CHAPITRE 94 : « Complexe De Bierne » « Yuan »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 94 : « Complexe De Bierne » « Yuan »


« Résidence des Tsu, un peu plus tard. »

Patricia est assise à table avec son mari et son ami redevenu pour un temps son amant, elle est suffisamment fine mouche pour ne rien dire de ce qu’elle a entendu qui se passait sous la douche entre les deux garçons.

Leurs visages apaisés et les quelques brèves œillades qu’ils se donnent, sont largement suffisants pour qu’il n’y ait plus aucun doute pour elle.

Pourtant ce n’est pas l’envie qui lui manque de dire ce qu’elle en pense, alors que dans ses souvenirs et même si ceux-ci sont déjà assez lointains, ils n’ont jamais eu le moindre geste équivoque en sa présence.

Aussi termine-t-elle rapidement son petit-déjeuner pour sortir en prétextant qu’elle risque d’être en retard au travail, alors que son intention est de se rendre au bureau d’Annie pour avoir une discussion sérieuse avec elle.

Elle n’a pas quitté la résidence depuis quelques secondes que Yuan prend la parole, lui aussi ayant perçu le trouble chez son épouse et en cherchant la raison.

- Tu penses qu’elle nous a entendus ??
- Faudra revoir d’urgence l’insonorisation si tu comptes le faire souvent ! Hi ! Hi ! Pourquoi donc ? Ce n’est pas comme si elle se faisait du souci à notre sujet ?
- Hum !! Oui… sans doute… mais…
- Mais ??
- Nous ne nous étions jamais comportés comme ça devant elle si mes souvenirs sont bons !!
- Oui… sûrement, mais je ne vois pas où tu veux en venir ?

Yuan regarde l’heure à l’horloge avant de décrocher le téléphone et poser le combiné en appuyant sur la touche main libre, Antonin entend alors la conversation.

- Allo, c’est Yuan Tsu à l’appareil !! Pourriez-vous demander à mon épouse qu’elle me rappelle dès qu’elle arrivera à son bureau s’il vous plaît ? Elle ne devrait d’ailleurs plus tarder à arriver.
- Bonjour monsieur Tsu, Madame Tsu vient juste de nous appeler pour nous avertir de son retard et de remettre son premier rendez-vous à plus tard dans la journée.
- Ah… oui suis-je bête, j’avais complètement oublié qu’elle avait une course à faire. Je ne me rappelle plus trop ce que c’était d’ailleurs.
- Madame Tsu se rend chez la directrice du centre.
- C’est vrai ? Comment ai-je pu oublier ? Merci beaucoup et ce n’est plus la peine de lui faire part de mon appel, je devais également voir Annie Viala.
- Entendu… bonne journée monsieur.
- Bonne journée, oui.

« Bip-bip-bip. »

Yuan raccroche en se tournant vers Antonin avec une forte expression interrogative sur le visage.

- Qu’est-elle allée faire chez Annie ??
- Ce doit être lié à notre petite joute sous la douche, je pensais bien pourtant qu’elle n’y verrait rien à redire.
- Si tu veux mon avis, je ne pense pas que ce soit aussi simple.
- Bah !! Si ça tombe c’est de tout à fait autre chose qu’elle veut lui parler, de toute façon il suffira de le lui demander ce soir.
- Oui tu as raison, je dois y aller également.
- Vas-y je rangerai, ce n’est pas comme si j’étais occupé ! Hi ! Hi !
- Tiens oui au fait !! Tu vas faire quoi aujourd’hui ?
- Quelque chose qui me sera très utile pour ce soir.
- Ah oui et c’est quoi ?
- Dormir ! Hi ! Hi !

Yuan éclate de rire à son tour en venant serrer son ami dans ses bras, heureux de l’avoir tout à lui ou plutôt tout à eux durant son séjour qu’il espère le plus long possible.

- On se retrouve à midi pour le déjeuner ?
- Pas de soucis, la nourriture Terrienne m’a beaucoup manqué.

Yuan lui tend une carte de visite qu’il a sortie d’un tiroir du salon.

- Tiens !! Appelle ce numéro et tu commanderas ce qui te fera le plus envie, tu n’as qu’à dire que tu appelles de ma part et le chef ne fera pas d’histoires.
- Merci !!
- Mais de rien, je me dois de donner l’envie à mon invité de rester le plus longtemps possible.

Yuan peut observer l’émotion que ses paroles ont donné sur le visage d’Antonin qui malgré son âge réel reste toujours aussi émotif, il préfère donc ne pas insister plus au risque d’avoir l’effet contraire et quitte à son tour la résidence, repensant avec une légère pointe d’inquiétude à son épouse et la raison de sa visite chez Annie.

- Bah !! On verra bien !! Après tout, ce n’est pas comme si la Terre s'arrêtait de tourner !

***/***

« Bureau d’Annie Viala au sommet de la tour administrative du complexe. »

- Je m’en étais également rendu compte et tu n’es pas la première à venir me voir à ce sujet, Mélanie la femme de « Ludo » m’a également raconté comment Amid a fait plus ou moins consciemment du rentre-dedans à son chéri.
- Ne me dis pas que… « Ludo »… non !!
- Bien sûr que non, mais il a néanmoins avoué à son épouse qu’il ne serait pas contre remplacer Antonin avec vous deux Yuan.
- De quoi ??

Malgré le ton de voix marquant l’extrême surprise, Annie entend bien que l’idée en soi n’indiffère aucunement son amie mais elle ne peut lui en vouloir du fait que bientôt arrivé à la trentaine le « petit Ludo » est de loin celui qui attise le plus les envies de toute la gent féminine et pas que, du complexe.

- Je vois au son de ta voix et à ton visage que tu serais loin d’être contre, n’est-il pas vrai ?
- Hum !! Oui peut-être, j’avoue que depuis qu’Antonin ne venait plus il m’est venu plusieurs fois l’idée qu’il ferait un très bon remplaçant, à tout du moins s’il en éprouvait l’envie bien entendu.
- Hum, oui… bon !! Pour revenir au sujet de la discussion, je disais qu’il y avait pléthore de gens qui sont venus avec cette même question sur ce qui leur arrive depuis quelque temps. Pour ne citer qu’elles, il y a eu Marie-Josée et Mélanie la fille de Guillaume cette fois.
- À cause de Mathieu je parie !!
- Il semblerait que notre grand « nerveux » soit lui aussi tombé amoureux et pas du moindre en plus, puisse qu’il s’agît de Xiao.
- Il faut faire quelque chose rapidement, tout ceci n’est absolument pas naturel.
- Je ne dirais pas ça comme ça, mais plutôt que cela réveille en nous des sentiments qui sinon n’auraient eu quasiment aucune chance de sortir de nos esprits.

Patricia curieuse d’un coup du « nous » employé.

- Comment ça « nous » ? Toi aussi tu ??
- Suis-je si vieille que je n’éprouverais plus d’envie de ce genre ?
- Je ne voulais pas dire ça, juste que du haut de ton « perchoir » que tu ne quittes pour ainsi dire jamais, je te pensais immunisée.
- Comme quoi on peut se tromper ! Hi ! HI !
- Je suis curieuse d’un coup !!
- Je n’ai nullement l’intention de te dire quoi que ce soit, par contre il est vrai que nous devons agir avant que nous regrettions tous nos actes.
- Seul Florian pourrait remédier à cet état de fait.
- Oh !! Mais il l’a déjà fait en faisant en sorte qu’il n’y ait pas cumul des « dons » quand ils sont tous les trois au même endroit.
- Apparemment ce n’est pas suffisant ou alors c’est que l’un des deux présents en ce moment au complexe serait bien plus puissant qu’il ne le pense et réalise cela à lui seul.
- Auquel des deux tu penses, car j’imagine que le deuxième c’est Hoshio ? Pourtant il me semblait avoir compris de Florian lui-même que c’était de ses deux fils celui qui était essentiellement humain ?
- Cela viendrait d’Alexandre alors ? Pourquoi donc dans ce cas est-ce que le ressenti semble beaucoup plus fort depuis deux jours ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0