CHAPITRE 130 : « Shanpaï » « Toshio »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 130 : « Shanpaï » « Toshio »

Un transfert corporel se fait pour qu’il puisse parler avec lui sans le rendre confus d’avoir une voix dans sa tête qui lui rappellerait sûrement des souvenirs au demeurant pas si heureux que ça.

L’apparition soudaine de son père devant lui alors qu’il se trouve toujours nu sous la douche, lui amène un mouvement de pudeur qui le fait se retourner en grognant de mécontentement.

- Tu pourrais prévenir avant de te présenter devant quelqu’un !!
- J’avais cru entendre qu’il y avait urgence pourtant ? Quelle folie t’a prise d’utiliser tes « dons » sans en avoir le plein contrôle ? Tu n’as pas encore compris que cette frénésie de sexe nous est propre et qu’elle est déclenchée en grande partie par l’utilisation de nos pouvoirs ? Qu’avais-tu à venir sur Terre ? Le fait de t’envoyer tous ces millénaires sur « PENN » ne t’a donc pas suffi pour le comprendre ? Dois-je de nouveau t’exiler quelque part pour que tu cesses tes enfantillages ?

Toshio prend de plein fouet la fureur et les remontrances de son père, malgré qu’il n’en comprenne pas nécessairement toutes les causes les ayant occasionnées.

- Je suis désolé, comment pouvais-je savoir que cela arriverait alors que je voulais juste pouvoir enfin être avec celui que j’aime.
- Maintenant que tu es au courant, comment comptes-tu faire pour que cela ne se reproduise plus à l’avenir ?
- Je vais devoir comme tu l’as fait me constituer un groupe d’amis intimes.
- Il ne serait pas plus simple d’éviter d’utiliser tes pouvoirs ?
- Parce c’est ce que tu as fait sans doute ?
- J’ai moi aussi commis des erreurs par le passé, seulement je n’avais personne pour m’avertir du danger.
- Alors que moi oui peut-être ? À quel moment as-tu pris le temps de le faire ?

Florian sait reconnaître ses propres torts et cette fois ce sont des paroles de vérité qui sortent des lèvres de son fils, Toshio n’en est pas dupe et revient sur sa question première.

- Tu ne peux rien faire pour limiter ce « don », qui d'ailleurs n’en est pas vraiment un s’il risque à chaque fois de déborder et de mettre mon compagnon en danger.
- Tu apprendras à le contrôler, suffisamment en tous les cas pour éviter l’irréparable !! Pour le reste je dirais que je ne le considère pas comme un « don » mais plutôt comme une nécessité spécifique à ce que nous sommes, un peu comme le fait de manger ou boire. Pourtant je pensais qu’étant en partie humain, tu ne le ressentirais pas avec autant de force.

Toshio est visiblement surpris des paroles de son père.

- En partie humain dis-tu ? De quelle partie parles-tu ? Mon corps n’est pas mon corps et mon esprit n’a pas de consistances physiques, que reste-t-il d’humain je te le demande ? Pour Hoshio je comprendrais mais pas pour moi.

Florian préfère ne pas polémiquer sur la question, n’ayant d’ailleurs encore cette fois rien à redire sur les paroles de son fils et il le laisse terminer sa douche en sortant de la salle de bains pour tomber sur le « spectacle » des cinq garçons nus dans des positions n’amenant pas le doute sur l’activité à laquelle ils se sont adonnés.

Un rapide regard sur chacun d’eux pour rejoindre ensuite Tomoya, son état sans être alarmant, montre quand même les fortes séquelles de la nuit.

Un bref sondage de son corps lui amène une moue de contrariété : en effet s’il n’était pas apparenté à Thomas et s’il n’avait pas fait le « don » d’immortalité au fils de son chéri, ce dernier ne serait sans doute plus de ce monde.

- Que dois-je faire ?

La question posée à haute voix comme à chaque fois qu’il est fortement troublé, font se redresser les autres garçons qui le regardent avec étonnement.

Keisuke pour sa part l’avait entendu entrer et suivait du regard ses faits et gestes, il a donc remarqué son inquiétude après qu’il se soit penché sur le corps de son meilleur ami.

- Il ira bien, pas vrai ?
- Vous êtes arrivés à temps.

À la réponse de Florian, Keisuke devient livide en comprenant qu’il avait lui-même vu juste quand il s’était penché sur Tomoya avant d’être pris à son tour dans ce maelstrom de sexe qui est et restera sans doute à tout jamais gravé dans sa mémoire.

- Peut-être qu’il ne serait pas bon qu’ils restent ensemble, si nous n’avions pas reçu le message de « Xi » j’imagine sans peine à voir ta tête ce qu’il se serait passé.
- Tout ce que je peux faire, c’est de renforcer votre résistance physique pour que vous le supportiez mieux.
- Comment ça nous ?? Pas juste « Tom » ?
- Parce que Tomoya n’y suffira jamais à lui seul et que je vous ai donné la chance de vivre éternellement.

Keisuke fronce à son tour les sourcils de contrariété.

- Ce n’était donc pas gratuit !!
- Ne me fait pas dire ce que je ne dirai jamais, juste qu’il m’a paru évident à…

Florian fait un large cercle de sa main en englobant tout le monde.

- … vous voir, qu’il en serait ainsi.
- Hum !! Oui… Peut-être, enfin… on verra !! Mais pourquoi dois-tu nous renforcer ? L’as-tu fait avec tes « amis » ?
- Je n’en ai pas eu besoin, tout simplement parce qu’ils étaient d’un stade de l’évolution bien supérieur au vôtre, seuls ceux du complexe portant mon nom pourraient sans doute résister à une nuit avec Toshio sans se retrouver à moitié dans le coma comme vous semblez l’être tous tant que vous êtes. J’imagine que cela a dû vous surprendre ?
- J’avoue que je ne pensais pas que le plaisir pouvait être aussi intense, au point d’en être parfois douloureux.
- D’où l’urgence à ce que j’intervienne, il ne restera plus que le plaisir et un fort sentiment de plénitude mais cela va vous rendre plus ou moins addict de mon fils pour revivre régulièrement ces moments.
- Un peu comme un vampire ?

Florian sourit tout en reconnaissant que l’image est bonne.

- Sans doute oui mais nous nous nourrissons du plaisir de nos partenaires sans qu’il y ait mort d’homme ! Hi ! Hi !

La porte de la salle de bains s’ouvre pour en laisser ressortir Toshio toujours en tenu d’Adam, jetant un regard troublé autour de lui pour ensuite ne plus voir que celui qu’il chérit plus que sa propre vie.

- Il va bien, je ne lui ai rien fait de mal ?
- Je pense qu’ avec du repos il ira mieux, mais cesse d’agir sans réfléchir et n’utilise pas tes « dons » pour tout et n’importe quoi, sinon un jour tu blesseras sûrement quelqu’un. Apprends à gérer les besoins de ton corps et anticipe tes futures actions, tes amis ne demanderont que ça s’ils ne se retrouvent pas dans cet état semi-comateux qui est actuellement le leur.
- N’y a-t-il pas une autre option ?
- Si bien sûr !!
- Ah oui vraiment ? Pourquoi faut-il te prier pour que tu me le dises ?
- Parce qu’elle ne te plaira sûrement pas.
- Dis toujours ?
- Comme je le disais à « Kei » juste avant que tu n’arrives, il te faudra chercher tes futurs amants dans les peuples proches de l’ascension et qui ont un corps beaucoup plus résistant que celui de ceux de l’âge de la Terre.
- Je devrais quitter mes amis ?

Florian voit bien combien l’idée effraie son fils, il va donc pour taire l’intention de renforcer le corps des nouveaux élus histoire de le faire réfléchir sur ses actions inconsidérées mais c’est sans compter sur Keisuke qui lui a bien compris de quoi il retourne.

- Mais ne t’inquiète pas pour ça, ton père a déjà trouvé la solution et va…

Le regard que lui jette Florian à lui faire comprendre qu’il parle beaucoup trop, lui fait avaler ses dernières paroles et c’est donc le petit rouquin qui termine sa phrase mais à sa façon.

- Participer dorénavant à tes soirées chaudes quand tu en ressentiras une envie trop forte pour y résister.
- De quoi !!! Mais ça ne va pas la tête !! Plutôt me les couper que de faire ça avec mon père !!
- Voilà une idée à laquelle je n’avais pas pensé.

Un regard sur les choses pendantes entre les jambes de son fils lui amène un sourire d’amusement.

- Je dois reconnaître que ce serait dommage pour tes amis ! Hi ! Hi ! Mais si c’est ce que tu veux !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0