CHAPITRE 51 : « Shanpaï » « Xiao »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 51 : « Shanpaï » « Xiao »

« Le lendemain matin, veille d’un grand week-end de cinq jours. »

Quand Xiao se réveille, il regarde avec surprise autour de lui quand les souvenirs de la nuit lui reviennent et qu’il se redresse en cherchant ses amis du regard, ne s’attendant manifestement pas à se retrouver seul dans une chambre qui n’est pas la sienne.

Il a donc vite fait de se lever et de traverser le couloir pour rejoindre sa chambre, étonné encore une fois de n’y trouver également personne alors qu’il s’attendait a minima à y retrouver son chéri.

Une bonne douche, suivi d’un habillage rapide et le voilà dévalant quatre à quatre l’escalier pour se rendre à la cafétéria où il les aperçoit, tous installés à leur table de prédilection.

Le regard moqueur de ceux qui ont passé avec lui cette nuit agitée est très vite suivi par celui curieux des autres intervenants, faisant rougir de gêne Xiao qui malgré tout reste on ne peut plus timide sur certaines choses de la vie.

Tomoya et Shun se donnent un clin d’œil de connivence alors que le premier s’adresse à lui.

- Paraît que la nuit a été particulièrement fatigante ?

Le grand blond capte le regard courroucé que lance Xiao à Kaito, ce dernier faisant un signe véhément de la main qu’il n’y est pour rien.

Pourtant ces quelques secondes sont suffisantes pour amener le doute et Shun qui suivait avec attention les réactions de ses amis, n’en est pas dupe bien qu’il s’étonne quand même à la pensée qui lui vient.

- « Tom » pensait qu’il vous était arrivé la même chose qu’à tout votre dortoir, mais apparemment ce n’est pas aussi simple.
- Qu… qu’est ce qui te fait dire une chose pareille ? Et d’a… d’ailleurs de… de quoi tu parles ?

Shun se retourne vers la salle en montrant la tête dans le sac de ceux de la classe de Xiao.

- Crois-tu vraiment qu’il y ait besoin d’un dessin, si oui je présume qu’il serait classé « x » ! Hi ! Hi !

Tomoya comme ceux du groupe qui ne participent pas à la mise en boîte, ne manque pas néanmoins de froncer le front sur une partie de la phrase de son frère.

- Qu’est-ce qui pour toi n’est pas si simple ?

Devant les regards de ceux concernés portés sur lui, Shun comprend qu’il ne serait pas bienvenu qu’il déballe leur intimité au beau milieu de la cafétéria où déjà les oreilles curieuses se tendent dans leur direction.

- Hum !! Rien de bien méchant, je te dirai ça quand on sera quelque part où les curieux ne seront pas à l’affût.

Disant cela, plusieurs têtes reprennent leurs positions en comprenant qu’ils s’étaient fait capter et les deux frangins redeviennent attentifs à leurs amis qui semblent visiblement soulagés qu’ils ne poussent pas plus loin leur interrogatoire.

- Mais vous ne perdez rien pour attendre les gars, j’ai l’impression que vous nous cachez quelque chose et je m’en vais faire en sorte de vous tirer les vers du nez ! Hi ! Hi !

Le grand rouquin ricane soudainement en prenant la parole pour faire ce qui lui semble un bon mot mais qui met la conviction aux deux nouveaux frangins qu’ils avaient vu juste alors qu’ils n’en étaient pas réellement sûrs.

- Tu y es presque mais ce n’était ni un ver, ni le nez ! Hi ! Hi !
- C’était donc bien ça au final !! Eh bien mes cochons, vous auriez pu nous inviter à la fête !!
- Pourquoi ça t’aurait fait plaisir ? La prochaine fois on te fera signe alors !!

Le visage de Takuma s’empourpre au plus grand plaisir de toute la tablée et bien sûr d’Hoshio qui n’étant jamais le dernier à la mise en boîte, en rajoute aux paroles de Kaito.

- Mais c’est vrai en plus !!
- C’est vrai quoi ?
- Je n’avais pas remarqué tes petits yeux tellement j’étais monopolisé par ceux des autres tables.
- Ça veut dire quoi ?
- Que tu as dû toi aussi jouer toute la nuit avec la bête, je me trompe ?

Devant la gêne flagrante de son coloc, Tomoya lui vient en aide.

- Si tu avais bien regardé tu te serais aperçu qu’il n’était pas le seul à cette table sans compter vous quatre !!

Hoshio regarde les deux frangins en les montrant ensuite du doigt tour à tour avec amusement.

- Alors comme ça vous deux… vous aussi… vous… non !!
- Pourquoi sembles-tu aussi surpris de l’apprendre ? Ce n’est pas comme si c’était de notre volonté en plus, enfin si mais pas que !!

Devant la question qui ne va pas manquer d’être posée, Tomoya préfère prendre les devants avant qu’ils supposent des choses beaucoup plus osées qu’elles ne l’ont été réellement.

- Je te vois venir alors je préfère t’arrêter tout de suite, disons pour faire court qu’on s’est contenté de faire comme « Tak ».
- Mais un nombre insensé de fois !! Je me demande bien ce qui nous a pris !!

Hoshio rougit une fois encore, étant le premier concerné dans la nuit mouvementée qu’a passée tout le dortoir et celui qu’il a encore du mal à voir comme son frère n’y ayant pas échappé alors qu’il n’avait eu qu’une pensée pour Tomoya en comprenant les « dégâts » collatéraux que leur petite orgie a occasionnés.

Xiao voit bien la déception chez certains en comprenant à demi-mot ce qui s’était passé et d’avoir été laissés à l’écart, reconnaissant quant à lui qu’il n’avait pas eu lui-même l’intention de vivre cette nuit plutôt inattendue et que seul son chéri en a été bien involontairement l’instigateur, tout du moins au début.

Pourtant là où il s’attendait à ressentir une certaine gêne pour ne pas dire de la honte, il doit bien reconnaître que ça lui a particulièrement plu et qu’il serait sans doute une nouvelle fois partant à l’occasion et pourquoi pas avec ceux-là mêmes qui semblent déçus d’avoir été mis à l’écart.

Il se secoue devant cette étrange idée qui vient de lui traverser l’esprit, essayant de changer de sujet pour se libérer la tête de ces pensées plutôt scabreuses qui le prennent.

L’envie soudaine d’aller passer le long week-end qui s’annonce à retrouver sa famille et ses amis au complexe lui vient alors, prenant sa décision dans la foulée de ne pas résister à cette envie soudaine.

Il se penche discrètement vers Hoshio pour lui en parler et lui proposer de venir avec lui, l’idée maintenant étant bien ancrée dans son esprit tout comme l’image omniprésente qui lui vient de quelques-uns de ses meilleurs amis qui vont avoir la surprise de sa visite imprévue.

- Tu es dispo ce week-end ?
- Pourquoi donc ?
- Pour venir avec moi chez mes parents.
- En Afrique ? C’est cool ça !! Bien sûr que je suis libre, de toute façon où voulais-tu que j’aille ? Tu vas pouvoir me présenter à tes amis comme ça, j’ai hâte de les connaître depuis le temps que tu m’en parles.

Le trouble reprend alors Xiao, un trouble du genre qu’il commence à bien connaître et à lui mettre les sens en ébullition, son entrejambe lui envoyant un rapport de situation alarmant.

« Quel con… mais quel con. » est la seule pensée qui lui vient d’avoir toujours ignoré les allusions parfois à la limite du scabreux de ceux qui faisaient tout pour lui faire comprendre l’envie qu’ils avaient de lui et de l’intégrer comme partie prenante à leur couple et non pas juste pour jouer avec lui pour le jeter ensuite, comme il leur avait répondu plutôt sèchement un jour qu’il était de mauvaise humeur.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0