient sur son amant qui écoute visiblement attentivement les explications qui lui sont données, son visage étant passé entre-temps de fermé à attentif.

- … si seulement…

Bien qu’il ne termine pas sa phrase, Hiroki comprend bien le vœu de Takuma et un bref regard lui suffit sur le grand gaillard tout en force musculaire qu’est Hayato pour qu’il acquiesce de la tête, fantasmant alors sur tout ce qu’ils pourraient vivre comme découvertes et nouveaux plaisirs tous les quatre.

À cette pensée, ses yeux dévient pour chercher du regard Toshio qui à l’avis de tous est le principal instigateur de toutes ces pensées fort peu sages qui les prennent de plus en plus fréquemment.

C’est l’arrivée du bus sur le tarmac qui sort tout le monde de ses pensées propres à chacun, tous pourtant voient bien la façon protectrice avec laquelle Hayato accueille son chéri à la sortie du bus, ceux impliqués comprenant alors que tout devrait très vite être pardonné.

Le jet de la DBIFC les attend escalier déployé avec l’hôtesse souriante qui les accueille dans un Japonais académique presque parfait et leur indique leur place en leur confiant à chacun un badge spécifique à leur nom qui leur permettra d’avoir accès aux zones autorisées du complexe De Bierne durant leur court séjour.

***/***

« Centre De Bierne »

Yuan et Patricia sont les premiers à venir accueillir leurs visiteurs, trop pressés de revoir leur fils qui leur a manqué beaucoup plus qu’ils ne l’auraient pensé à son départ.

Ils se rendent vite compte qu’il en est de même pour Xiao qui à peine sorti du bus, s’élance vers eux pour les serrer dans ses bras avec une joie et une émotion manifeste.

C’est dans ce contexte particulièrement prenant de retrouvailles, qu’Annie arrive à son tour et sa curiosité ciblant tout particulièrement les enfants de Thomas et de Florian, facilement reconnaissable autant l’un que l’autre si ce n’est la surprise de croiser le visage de Shun qui la rend soudainement songeuse.

Patrice accompagné par deux hommes en tenue de sécurité du complexe arrive à son tour, se présente et prend rapidement en charge le groupe de jeunes pour les amener là où ils vont passer les deux nuits parmi eux.

Le décalage horaire trouble visiblement ceux qui ne l’ont jamais vécu et qui étant partis en soirée après avoir passé la nuit en vol ; se retrouvent en fin d’après-midi sans avoir vu la journée passer.

Xiao va pour emmener Hoshio dans sa propre chambre quand il s’arrête en regardant ses autres amis suivre le personnel que Patrice a mis à leur disposition pour les guider dans le vaste complexe, quand il ne trouve plus l’idée aussi bonne et préfère suivre lui aussi le mouvement pour qu’ils puissent rester tous ensemble.

Il sera bien temps plus tard quand ils reviendront seuls de partager sa chambre avec son chéri, ce dernier ne s’étant aperçu de rien et regardant d’un regard d’enfant autour de lui, visiblement subjugué par tout ce qui l’entoure.

***/***

« Quelques heures plus tard. »

Tous profitent du moment de quartier libre après le dîner pour visiter un peu, sans aller trop loin non plus afin de ne pas se perdre dès les premières heures.

Xiao et Hoshio se retrouvent donc seuls pour la première fois depuis leur arrivée et discutent à bâtons rompus tout en marchant et en s’éloignant du complexe en direction de la petite ville attenante.

L’idée première de Xiao étant de faire la surprise à l'un de ses meilleurs amis, lequel il doit bien se l’avouer lui ayant manqué plus qu’il ne l’aurait cru à son départ.

Hasard, destin ou chance, le fait est qu’il le voit seul, assis sur l’un des nombreux bancs bordant la courte route entre les deux destinations.

Hoshio le remarque au même moment, ignorant bien entendu qui est ce garçon mais déjà ressentant à sa vue quelque chose de spécial qui lui fait ne pas le quitter des yeux alors qu’il se rapproche de lui au fur et à mesure de leur marche.

Il va pour poser la question de qui il est à Xiao en lui donnant son ressenti, quand il s’aperçoit que la direction que prend son chéri les emmène droit vers lui.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0