CHAPITRE 97 : « Complexe De Bierne » « Tomoya »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 97 : « Complexe De Bierne » « Tomoya »


« Centre de transit du complexe. »

Tomoya est le premier sur place avec sa valise à attendre ses autres compagnons pour le retour à Shanpaï, hélas bien trop tôt à son goût.

Tout ici lui a plu et il se serait bien vu y rester encore quelques jours, ne voyant encore personne arriver, il va s’asseoir sur l’un des bancs mis à la disposition des voyageurs en attente.

Il lui revient alors la journée de la veille passée dans la jungle ainsi qu’au village Massaï où ils ont été reçus avec naturel par cette tribu aux mœurs étrangement surannées.

Il a bien entendu remarqué comme il se doit quelques entorses aux traditions, des objets visiblement manufacturés servant à améliorer l’ordinaire.

En fait pour être tout à fait honnête avec lui-même, c’est surtout l’étrange comportement de Xiao avec le jeune Massaï jumeau de Tom qui lui a posé le plus de questionnements.

C’était comme si plus personne ne comptait pour eux et ce durant tout le temps qu’ils ont passé avec la tribu, mais le plus étrange encore a été sans conteste la non-réaction des gens autour d’eux.

À part ceux comme lui venus depuis le Japon, tout semblait aller pour le mieux du monde alors que cette osmose entre Xiao et Flo était pour eux des plus flagrantes, un peu comme s’ils avaient subitement atterri sur un autre monde où ils se seraient retrouvés seuls au monde.

Ils en ont parlé durant la soirée mais hélas celui qui seul pouvait amener les réponses ne les a pas rejoints, pour sûrement passer la nuit dans sa propre chambre comme le lui avait suggéré Hoshio avec une insistance telle qu’il lui était quasi impossible de refuser.

Des bruits de roues de valises lui font tourner la tête pour voir arriver une grande partie de ses compagnons de voyage, Keisuke venant directement vers lui pour s’asseoir à ses côtés.

- Bien dormi ?
- Comme un loir et vous ?
- Joker ! Hi ! Hi !
- Ah !! Je vois, en fait c’est un peu normal puisque nous sommes comme qui dirait en vacances !
- Comme tu dis, oui !! Mais toi comment tu gères l’ambiance qui règne ici ?
- Par ambiance, tu veux sûrement parler de sexe ?
- De quoi d’autre, avec tout ce qu’on entend sur le sujet sans vraiment avoir besoin de tendre l’oreille.
- Du moment que le reste se tend au quart de tour, tout va bien ! Hi ! HI !

Keisuke soupire en lui faisant un clin d’œil, pourtant il se mordille les lèvres en regardant le grand blond qui pour le moment reste le seul de la bande avec Shun à n’avoir personne.

- Ça va alors, tu es sûr ??
- Ne t’inquiète pas pour moi, la nature nous a heureusement donné les moyens pour satisfaire seuls nos besoins.

Keisuke lui fait un geste de la main des plus évocateurs.

- Comme ça ?
- Au début oui !!

Tomoya s’amuse de voir la tête que fait son meilleur ami, cherchant sans doute ce qu’il a bien voulu dire par là.

- Comment ça au déb… non !! Ne me dis pas… avec Shun ??
- Disons qu’on s’est un peu aidé manuellement pour changer un peu de l’ordinaire.
- Eh bien mes salauds !! Vous m’en direz tant. Sûrement que vous aussi vous avez été atteints par l’atmosphère qui règne ici.
- Je pense aussi et c’est pour ça que bien que je serais resté avec plaisir, je suis quand même bien content d’échapper à tout ça. Il sera bien temps pour moi de venir le revivre s’il le faut quand Toshio sera de retour.
- Takumi t’a dit quand il comptait le faire ?
- Tu l’appelles toujours Takumi bien que tu saches qui il est en vérité ?
- Justement c’est pour ne pas faire un impair une fois de retour à l’école, il y a déjà suffisamment de soupçons sur sa véritable identité sans avoir à en rajouter.

Tomoya sait que son ami n’attend pas de réponse, aussi se lève-t-il pour rejoindre le bus qui vient juste d’ouvrir ses portes et s’y asseoir au premier rang.

Il peut ainsi voir ses compagnons de voyage passer devant lui un par un, leur visage montrant bien pour la plupart « la » ou plutôt devrait-il penser « les » nuits agitées qu’ils viennent de vivre.

Aucun d’eux à part Shun qui vient s’asseoir à sa droite ne semble déroger à la règle, aussi c’est avec un réel étonnement qu’il voit passer Naoki avec visiblement lui aussi la tête dans le cul.

Un coup de coude à Shun pour le lui montrer d’un geste de la tête, ce dernier se contentant de sourire pour reprendre la lecture de la brochure qu’il tient en mains.

Tomoya fronce le front, surpris du manque de curiosité de son frère et s’approche de son oreille pour que lui seul entende.

- On dirait que tu sais quelque chose.

Shun détourne un instant son regard de sa lecture pour répondre par une question sur le même ton confidentiel.

- De quoi tu parles ?
- De la tête de Naoki, il a dû abuser sur la veuve poignet tu ne crois pas ?
- Tu dis juste ça parce que c’est ce qu’on a fait, apparemment tu n’as pas entendu les rumeurs au petit-déjeuner. Ah !! Non c’est vrai puisqu’on ne t’y a pas vu !!
- Les rumeurs ? Mais de quoi parles-tu enfin !!
- Figure-toi que notre grand balaise a eu de la visite durant la nuit et pas qu’un peu si j’en crois mes oreilles.
- Mais enfin c’est du délire, « Nao » n’est pas comme nous !!

Shun ferme à demi les yeux en cherchant à comprendre les paroles de celui qui est devenu son meilleur ami, le déclic se fait en quelques secondes et lui amène un sourire du genre foutage de gueule plutôt réussi.

- Il y a sûrement un truc qui t’a échappé mon grand, un truc énorme qui concerne plus de la moitié de la population sur Terre.
- Pffttt !! Qu’est-ce que c’est encore ??
- C’est de sexe féminin et cela se met en couple avec le sexe masculin, sexe que Naoki porte sans contestation possible il me semble.
- Il a reçu des filles dans sa chambre ?
- Vu que le rouquemoute qui devait se mettre avec lui était absent et qu’il avait un grand lit pour lui tout seul.
- Mais enfin… ne me dis pas que les filles d’ici sont chaudes à ce point-là !!
- Tu oublies deux choses, la première est justement liée à ce que nous ressentons comme excitation depuis que nous sommes arrivés et qui n’a pas besoin d’être réexpliqué il me semble.
- Hum, oui !! Et la deuxième ?

Shun a alors un grand sourire en montrant Keisuke à Tomoya d’un signe de tête.

- Disons que certains rigolos ont laissé courir un bruit comme quoi le grand était encore puceau et qu’il serait bon que quelqu’un ou plutôt quelqu’une s’en occupe rapidement.
- Et donc ??
- Aux bruits sans équivoque que tous semblent avoir entendus depuis les chambres jouxtant la sienne, le message a été reçu cinq sur cinq et pas que par une seule mais bien plusieurs personnes, toutes faisant partie des infirmières qui nous ont aperçus lors de notre visite du premier jour.

Hiroki se penche en avant pour rejoindre la conversation qui maintenant se tient à voix haute.

- En ressortant de la chambre elles semblaient plutôt heureuses de la prestation du grand, puisque je les ai clairement entendu regretter que nous partions déjà.

Takuma quelques sièges en arrière, surveille leurs messes basses de près cherchant à savoir ce qu’ils ont bien à se dire d’aussi amusant au vu de leurs sourires entendus, un nouveau haussement interrogatif de ses sourcils quand Tomoya l’aperçoit et ce dernier le renseigne d’une façon aussi inattendue qu’une prise de parole avec le porte-voix du bus.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0