CHAPITRE 144 : « Shanpaï » « Shun »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 144 : « Shanpaï » « Shun »

- C’est à ce point urgent pour que tu agisses de cette façon ?

Xiao se retrouve décontenancé par la question, n’ayant en rien prémédité son geste et voulant juste obtenir de son copain une confirmation sur la force des nouveaux liens qui les a amenés à ce qu’ils sont devenus.

- Je… excuse-moi mais je n’ai pas réellement réfléchi, juste que je voulais être sûr pour nous… tu comprends ?

Shun ne peut s’empêcher de sourire devant la tête visiblement empruntée de son copain, reconnaissant qu’il n’a plus trop donné de nouvelles depuis cette fameuse fois où ils se sont découvert des sentiments communs.

- C’est de ma faute aussi mais ne t’inquiète pas pour nous, c’est juste que j’ai été occupé ces derniers temps.
- Alors…

Xiao lui prend l’arrière de la tête d’une main pour rapprocher cette dernière de la sienne et lui donner un baiser plus, voire beaucoup plus qu’amical sur les lèvres.

-… bonjour toi !

Le sourire radieux mais avec une petite pointe de moquerie venant de Xiao alors que Shun en a encore les yeux ronds d’ahurissement de ce qui vient de se produire et en plus devant témoins, même si ces derniers ne risquent pas d’ébruiter l’affaire hors de leur petit groupe d’amis.

Une voix plus grave s’entend alors.

- Ça doit être quand même quelque chose pour que vous soyez autant à en avoir envie, je me demande si je ne devrais pas essayer au moins une fois.

Tous se tournent vers Naoki avec chacun sa façon d’interpréter ses paroles, c’est Hoshio qui répond avec une lueur maligne dans le regard qui devrait pourtant servir d’avertissement au brave colosse.

- Avec un bandeau sur les yeux tu ne vois aucune différence je t’assure, tu veux essayer ?
- Si ça ne fait aucune différence alors pourquoi ne sortez-vous pas avec une fille ?
- Je ne parlais que du baiser, la différence se trouve beaucoup plus bas ! Hi ! Hi ! Alors ? Cap ou pas cap ??

Bien entendu et toujours à part le brave garçon plus fort en muscle qu’en farce, tous les autres se prennent au jeu sans savoir où veut aller Hoshio mais en lui faisant confiance qu’il ne les décevra pas comme à chaque fois.

Aussi chacun pousse-t-il à ce qu’il accepte le pari en donnant ensuite son impression, tandis qu’Hoshio parle discrètement à l’oreille de Tomoya et de Shun, expliquant de façon détaillée l’idée qui lui est venue pour s’amuser aux dépens de leur ami.

Les deux frangins se retiennent à l’évidence de rire alors qu’au début des explications ils étaient plutôt à ne pas y croire que le petit pourrait mettre en œuvre un plan aussi peu orthodoxe, craignant même à un moment un retour musclé venant de Naoki qui garde toujours sa réputation de cogneur bien qu’il se soit assagi depuis qu’il fait partie de la bande.

À force d’insister, ils arrivent à avoir gain de cause et bientôt voilà notre Naoki à genoux et les yeux bandés à attendre le baiser d’Hoshio.

- Je te préviens minus, tu n’as pas intérêt à mettre la langue !!
- Mais non voyons !! C’est juste pour que tu nous dises si c’est différent ou pas d’avec une fille ?
- Et comment qu’il pourrait le savoir ? Il n’a sans doute jamais embrassé une fille de toute sa vie ! Hi ! Hi !

Le grand costaud enlève son bandeau quelques secondes pour voir qui lui parle, fixant Kaito si durement que ce dernier pense un bref instant qu’il l’a mis en colère.

- T’as dit quoi le rouillé ?
- Je plaisantais juste, ne te fâche pas !!
- Hum !! Bon…

Il remet son bandeau en place.

- Allez dépêche qu’on en termine avec ça !!

Il ressent bientôt la douceur extrême qui vient se poser sur ses lèvres, le ressenti lui fait tout drôle à se demander ce qui lui arrive, quand l’éclair d’un flash lui fait comprendre qu’ils ont fait un selfie à ses dépens.

Alors que la sensation cesse soudainement, un éclat de rire général retentit tandis qu’il ôte son bandeau.

Le spectacle qu’il a alors sous les yeux ne le fait pas percuter sur le coup mais de voir Hoshio se reculotter à toute vitesse lui amène quand même très vite le doute sur ce qui vient de se passer.

- Qu’est-ce qui se passe ?
- Rien du tout c’est juste que « Xi » a baissé le pantalon d’Hoshio pendant qu’il t’embrassait ! Hi ! Hi !
- Pffttt !! N’importe quoi !! Vous n’êtes vraiment qu’une bande de gamins… Parole !!

Kaito revient à la charge avant qu’il ne réfléchisse de trop.

- Alors c’était comment ? Par rapport à une fille je dirai ??
- Je n’ai pas vraiment ressenti de différence en fait !! Vous voyez que je vous réponds honnêtement alors que j’aurais pu prétendre que cela n’avait rien à voir et que c’était mieux avec une fille !!
- Rien du tout ? Tu es sûr ? Mais sinon c’était plutôt bien ?
- Hum !! Oui je dois le reconnaître, mais n’espérez pas me faire le refcommencer !!

Hoshio se rapproche tout en gardant quelque distance de sécurité maintenant qu’il est temps de révéler le subterfuge.

- Ça aurait été mieux si tu y avais mis la langue ! Hi ! Hi !
- Mieux pour quoi ? Pour toi sûrement mais ne rêve pas minus !!

Hoshio ne répond pas mais prend l’IPhone de Kaito où l’on voit Shun et Tomoya portant Hoshio cul nu les fesses collées aux lèvres du grand costaud qui ma foi semble y prendre un certain plaisir très bien rendu sur la photo.

Il recule d’un pas de plus en tournant l’appareil pour que ce dernier puisse bien voir en détail les fameuses lèvres douces à souhait qu’il a embrassé sans trop rechigner.

Bien entendu alors que tout le monde explose une nouvelle fois de rire, ce n’est absolument pas le cas de Naoki qui change deux fois de couleur, passant du blanc au rouge sang en comprenant le tour pendable duquel il a été le principal acteur.

Hoshio semble ignorer l’état de fureur et de honte actuel de son copain, qu’il en remet une couche.

- Imagine si tu y avais mis la langue ! Hi ! Hi !
- Toi !!! Tu… je vais te…

Ils se mettent à plusieurs pour retenir leur copain, Tomoya se mettant en première ligne devant lui pour le raisonner dans ce qui n’est malgré tout qu’une farce de potache.

Le fait que ses parents ont été toutes leurs vies au service de Sa Majesté, tout autant qu’à celui des princes et princesses, arrive à le calmer suffisamment pour que l’envie de meurtre qui un bref instant étincelait dans ses yeux ne soit plus qu’un regrettable souvenir et qu’il prenne à sa juste valeur l’amusement dont il a été l’objet.

Tomoya respire plus librement quand il s’aperçoit que les poings se desserrent et que le regard perd de son éclat de haine qui l’avait pris.

- Allons « Nao » !! Ce n’était qu’une farce, il ne fallait pas non plus lui tendre la perche comme tu l’as si bien fait ! Hi ! Hi ! Ce n’était pas bien méchant et en plus tu as réellement eu l’air d’apprécier, ne dis pas le contraire car la preuve est…

Il lui remet la photo sous le nez.

-… bien là !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0