CHAPITRE 14 : « Centre hospitalier De Bierne » « Mélanie Viala »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 14 : « Centre hospitalier De Bierne » « Mélanie Viala »

Le regard qu’elle lance aux garçons de sa classe juste avant la fin du cours de la matinée, amène à la fille de Guillaume et de Léa, un soupir de vive déception.

Il n’y a pas là de quoi fouetter un chat pense-t-elle et encore moins une « chatte », ceux qui éventuellement lui plaisent sont ou bien déjà à l’université, ou encore déjà en mains par l’une ou l’autre de ses amies, voire amis pour certains.

Il faut dire aussi qu’elle place vraiment très haut ses critères de choix en guise de garçons, il faut à la fois qu’il soit « ceci » ou « cela » sans se rendre compte que le seul prenant en compte tous ces critères n’est ni plus ni moins que celui-là même avec qui elle passe le plus clair de son temps et cela depuis son plus jeune âge.

C’est donc sans trouver fortune encore cette fois à sa recherche du « prince charmant », qu’elle quitte le lycée avec son sac à dos en bandoulière, retrouvant soudainement le sourire une fois dans la cour quand elle s’aperçoit que l’attend devant le porche sa meilleure amie âgée de deux ans de plus qu’elle et qui suit déjà sa deuxième année de parcours universitaire.

Marie-Josée n’est pas ce qu’on peut appeler une fille qui passe sans qu’on la remarque, elle allie la stature, la musculature, la blondeur et les yeux de son père aux restes des traits et la féminité de sa mère.

Fille aînée de Flavien et de Carole, mais pas enfant unique pour autant du fait de son jeune frère avec qui sa relation rappellerait étrangement celle qu’avait Flavien avec Ludovic.

Donc vous l’aurez deviné, c’est une grande blonde aux yeux bleus d’un mètre quatre-vingt-cinq et de soixante-dix kilos qu’il n’est pas bon de venir trop titiller.

Adepte des arts martiaux comme l’est son père, il dégage d’elle une assurance peu commune pour une fille de vingt ans et qui de plus est la doyenne de cette deuxième génération.

Il est donc particulièrement aisé pour Mélanie de l’apercevoir par rapport à la masse compacte et grouillante d’étudiants envahissant la sortie.

- « Marie-Jo » !! Houhou !!

La grande blonde qui fait maintenant l’objet de l’attention générale, lui fait signe de la main comme quoi elle l’a bien vue et s’avance vers elle d’une façon souple et féline, habituée qu’elle est de voir tout le monde se pousser à son passage.

Les deux amies s’embrassent, visiblement heureuse chacune de la présence de l’autre.

- Tu n’as donc pas cours aujourd’hui ?
- Non et du coup je me suis dit qu’une petite virée entre filles nous ferait du bien. À condition que tu n’aies pas cours cette après-midi bien entendu.
- Je n’en ai qu’un et je peux le sécher sans problème.

Marie-Josée s’apprête à faire demi-tour, quand elle stoppe son geste en voyant le regard de son amie toujours tourné vers le bâtiment qu’elle vient de quitter, elle comprend alors ce qui la retient et sourit d’amusement.

- Ne me dis pas que tu attends le nerveux ?
- Si pourquoi ?
- Il va venir avec nous ?
- Ça te dérange ?
- Non pas du tout, j’aime beaucoup ton Mathieu ! Hi ! Hi !
- « Mon » Mathieu ??
- Oui, à qui veux-tu d’autre, vous êtes toujours ensemble !! Je n’ai rien contre, c’est juste qu’on ne pourra pas faire tout ce que j’avais prévu mais tant pis. Je dois bien reconnaître qu’avec lui je m’amuse toujours autant, il tourne toujours au ralenti j’imagine ?
- Oui ! Hi ! Hi !
- Je vois que ça te fait également toujours rire, je me demande bien comment tu vas faire quand un garçon s’intéressera à toi sérieusement ? Tu prévois de l’installer chez toi avec ton mari ?
- Arrête de me charrier tu veux bien, je sais que toi aussi tu l’aimes beaucoup.
- C’est sûr !! Il passerait ne serait-ce déjà qu’aux douze volts, je crois même que je m’y intéresserais carrément.

Le sursaut de Mélanie n’échappe pas à Marie-Josée qui a lancé sa phrase en connaissance de cause, n’étant pas dans son intention de draguer le beau Mathieu mais plutôt de faire réagir son amie pour qu’elle comprenne peut-être enfin que ce qu’elle appelle de l’amitié s’avère très certainement périmée depuis quelques années, c’est tout du moins l’avis qu’a la majorité de leurs amis en parlant d’eux.

Marie-Josée est pour sa part convaincue que c’est justement cette vision qu’ont d’eux les personnes autour d’eux, qui font qu’aucun garçon ni d’ailleurs de fille ne tente leur chance, étant convaincu d’avoir perdu d’avance.

- De toute façon je ne suis pas prête à trouver un petit ami avec les garçons du lycée !!

Marie-Josée sourit car ces paroles vont exactement dans le courant de ses propres pensées à ce sujet.

- Pourquoi donc ? J’en vois quelques-uns qui sont très mignons pourtant ? Tu sembles bien difficile !!

Tout en attendant le fameux Mathieu qui ne donne encore pas signe de vie, elle lui montre tour à tour plusieurs garçons au physique avenant, recevant pour chacun d’eux une réflexion négative sur ce qui ne va pas au sens de son amie.

Elle lui résume alors en quelques mots ce qui pour Mélanie serait le garçon idéal avec qui elle aimerait entretenir une relation, ce n’est qu’une fois l’énumération terminée qu’elle lui répond de façon désabusée.

- Là !!! Tu vois bien que ce n’est pas ici que je vais le trouver.
- Tu me parais bien sûre de toi. Voyons voir…

C’est à ce moment précis que Mathieu montre son nez en sortant du bâtiment, se dirigeant tranquille pépère et sourire aux lèvres comme à son habitude vers la sortie, sans se démonter plus que ça de savoir qu’il fait poireauter sa meilleure amie.

-… essayons de trouver par rapport à tes goûts,… grand !! Je dirais un bon mètre quatre-vingts !! Pourtant tu es toute petite, je ne comprends pas trop mais enfin, chacun ses goûts. On continue… musclé sec mais avec des formes là où il faut ! Hi ! Hi ! Je reconnais bien là ma meilleure amie…
- Il faut ce qu’il faut quand même, avec des tablettes mais surtout de belles fesses et une belle bite ! Hi ! Hi !
- Ah !! Là je ne vais pas pouvoir t’aider n’ayant jamais eu l’occasion de le voir nu, mais je veux bien te croire sur parole.

Marie-Josée voit bien que ces dernières paroles ont amené le trouble à son amie, aussi poursuit-elle sans lui laisser le temps de poser sa question.

- Attends… tu auras la parole une fois que j’aurais fini !! Donc un grand bien bâti, intelligent, tant qu’on y est assez poilu puisque ça a l’air d’être ce type de gars qui te fait kiffer, j’avoue que pour moi je préfère nettement quand c’est dégagé voire lisse. Ensuite !! Brun ou châtain, parce que les autres ont rarement une pilosité très prononcée.
- Châtain j’aime bien !!
- Donc je résume, grand, musclé, intelligent, poilu, bien fessu, bien monté, châtain… quoi d’autre ?
- Gentil !!
- D’accord, je rajoute gentil dans la liste.

Mathieu arrive enfin presque à portée d’eux quand elle lui adresse un sourire qu’il lui rend en accentuant encore plus cette beauté virile qui le caractérise et qui est loin d’amener l’inattention à son égard, si justement tous ne pensaient pas qu’ils étaient plus qu’amis avec celle qu’il ne quitte jamais bien longtemps.

- He bien c’est parfait !! Justement il y a exactement ce type de gars qui se trouve juste derrière toi, à part la virilité qu’il restera à contrôler, pour le reste et beaucoup de patience, je pense qu’il est parfait comme futur mari.

Mélanie marque comme il se doit la surprise avant de se retourner pour tomber quasiment nez à poitrine avec son Mathieu, levant alors la tête pour répondre à son sourire amical.

- Bonjour ma puce, tu vas bien ?

Marie-Josée éclate de rire devant le « bonjour ma puce, tu vas bien » dit d’un ton traînant.

- J’ai juste oublié de te demander si tu étais plutôt lièvre ou tortue, mais tu connais le gagnant de la fable ! Hi ! Hi !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0