CHAPITRE 11 : « Centre hospitalier De Bierne » « Nicolas »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 11 : « Centre hospitalier De Bierne » « Nicolas »

Nicolas n’ayant pas cours ce jour-là, il en profite pour s’avancer sur son mi-temps à la sécurité du complexe et c’est registre de vérification des extincteurs en main, qu’il en fait le tour pour en vérifier les scellés en même temps que les pressions indiquées par les manomètres.

Il a donc commencé ce matin-là par le dernier étage, préférant descendre l’escalier de secours où sont installés un certain nombre d’entre eux, plutôt que d’avoir à le remonter.

Il arrive donc tout naturellement au plateau où se trouvent les entreprises finançant pour grande partie les dépenses faramineuses du centre hospitalier.

Il a bien vu Ludovic traverser le couloir sans s’apercevoir de sa présence tellement il semblait soucieux, aussi l’a-t-il suivi par curiosité mais aussi pour éventuellement pouvoir l’aider si c’est dans ses possibilités.

Comme beaucoup au complexe, il a mis le jeune homme avec sa femme dans un groupe à part, trop « vieux » pour avoir eu de réelles relations avec sa génération à lui et trop jeune pour la même raison avec celle de ses parents.

C’est du coup ce qui a fait qu’ils n’ont jamais réellement engagé de relation quelle qu’elle soit, peut-être aussi par timidité et s’avouer ça pour Nicolas relève de l’exploit pour lui qui n’en a jamais réellement ressenti envers quiconque, du moins dans son souvenir.

Toujours est-il qu’il entend la conversation qu’il a avec Amid et Christophe, mais également une partie de celle entre ces deux derniers qu’a également surpris Ludovic.

D’entendre son prénom le fait sourire, surtout dans le contexte où il est prononcé et il doit bien s’avouer qu’il en est à la fois surpris mais aussi quelque part au fond de lui vivement heureux, n’ayant jamais peu ou prou pensé qu’ils pourraient s’intéresser à lui alors qu’il est de notoriété publique qu’Amid et Christophe forment un couple monogame que d’aucuns nomment idéal.

Tout ça pour dire qu’il entre à son tour dans le bureau de la « Al Malouf & Co », avec tout un tas de pensées envers ses amis et dont la plupart sont loin d’être sages.

Bien entendu son apparition ne passe pas inaperçue, tout comme le sourire timide qu’il envoie à la cantonade.

- Salut les gars !! Excusez-moi de vous déranger mais j’ai…

Il recule d’un pas en se rendant compte de son culot à oser les aborder de la sorte.

-… désolé !!

Alors qu’autant Amid que Ludovic, le regardent avec des yeux ronds d’incompréhension, Christophe heureusement est plus prompt à réagir.

- Eh !! Tu nous fais quoi là ?? Maintenant que tu es là, entre donc !!

Christophe est surpris de voir le jeune homme paraître aussi embarrassé, il soupçonne alors avoir vu juste et il ne lui faut pas longtemps avant que lui revienne en mémoire une partie de la discussion où justement Nicolas a été cité.

Il s’adresse alors à son chéri qui cherche pour sa part toujours à comprendre l’étrange comportement de celui qu’il dévore du regard en « secret » depuis déjà quelques années.

- Je pense que notre visite à Alexandre devient incontournable. Trop de non-dits éclatent au grand jour autour de nous pour que ce ne soit que des coïncidences.

Ludovic suit avec attention les mimiques du jeune agent de sécurité qu’il apprécie sans non plus être intime, mais suffisamment pour connaître ses antécédents et tout ce qui se dit autour, conscient qu’il a devant lui un garçon aux atouts certains mais que surtout il en est lui aussi parfaitement conscient, aussi le voir dans cet état de gêne manifeste le surprend véritablement.

- Je le pense aussi !!

Christophe pose alternativement son regard curieux sur « Ludo » et « Nico », un doute lui venant alors à l’esprit, il les montre tour à tour du doigt.

- Pourquoi… ne me dites pas que vous deux…

Ludovic envoie un sourire au plus jeune tout en ne laissant pas Christophe terminer sa phrase.

- Vous ne pensez qu’à ça ma parole ! Hi ! Hi ! Disons que je ne suis pas habitué à voir « Nico » aussi peu sûr de lui et je me dis qu’il doit lui aussi avoir les mêmes pensées que nous qui lui trottent dans la tête depuis le retour d’Alexandre.
- Que nous ??

« Ludo » reporte son attention sur Christophe, tout en maintenant son sourire qui a la particularité de ne laisser personne indifférent.

- Oui, nous !! Pourquoi ? Il n’y a que les homos qui ont le droit d’avoir des envies sexuelles ?
- Comment !! Ahhh !! Bien sûr que non… mais sur le coup j’ai…
- Eu de l’espoir ! Hi ! Hi ! Désolé mais je pense que vous aurez plus de chance avec notre jeune ami.

Nicolas les écoute en reprenant des couleurs, son assurance revenant à grand pas au point qu’il s’avance vers le petit blond si craquant au demeurant malgré sa dizaine d’année de plus que lui, jusqu’à n’être plus qu’à quelques centimètres en le fixant d’un regard mélangeant l’amusement à d’autres sentiments qui l’étonnent lui-même, n’étant pas conscient jusque-là de ce qu’il ressent en sa présence.

- Tu sais qu’avant l’arrivée de ce fameux Alexandre, très peu pouvaient déjà résister à mon charme ?
- Je pourrais te renvoyer la balle… et… alors ?
- Quoi et alors ? J’imagine que depuis avec cette ambiance libidineuse qui traverse le complexe ce doit être pire, preuve en est nos deux camarades qui nous dévorent des yeux alors que je suis quasiment certain qu’avant ça ils n’auraient jamais osé.
- Oui, et alors ?
- Tu parais si sûr de toi de ne pas t’y laisser prendre.
- Je n’ai jamais prétendu ça, juste que je n’étais pas intéressé par les garçons !! Dois-je rappeler qu’il existe deux sexes ou le fait de ne vous préoccuper que du vôtre vous l’a fait oublier ?

Nicolas ne se désarme pas pour autant, sa main droite vient doucement prendre Ludovic par la hanche alors que son visage se rapproche encore plus près du sien, Amid et Christophe suivant tout cela sans cacher leur étonnement, trouvant même que le plus jeune pousse l’amusement car pour eux il ne fait aucun doute que c’en est un, un peu loin.

- Et toi ? L’aurais-tu oublié ?

Ludovic qui lui aussi voyait ça comme une plaisanterie, commence à se demander si ç’en est bien une et s’apprête à renvoyer le beau « Nico » dans ses quinze mètres quand quelque chose le retient, il comprend alors qu’il n’y a pas de fumée sans feu et qu’il va falloir réagir rapidement à trouver ce qui perturbe tant les hormones de tout ce monde, lui y compris.

- Tu aimerais que je me force, rien que pour te faire plaisir et te donner raison, c’est là où tu veux en venir ?

Nicolas reprend ses esprits, conscient qu’il a dépassé les limites et fait un pas en arrière, son visage marquant le désarroi une nouvelle fois devant autant de culot de sa part.

- Je… mais non enfin !! C’est juste que…
- Juste que quoi ??
- C’est comme… comme…
- Une envie irrépressible ?
- Excuse-moi !!

C’est Ludovic qui cette fois s’approche de lui pour le prendre dans ses bras, son regard montre bien qu’il ne lui en veut pas et qu’au contraire il se trouve flatté de l’intérêt qu’il éprouve pour lui, conscient qu’un garçon comme Nicolas place assez haut ses critères de choix dans des partenaires potentiels.

- Il n’y a pas de mal, je serais attiré par les garçons tu serais assurément en première place. Je sais pourquoi tu viens d’agir de la sorte et je ne t’en tiens donc pas rigueur, désolé pour vous tous que je ne sois pas comme Xiao qui vient juste de se rendre compte de ses préférences en surprenant tout le monde.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0