CHAPITRE 108 : « Shanpaï » « Xiao »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 108 : « Shanpaï » « Xiao »

« Quelque temps plus tôt, dans le bus ramenant les vacanciers à Shanpaï. »

Hoshio n’est de loin pas le seul à avoir remarqué l’extrême nervosité de Xiao depuis le décollage du jet privé de la DBIFC les ramenant au Japon, pourtant il est sans aucun doute celui qui en comprend le mieux l’origine.

Une origine qu’il doit bien reconnaître pour sa part non seulement loin d’être banale, mais qui lui a également transpercé le cœur dès le premier contact, chose qu’il n’avait jusque-là connue qu’avec Xiao.

Il voudrait en parler avec son chéri, seulement il sent bien qu’avant d’en arriver là il devra déjà savoir ce que lui-même attend maintenant de cette rencontre incroyable avec l’ami d’enfance de celui avec qui il compte bien vivre sa vie.

Il a été de surprise en surprise depuis l’arrivée au complexe, en découvrant tous ces
gens plus beaux les uns que les autres et qu’ils soient de son âge ou adultes n’y changeant rien au fait.

Ensuite les présentations avec le « fameux » Nicolas, qu’il pensait alors être le meilleur ami de Xiao avec bien entendu son inséparable Tom.

Les heures et les jours passant lui ont fait changer d’avis, non pas sur l’amitié inconditionnelle que son chéri porte sur les deux garçons mais sur le fait qu’il y ait d’autres personnes, aussi surprenant soit-il et qui sont incontestablement plus importantes dans son cœur.

Il y a eu Flo le jumeau de Tom, Hoshio cherchant toujours à comprendre sans y parvenir le degré d’attachement entre les deux garçons, cette façon inhabituelle qu’a eue Xiao de faire table rase sur le groupe entier pour ne plus se monopoliser que sur le fameux Flo, alors que lui a bien compris à les voir se taquiner qu’il n’y avait absolument rien de sexuel entre eux.

D’autre part il s’est passé ce que même pour sa part il n’arrive pas à expliquer quand Mathieu leur est apparu, aussi bien venant de Xiao que de ses propres sentiments à lui qui s’est senti tout de suite une attirance particulière pour ce garçon apparaissant en face de lui comme un dieu sculpté inspirant la gentillesse, l’apaisement et la sérénité.

***/***

Xiao observe en douce les expressions de visage de son chéri, alors que le bus les ramène au centre universitaire dans un confort reposant.

Il se demande à quoi peut bien penser Hoshio, du seul fait que lui ressent cette boule à l’estomac depuis qu’il a quitté sa famille.

Un énième coup d’œil à son téléphone le fait maugréer et du coup donne l’occasion à son voisin d’engager la conversation.

- Qu’y a-t-il encore ?
- Pas de réseau, ça me gave !!
- Tu sais bien qu’il va nous falloir attendre d’être arrivés, pourquoi donc autant d’impatience ? Ce n’est pas comme s’il manquait quelqu’un du groupe !!

Le silence de Xiao l’interpelle, n’étant pas habitué à le voir aussi perdu.

- Tu penses toi aussi à Mathieu, pas vrai ?
- Je… tu…
- J’avoue que je le préférerais là avec nous plutôt que de l’avoir laissé là-bas.

Xiao fixe longuement son chéri en cherchant à bien comprendre le sens de ses paroles, le regard franc qui s’accroche au sien le rassure et lui amène son premier sourire depuis leur départ.

- Tu quitterais le Japon avec moi ? Je veux dire définitivement ?
- Bien sûr que oui !! Je savais déjà que tu n’étais pas à Shanpaï de ton propre gré et ta question ne m’étonne pas plus que ça, d’autant plus que j’en connais maintenant la cause.
- J’en suis le premier étonné, crois-moi ou pas mais c’est la vérité, je savais « Math » très important dans ma vie mais de là à ce que j’ai découvert ce week-end !!

Xiao lève ses deux mains en les écartant, en mimant ainsi une explosion.

- Boum !!! Hi ! Hi !

Xiao se rend compte de ce qu’il vient de dévoiler devant son petit copain.

- Ça ne change rien entre nous tu sais, c’est juste qu’il nous faudra réfléchir à comment intégrer « Math » dans la relation que j’ai avec toi.
- À t’entendre je n’éprouverais rien pour lui et je devrais juste vous faire un peu de place, si c’est ce que tu penses tu n’as absolument rien compris.

Le sourire satisfait de son chéri lui démontre qu’il vient encore de se faire avoir et que le sens de la phrase n’était en fait qu’un test qu’il lui faisait passer pour connaître ses sentiments sur le sujet brûlant que serait une relation à trois.

- Tu m’as encore eu, en fait tu voulais juste m’entendre dire que j’aimais aussi Mathieu.
- Bingo mon beau ! Hi ! Hi !
- Pffttt !! Alors et pour « Nico » et Tom ?
- J’ai discuté avec eux avant de partir afin de ne pas leur laisser d’illusions sur ce qui s’est passé et que si je, ou plutôt nous, ne fermions pas définitivement la porte, il ne faut pas qu’ils espèrent plus de notre part.
- J’avoue qu’ils sont sympas tous les deux mais sincèrement je les préférerais comme amis.
- Donc la chose est réglée une bonne fois pour toutes semblerait-il ?
- Reste Flo ?
- Florian ? Tu es fou ? C’est ton père et je le considère comme de ma famille !!
- Je ne parlais pas de ce « Flo » là mais de Flo le beau Massaï !!
- Je peux t’assurer qu’il n’y aura jamais rien de sexuel entre nous.
- Je m’en étais rendu compte figure toi, c’est juste qu’il y a quand même quelque chose de bizarre quand vous êtes ensemble.
- Ça a toujours été comme ça tu sais, je ne sais pas d’où ça vient et Flo encore moins mais un fait est que quand nous sommes ensemble, nous éprouvons une sérénité particulière qui nous recharge nos batteries.
- J’avoue que c’est assez flippant quand on le découvre.
- Pourquoi donc ? Tu ne l’aimes pas ?
- Ça n’a rien à voir avec le fait que je l’aime ou pas !! Juste que c’est spécial comme situation !! Quant au fait que je l’aime ou pas, pour ça il aurait déjà fallu qu’on le voie tu ne crois pas ? Vous avez disparu quasiment durant toute la durée de la visite alors quant à ce qui est de le connaître tu repasseras.

Hoshio comprend en voyant le visage de son chéri se refermer comme une huître qu’il n’en apprendra pas plus, le secret si secret il y a entre les deux garçons restera à l’évidence bien garder, aussi préfère-t-il reprendre le sujet précédent pour lui faire retrouver la joie de vivre.

- On partirait quand ?
- Dès que possible, mon père nous inscrira à la faculté la plus proche du complexe, comme ça nous pourrons rentrer chez nous tous les soirs.
- Tu es fou !!
- Pourquoi donc ? C’est de cette façon que procèdent tous mes amis pourtant !!
- Si je me rappelle bien ce que nous a dit Nicolas, sa fac est à au moins cinq cents bornes !!
- Exact et c’est quoi le problème puisque nous n’y serons que pour les examens, toute la partie cours se fait depuis une école spéciale construite au village du centre, spécialement pour les enfants des résidents permanents, il y a les meilleurs professeurs qui soient venant d’Europe pour nous enseigner.
- Ça doit coûter une blinde.
- Voilà que tu reprends la façon de parler de « Nico » ! Hi ! Hi ! En fait l’argent n’est pas vraiment important grâce à Florian, nous en avons plus que nous ne pourrions dépenser et il n’y a pas de raison de ne pas en profiter dès l’instant que c’est pour la bonne cause.

Hoshio se retourne vers le reste du groupe, les trouvant bien silencieux et s’aperçoit alors qu’ils écoutent depuis le début la conversation qu’il a avec son chéri, un coup de coude pour amener Xiao à s’en rendre compte à son tour.

Tomoya prend la parole maintenant qu’il a bien compris qu’ils étaient découverts.

- Vous pensez vraiment partir comme ça, sans aucun regret de nous laisser tous derrière vous ??

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0