CHAPITRE 22 : « PENN » « Voldarian »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 22 : « PENN » « Voldarian »

« Le lendemain matin à l’aube. »

Comme à l’accoutumée, la grande table conviviale regorge de mets que leur offre sans compter la nature et déjà beaucoup y sont attablés quand arrive par couple le groupe s’apprêtant à rejoindre le vaisseau pour poursuivre leurs recherches.

Voldarian commence à bien tous les connaître, il comprend donc que les deux nuits qui devaient être réparatrices ont eu l’effet inverse.

Les yeux bouffis des trois couples en dit plus long sur leurs activités nocturnes que n’importe quelle parole, c’est donc d’un simple soupir montrant bien sa désapprobation qu’il les accueille à table.

Ce n’est qu’après avoir vidé plusieurs bolées de boissons chaudes revigorantes et avalé quelques mets succulents, qu’ils commencent tous à reprendre des couleurs et à s’intéresser au programme des prochains jours.

Il est comme de bien entendu nécessaire d’expliquer à Mathis l’historique de leur recherche, ce dernier faisant les yeux ronds en comprenant qu’ils ne sont pas là que simplement pour passer du bon temps.

- Vous pensez réellement trouver des personnes vivantes dans le vaisseau ? Après autant de temps ?

- Si les cellules de stases sont toujours alimentées, alors il y a de grandes chances.
- Ce n’est pas toi qui m’as dit juste avant que l’énergie était absente à part la première section qui s’est réactivée ?
- De ce que je me rappelle de ce genre de vaisseau, il était compartimenté de façon à protéger en priorité les sections vitales. Donc en toute logique les salles de stases sont celles qui le sont le plus avec le poste de pilotage.
- Admettons !! Qu’arrivera-t-il si vous réveillez l’équipage ? Après tout ce temps, je pense qu’ils auront du mal à comprendre qu’ils sont d’une époque révolue sur leur propre planète.
- Ce n’est pas le plus important.

Mathis reste perplexe à la pensée de ce qu’il a entendu, mais surtout que ses amis en soient tous aussi preneurs à ce qui pour lui n’est qu’une perte de temps.

Thomas lui prend la main pour attirer son attention et lui parler à voix basse, certaines choses ne concernant pas forcément tous ceux présents autour d’eux.

- Tu te dis que notre démarche est puérile.
- Heureux de t’entendre le reconnaître. Si j’ai bien saisi la raison de votre expédition, c’est juste dans le but d’avertir l’Imperium au sujet de « PENN » ?
- Nous ne connaissons rien de ceux qui la détournent de ses objectifs, mais quelque chose m’alerte et me dit que ce n’est assurément pas dans un but pacifique.
- Sans doute as-tu raison à ce sujet, mais encore une fois que penses-tu faire contre quelqu’un ayant la puissance suffisante pour détourner un système stellaire entier et même si ce dernier est artificiel, Florian ne laissera pas mettre en danger les centaines de trilliards d’espèces intelligentes qui croient en lui.
- Je cherche juste à le mettre au courant, pour le reste ce n’est que préventif au cas où. Tu sembles avoir une bien piètre opinion de la puissance réunie des milliers de planètes qui forment l’alliance de l’Imperium.
- Ce n’est pas du tout ça !! Juste que pour moi tout se joue à un niveau bien supérieur, j’arrive sans a priori alors que vous êtes plongés dans cette aventure depuis déjà plusieurs jours. Il arrive souvent qu’un regard neuf amène la lumière là où l’habitude, comme des œillères, nous la voile.

Damien qui jusque-là écoutait sans rien dire, se manifeste pour donner son opinion.

- C’est toujours mieux que de rester à se morfondre et à ne rien faire, de toute façon la visite de ce vaisseau est aussi excitante qu’instructive !! Rends-toi compte que tu vas visiter l’intérieur d’une technologie encore loin d’être connue sur Terre.

Voldarian pour qui rien n’échappe, sourit en entendant Damien et s’avoue pour lui-même qu’il en est au même point, la curiosité étant plus pour lui le moteur de cette expédition que le fait d’alerter un imperium qu’il ne connaît et pour cause, que depuis peu.

Il fait signe au gardien des âmes quand le petit-déjeuner se termine, ce dernier les renvoyant sans plus de façon à l’endroit exact qu’ils avaient quitté l’avant-veille.

Le cri de surprise que pousse Mathis les amuse beaucoup et aide à passer la transition, Voldarian recréant le halo lumineux d’une brève incantation alors que Toshio repart jusqu’au local entretien pour envoyer un nouveau « méca » derrière le sas où ils se trouvent.

***/***

« Une demi-journée plus tard. »

L’indication qu’ils suivent au sol est enfin devenue continue, indiquant par là qu’ils arrivent à un endroit stratégique du vaisseau.

Le sas devant eux s’ouvre et laisse apparaître une salle qui semble à première vue immense, une luminescence rassurante donne l’espoir qu’ils arrivent enfin dans une zone encore en activité et ce même si celle-ci est pour l’instant minimaliste.

Ils s’écartent le temps que le méca reparte vers un lieu de charge, tout en sachant pertinemment qu’il tombera en panne bien avant.

Toshio aide à son tour pour donner de la lumière maintenant qu’il n’a plus pour le moment à aller chercher de nouveaux robots, celle-ci étant de loin beaucoup plus puissante et leur donne une vue d’ensemble plus juste de l’impressionnante salle où ils se trouvent maintenant.

Mathis ne peut s’empêcher de dire tout haut ce qu’il ressent à la vision qu’il a sous les yeux.

- On se croirait à l’intérieur d’une ruche, je me demande bien à quoi servent toutes ces alvéoles tapissant les murs ?

Thomas ne se pose pas ce genre de question, ayant de suite reconnu les caissons de stases qui ressemblent point par point à celles de son jeu favori.

Il se dirige donc vers les plus proches pour vérifier leur état, s’apercevant avec un certain désappointement qu’elles sont vides et inactives.

Une heure plus tard il leur faut bien constater que toute la salle est dans le même cas de figure, c’est Thomas toujours lui qui les rassure alors qu’il voit bien leurs grimaces de désappointement.

- Cela ne veut absolument rien dire, des salles comme celle-ci, il y en a des dizaines !! Sans doute les ancêtres des humains sur « PENN » devaient occuper les cellules vides que nous avons sous les yeux.

Damien quant à lui se trouve avec Voldarian devant ce qui ressemble fort à un pupitre de commande où seule une minuscule lueur jaune démontre que l’énergie y est toujours présente.

Ils ont beau tenter d’actionner les divers boutons et leviers, rien n’y fait et ils doivent bien vite convenir qu’ils n’arriveront à rien, jusqu’à ce que Damien se souvienne d’un truc et ne se tourne vers Thomas.

- Hep !! Thomas !! Par ici !! Peut-être que comme pour la salle d’entretien il y a besoin de ton ADN pour réactiver le pupitre.
- J’arrive !!

Une fois Thomas face au tableau, il l'observe attentivement en cherchant ce qui pourrait lui permettre d’accéder aux commandes.

Une sorte de plaque en verre avec un trou en son centre l’interpelle suffisamment pour qu’il y pose la main, ressentant aussitôt une légère piqûre dans sa paume.

- Aie !! C’est quoi ce bordel !!

Personne ne pense à lui poser la question sur ce qui se passe tellement le bouleversement autour d’eux les interpelle.

Une voix quasiment identique à celle déjà entendue résonne alors que la salle semble reprendre vie.

- Bonjour humain, que puis-je faire pour vous ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0