CHAPITRE 129 : « Shanpaï » « Keisuke »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 129 : « Shanpaï » « Keisuke »

« Une heure plus tôt environ. »

Keisuke est assis à sa table de travail, tandis que son compagnon de chambre est étendu tranquillement sur le lit avec un livre en mains.

Chacun vaque donc à ses occupations propres, quand le son caractéristique d’un message « Line » se fait entendre, chacun des deux garçons vérifie s’il est pour lui.

- Qui peut bien m’envoyer un texto à cette heure ?
- Sûrement la même personne que celle qui vient de m’en envoyer un !!

La curiosité d’en connaître à la fois le contenu et celui qui l’envoie les font se taire durant quelques secondes, jusqu’à ce qu’ils se tournent l’un vers l’autre avec le même étonnement dans le regard.

- Pourquoi Xiao nous demande-t-il de le rejoindre dans sa chambre ? J’imagine que tu as reçu la même demande.
- Oui c’est bizarre mais à la façon dont c’est dit, il me semble qu’il y a une certaine urgence.
- Hum !! Appelle-le pour en savoir plus, le temps que je me rhabille plus décemment.
- Pourquoi moi ? C’est ton ami il me semble ?

Keisuke se tourne vers Hiroki en fronçant les sourcils.

- Pourquoi donc ? Il n’est pas devenu également le tien ?

Son coloc et petit ami va pour protester que déjà Keisuke a disparu dans la salle de bains.

- Pffttt !! Faut toujours que ce soit moi qui m’y colle !!

Après deux tentatives infructueuses, il laisse retomber son IPhone sur le lit pour rejoindre son compagnon et mettre quelque chose de décent à son tour.

- Alors tu l’as eu ? Il nous veut quoi ?
- Cela ne répond pas, je crois qu’on devrait se magner le cul !! Quelque chose me dit qu’il y a urgence.

Les dix minutes qui suivent les emmènent devant la porte de leur ami alors que deux personnes y sont déjà, prêtes à frapper à cette dernière pour se faire ouvrir.

- Que font « Tak » et Hayato ici à cette heure ?
- Hum !! Si tu veux mon avis je dirai qu’ils ont reçu le même message.
- Psitt ! Oh les gars !!

Takuma stoppe son geste en se tournant vers les nouveaux arrivants, tout comme pour eux l’étonnement peut se lire sur son visage et celui de son chéri qui l’accompagne.

- Qu’est-ce que vous… vous aussi vous l’avez reçu ?

Alors qu’Hiroki prend la parole pour répondre, Keisuke frappe à la porte sans plus attendre, trop préoccupé pour perdre encore plus de temps en parlottes inutiles, puisque de toute façon ils vont vite être renseignés par ceux-là mêmes qui leur ont demandé de venir d’urgence.

Un fort cri guttural couvre le bruit de son poing, lui amenant une pâleur soudaine à ce que quelque chose de mal ne soit arrivé.

Il reconnaît la voix et du coup n’attend plus avant d’ouvrir la porte heureusement non verrouillée et d’entrer dans la chambre comme en terrain conquis.

Bien entendu il est suivi par ses trois autres amis qui tout comme lui restent hébétés, alors que le mot lui-même semble bien faible devant le spectacle auquel ils assistent.

Tomoya magnifiquement nu et couvert de sueur ainsi que d’un autre liquide nettement plus épais et dodelinant comme une marionnette sous les coups de boutoirs frénétiques de celui qu’ils prennent encore pour Hoshio.

- Mais c’est quoi ce bordel !!

Le son de la voix de son meilleur ami réveille un tant soit peu Tomoya qui a juste la force de crier quelques brèves paroles.

- Aidez-moi !! Je n’en peux plus !! Pitié !! Arrhhh !!

Le son sortant presque inaudible de la gorge de Toshio fait heureusement ce pourquoi il existe, c’est-à-dire mettre les quatre nouveaux arrivants dans un état des plus réceptifs pour rejoindre celui qui les produit et une fois encore c’est ce qui arrive quand Takuma en premier se dévêt comme un fou, pour venir prendre la place du grand blond qui en tombe au sol d’épuisement.

Hiroki a son tour se jette littéralement dans la mêlée vite suivi par Hayato et seul Keisuke résiste encore à l’appel des sens, sans doute à la vue de l’état physique de son meilleur ami.

Il s’approche donc de Tomoya pour le prendre dans ses bras et l’aider à se relever pour le mettre dans une position plus confortable, seulement c’est sans compter sur Toshio qui enroule ses bras autour de sa taille en ronronnant à son oreille.

Les vêtements de Keisuke tombent à leur tour tandis qu’un déchaînement de libido l’empêche de raisonner et le jette dans la mêlée, ayant perdu toute retenue et pudeur, pour jouir encore et encore de ses compagnons de sexe, qui tout comme lui ont perdu tout sens du temps et de la mesure.

Heureusement l’apport de « sang » neuf finit par porter ses fruits et ramener Toshio à la réalité des choses, ouvrant les yeux hébétés sur le terrain de bataille sur lequel ils ont tous passé la nuit.

Il se lève d’un bond souple, se sentant particulièrement frais et reposé, laissant les cinq autres occupants de la chambre affalés tel qu’ils se sont endormis, dans des positions ne laissant aucun doute sur le comment s’est passé la nuit.

Ce n’est qu’une fois sous la douche que Toshio se pose la question de leurs venues, ramenant ses souvenirs au moment précis où il s’est aperçu de leur présence.

La vision de son chéri lui arrive alors en pleine figure, le montrant dans l’état extrême d’épuisement alors que lui était encore dessus à lui faire l’amour.

Il comprend alors que cela vient de ce « don » venant de son père qu’il n’a pas su contrôler et que sans aucun doute l’arrivée des autres garçons a été salutaire pour Tomoya, qui sinon ne serait peut-être plus de ce monde.

La pensée d’avoir risqué la vie de celui qu’il aime plus que tout lui est alors intolérable, un flot de larmes venant noyer ses yeux alors que son corps est pris par des tremblements incontrôlables qui lui ôtent soudainement toutes forces en se laissant choir dans le bac à douche.

Il se passe alors un temps non mesurable où son esprit tourne et retourne en boucle cette peur qu’un jour personne ne soit là pour éviter le pire, maudissant sa faiblesse à perdre aussi aisément le contrôle sur cet appétit démesuré de sexe qui semble être dans sa nature et qu’il vient juste de découvrir avec un certain effroi.

Son esprit s’échappe alors un bref instant pour lancer un appel, ou plutôt un cri d’alarme.

- Père !! Où es-tu !! Sauve-moi de cette folie !!

***/***

« À l’intérieur du vaisseau, sur PENN »

Florian est en pleine conversation avec le commandant du vaisseau sur l’avenir de ce dernier et surtout de son équipage, quand il reçoit le message mental du seul de ses fils ayant la puissance et le pouvoir de le faire.

L’urgence se ressent suffisamment pour qu’il n’hésite pas à suivre le lien neuronal pour entrer dans l’esprit de Toshio et être confronté directement à la détresse de son fils.

Un bref mais instructif sondage des derniers souvenirs lui donne la réponse qu’il cherchait, le laissant hésitant sur la décision à prendre.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0