Chapitre 29 : « Centre hospitalier De Bierne » « Tom »

6 minutes de lecture

Chapitre 29 : « Centre hospitalier De Bierne » « Tom »

Mickaël n’en revient pas et fixe Tom comme s’il avait un alien devant les yeux, Nicolas se frotte les bras de la fulgurante chair de poule qui l’a pris comme à chaque fois que son chéri se montre aussi réceptif aux attouchements qui lui déclenchent cette sorte de comportement pour le moins excitant et qui bien souvent se termine quand les corps n’en peuvent plus, après une frénésie sexuelle hors du commun.

Le corps de Tom pris à l’évidence dans un plaisir des plus jouissifs, joue alors un ballet tout en lascivité et sensualité, qui met le pauvre Alan dans un tel état qu’il ne se contrôle bientôt plus, arrachant quasiment ses vêtements pour se retrouver nu et bandé, alors que le jeune Massaï se rue déjà sur son sexe pour lui faire remplacer le vide laissé par son doigt.

Les deux autres comparses assistent à la scène avec un étonnement qui pourrait sembler assez comique pour qui les verrait en ce moment présent, le déchaînement du couple étendu sur le canapé ressemblant plus à une copulation animale qu’à autre chose.

Le concert de geignements et de grognements se termine en apothéose quand l’orgasme les prend, libérant les dernières barrières dans un ensemencement puissant qui amène la libération du jeune Massaï sous un cri rauque de pâmoison.

Mickaël prend Nicolas par la taille en lui donnant quelques petites poussées pour le faire avancer vers la chambre, son intention très claire fait sourire ce dernier tout autant excité que lui par le spectacle auquel ils viennent d’assister.

Les shorts de nuit sont distendus à outrance, avec à la pointe de l’érection une tache bien visible démontrant si besoin était le degré d’excitation qui les pousse maintenant irrésistiblement l’un vers l’autre.

La porte claque, le lit fait entendre ses protestations dans des grincements tout d’abord anarchiques mais qui rapidement deviennent plus rythmiques, ne laissant aucun doute à ceux restés dans le salon sur l’activité en cours.

Tom se lève en entraînant Alan avec lui, ce dernier le suit avec difficulté tellement il est en manque d’énergie après la joute sexuelle qu’il vient de connaître.

Pourtant la vue du sexe redevenu bien bandé de Tom, lui redonne soudainement l’envie alors qu’il était persuadé quelques secondes plus tôt que c’en était fini pour la soirée.

Son corps apparemment ne pense pas comme lui et déjà sa hampe se redresse pour venir fièrement se plaquer contre son abdomen, la vision qu’il a alors en entrant dans la chambre lui fait oublier sa fatigue et suivre Tom qui rejoint leurs chéris en montrant bien son intention de participer.

Mickaël prenant Nicolas en levrette lui révèle un fessier musclé et nerveux qui allume une facette peu courante chez lui qui est habituellement passif, l’envie d’investigation pourtant se fait sentir et c’est sans trop se poser de questions sur cette envie aussi soudaine qu’inhabituelle, qu’il vient se positionner derrière Mickaël et l’investir, alors que ce dernier était planté bien au fond d’un Nicolas haletant comme un jeune chiot sous la saillie virile.

Alan hésite entre les deux extrémités qui se présentent à lui, il finit par se décider à rejoindre Nicolas pour une fellation plutôt que s’essayer à des prouesses de haute voltige en prenant la queue du petit train.

Bien lui prend d'avoir ainsi décidé car à peine présenté devant le visage du beau « Nico », son sexe se retrouve englouti avec gourmandise et traité avec une passion qui lui amène des frissons partout sur le corps.

Il lui attrape alors fermement le haut de la tête pour lui donner le rythme qui convient afin qu’il profite le plus longtemps possible de cette gâterie lui semblant divine et qui, sinon il le sent bien, se terminerait bien trop vite à son goût.

***/***

« Le lendemain matin. »

Nicolas est le premier à émerger du sommeil après cette nuit ayant été encore cette fois des plus agitées, il jette un bref coup d’œil tout en sentiment sur ses trois compagnons encore endormis avant de se lever pour prendre l’air, l’atmosphère de la chambre encore « parfumée » par les multiples accouplements de la nuit.

Il enfile vite fait un short pour se retrouver dehors, à respirer à pleins poumons l’air vivifiant venant de la jungle toute proche.

Il s’étire comme un félin, inconscient de ce que peut amener comme désirs son corps souple et musclé, d’une beauté transcendantale quasi parfaite où chaque muscle se dessine sans nul besoin d’en rajouter.

Il ne voit pas la personne qui s’est arrêtée dans son jogging matinal et qui l’observe avec une lueur d’étonnement et d’intérêt soudain dans le regard.

Étonnement de le trouver là si tôt le matin dans cette tenue minimaliste, d’intérêt de découvrir cette plastique parfaite qui se détend visiblement avec une lascivité qui le marque profondément.

Alexandre a bien reconnu Nicolas, seulement il le voit là sous un nouveau jour et surtout sans masque, découvrant une jeunesse saine et qui de se croire seul à ses exercices d’étirements, laisse apparaître une facette nouvelle de lui qui ma foi ne le laisse pas de glace.

Alexandre est le premier à s’en étonner, n’ayant jusqu’à présent jamais répondu aux appels du pied de ce garçon, le trouvant trop jeune pour lui.

Un sourire amusé lui vient alors en pensant qu’avec Florian il a été gâté question apparente jeunesse, ce dernier faisant assurément beaucoup moins mature que le jeune homme en face de lui et toujours inconscient de sa présence à le dévorer sur toutes les coutures.

Lui qui court depuis déjà un bon moment dans le but de se vider la tête de toutes ses questions existentielles qu’il a sur sa propre personne depuis ces derniers jours, il replonge en plein dedans en se rendant compte où ses pensées l’emmènent.

Un dernier étirement venant de Nicolas et qui le met particulièrement en valeur, lui amène une forte bouffée de chaleur de l’envie soudaine qu’il ressent d’un contact physique avec lui.

Son esprit libérant une imagination fertile qui les montre à lui corps contre corps, enlacés à se câliner à l’envi en s’embrassant langoureusement avec un plaisir évident.

Nicolas finit par le remarquer et s’étonne de le voir là avec cette expression lunaire, visiblement perdu dans ses pensées à le fixer sans le voir, du moins le croit-il.

Il s’avance donc vers lui tout sourire, se disant que peut-être trouvera-t-il les bons mots pour que cette fois ce garçon qui lui plaît vraiment depuis le premier jour où il a croisé son chemin, ne le rejette pas une fois de plus.

Il se rend bien compte qu’Alexandre est en pleine rêverie, n’osant même pas imaginer qu’il pourrait en être la cause et se retrouve bientôt presque nez à nez à le dévisager avec un intérêt certain.

- C’est de m’avoir vu qui te rend aussi perdu dans tes pensées, ça doit t’avoir fortement marqué j’imagine ! Hi ! Hi !

La voix s’adressant à lui sort Alexandre de sa torpeur, effaçant les images sentimentalo-érotiques qui l’avaient rendu aussi peu attentif.

Un sourire lui vient quand la question posée prend forme dans son esprit alors que son regard plonge dans le puits lui semblant sans fond du regard de celui pour qui soudainement il s’aperçoit commencer à éprouver des sentiments.

- Sans doute oui !!

La surprise de la réponse alors qu’il s’attendait à une fin de non-recevoir comme celle qu’a eue Tom en se faisant se remettre vertement en place, marque alors si profondément Nicolas qui n’ose encore pas espérer d’en avoir déchiffré la signification.

- Hein !!!
- Difficile pour moi de dire le contraire, j’avoue que je viens de te découvrir sous un autre regard.
- Je n’ai pourtant pas changé !
- Peut-être est-ce moi, va savoir.
- Tu es sérieux là ?
- Hum !! Je ne sais pas trop en fait, je te laisse à tes étirements et je vais continuer mon jogging, on aura sûrement l’occasion d’en parler quand tout sera plus clair dans ma tête.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0