CHAPITRE 16 : « Centre hospitalier De Bierne » « Mathis Viala »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 16 : « Centre hospitalier De Bierne » « Mathis Viala »

Le regard incrédule que lui jette alors son cousin commence à mettre un doute à l’esprit de Mélanie, qui sent une énorme boule lui venir à l’estomac.

Mathieu pour sa part jubile intérieurement, pour une fois que ce n’est pas lui l’objet de moquerie.

- J’en vois tous les jours, comment veux-tu autrement ?
- Oui mais pas de cette façon-là !!
- Pourquoi donc ? Il y a plusieurs façons de regarder ?
- Bien sûr qu’il y en a plusieurs !! C’est suivant l’empathie et la préférence sexuelle de la personne, à t’entendre tu t’intéresserais aux garçons.
- Je n’ai jamais dit une chose pareille !!
- Tu m’excuseras mais alors pourquoi m’avoir reprise quand je t’ai demandé si je « la » connaissais ?
- Parce que cela aurait tout simplement pu être une autre possibilité, ta façon de demander m’ôtait toute autre option.
- C’est donc bien d’une fille qu’il s’agit ?
- Te voilà bien curieuse soudainement, est-ce que je te pose des questions moi ? Je viens juste d’apprendre où vont tes goûts et d’ailleurs, qui a eu la magnifique idée de cette discussion débile ?

Marie-Josée les écoute avec stupeur, c’est bien la première fois qu’elle les voit tous les deux tenir une conversation aussi animée.

Mathieu semble soudainement transfiguré, un sourire lui vient alors qui la conforte dans ses doutes qu’elle avait d’une histoire beaucoup plus sérieuse entre ses deux amis.

- Qu’est-ce qui vous prend à tous les deux, c’est bien la première fois que je vous vois vous disputer.

Son rappel à l’ordre fait taire les deux cousins, Mélanie lui envoie un clin d’œil complice qui montre bien qu’elle est satisfaite d’avoir poussé quelque peu Mathieu hors de lui mais aussi de la surprise de le voir capable de sortir de son état quasi permanent de léthargie.

État qui revient vite à la normalité quand elle se tourne de nouveau vers lui, son visage lui montrant des traits redevenus lunaires.

- Eh bien !! Fallait être là au bon moment pour le voir ! Hi ! Hi ! Je ne pensais vraiment pas trouver un jour le sujet qui le ferait sortir de ses gonds !!

Mélanie reste néanmoins songeuse, depuis tout à l’heure les paroles de son amie lui reviennent comme un leitmotiv et l’aident pour beaucoup à prendre conscience de ses véritables sentiments envers Mathieu.

« Je ne suis pas dans la merde maintenant » pense-t-elle en reprenant sa marche vers le centre-ville, préférant de loin son ancienne façon de voir les choses qui lui permettait d’être tout simplement avec lui sans se poser de questions existentielles.

Ce n’est qu’après un petit quart d’heure de marche, qu’ils arrivent enfin à destination et qu’ils entrent dans la première boutique, commence ensuite un marathon de shopping qui au bout de deux bonnes heures les amène à s’asseoir avec soulagement à l’une des tables de leur petit bistro favori.

Marie-Josée prend la main de Mathieu dans la sienne, pour le féliciter d’autant de patience à suivre deux filles sans manifester d’impatience.

C’est Mélanie qui lui renvoie la repartie qui convient.

- Il adore ça au contraire ! Hi ! Hi ! Ça lui permet d’être lui-même, l’attente étant de loin son sport favori !!

Les deux amies éclatent de rire sous le regard amusé du garçon qui en a tellement entendu sur le sujet, qu’il n’y prête plus attention depuis déjà bien longtemps.

La porte émet le petit tintement avertissant d’une entrée ou d’une sortie, le bar est suffisamment tranquille pour que tous machinalement se retournent afin de voir qui entre.

- Oncle « Math » !!

Mélanie se lève pour lui faire signe, heureuse de voir son oncle qui pourtant semble plutôt morose en répondant à son geste d’un sourire visiblement forcé.

Après les quatre bises de rigueur et une fois tous à nouveau assis, c’est elle encore qui s’enquiert de son air tristounet en en connaissant parfaitement la raison d’être.

- Oncle Damien te manque !

Un faible sourire vient avec sa réponse.

- Plus que je m’y attendais, je n’arrive même plus à trouver le sommeil depuis qu’il est parti.
- C’est pareil pour ma grand-mère tu sais, elle fait de son mieux pour que personne ne s’en rende compte mais tous ceux qui la connaissent un tant soit peu ne s’y laissent pas prendre.

Marie-Josée leur prend une main à chacun pour montrer qu’elle partage leur peine.

- Il va bientôt revenir, « oncle » Florian ne lui laisserait jamais arriver quelque chose de mal vous le savez bien. En plus il est avec Thomas, je suis certaine qu’il s’amuse comme un fou ! Hi ! Hi ! Oncle « Dami » est resté gamin malgré son âge, « Oncle « Flo » a dû lui réserver quelques farces qu’ils ont l’habitude de se faire dès que l’occasion se présente.
- Je le sais bien mais je n’y peux rien s’il me manque, pourquoi « Flo » ne m’a-t-il pas envoyé avec lui là-bas ?
- Lui en as-tu tout simplement parlé ? Tu sais bien comment il est, je suis quasi certaine qu’il n’y a même pas pensé.
- « Marie-Jo » a raison tonton, c’est juste parce qu’il était au bon moment au bon endroit, je suis certaine que tu aurais été avec eux dans le sas ce jour-là, tu serais parti toi aussi.

Un silence se fait soudainement, jusqu’à ce qu’il soit brusquement interrompu par une interjection donnée à voix haute qui ramène l’attention sur Mathieu, ce dernier avec son téléphone à l’oreille étant l’auteur de cette dernière.

- Tu trouves ça drôle de laisser « oncle Math » se faire du mauvais sang ? Rappelle-moi quand tu auras écouté ce message !!
- À qui tu parles là ? Ce n’est pas à Florian que tu t’adresses sur ce ton quand même ?

Mathieu ne se démonte pas le moins du monde et sourit à son oncle, ne voyant pas dans sa façon d’agir ce qui a bien pu lui valoir cette réflexion.

- Et encore j’ai été gentil, sinon je l’aurais traité de salaud !!

Mélanie lui pose le dos de sa main sur le front.

- Tu es malade ? Sans doute la discussion animée de tout à l’heure qui t’a mis le cerveau en chauffe !!

Mathieu lui repousse la main avec douceur mais fermeté.

- Pourquoi tu me dis ça ? Je n’ai pas le droit de lui dire ses quatre vérités ? Vous êtes toujours tous à le diviniser, même quand il se permet des trucs sans nous consulter à l’avance !! Je suis sûr qu’oncle "Math" ne me dira pas le contraire cette fois, pas vrai tonto… mais ?? Où est-il passé ?

Le regard des deux filles sur la place vide montre bien qu’elles non plus, n’ont rien vu venir.

- Il est sans doute aux toilettes, je n’ai pas entendu le carillon de l’entrée !!

Alors qu’elle termine sa phrase, Mélanie voit un client sortir des fameuses toilettes et après un temps de réflexion, elle pousse un petit soupir de soulagement en s’adressant à Mathieu.

- Ton message a été reçu cinq sur cinq on dirait bien !!

Ce dernier fronce les sourcils, restant droit dans ses bottes sur sa façon de voir les choses.

- Oui mais toujours sans demander l’avis de personne, il y a des coups de pied au cul qui se perdent je ne vous dis que ça !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0