CHAPITRE 88 : « Complexe De Bierne » « Antonin »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 88 : « Complexe De Bierne » « Antonin »

Naruhito n’attend aucune réponse à sa dernière question, celle-ci en étant tellement évidente pour lui, aussi c’est donc sans insister, qu’il sort finalement de la chambre pour organiser le retour du prince héritier au palais où il sera pris en charge par son médecin habituel.

Florian comprend que c’est pour lui le moment opportun de partir et ce bien qu’il serait volontier resté encore un peu à papoter avec son amie, pourtant quelque chose le pousse à retrouver la quiétude de sa chambre pour réfléchir sur la conversation.

Conversation qui quelque part l’a suffisamment marqué pour agir de la sorte, quitte à passer pour un indifférent devant ses amis qui espéraient sûrement le garder encore auprès d’eux quelques heures au moins.

Un dernier regard sur Hisahito et il profite du fait qu’il soit en pleine conversation avec sa tante pour disparaître soudainement, se retrouvant à Shanpaï alors que l’école est quasiment déserte à cause de ce long week-end.

***/***

« Square du complexe De Bierne. »

Antonin est également plongé dans ses pensées, assis sur l’un des bancs de cette aire de repos où le personnel fumeur vient régulièrement faire une brève pause.

C’est à cet endroit que Patricia le découvre avec une réelle surprise alors que justement elle pensait à lui il n’y a pas si longtemps, avec le regret d’avoir perdu le compagnon occasionnel de leurs jeux sexuels qu’il était à une époque déjà relativement éloignée.

C’est donc avec une surprise agréable qu’elle change de direction pour venir le rejoindre, s’assurant par là même qu’elle ne fait pas erreur sur la personne.

- « Tonin » ?? C’est bien toi ?

Il faut quelques secondes à Antonin pour reconnaître en cette superbe quadra celle qui non seulement a été son amie, mais également sa seule véritable amante.

Un sourire joyeux illumine son visage quand c’est chose faite.

- « Pat » ?? C’est bien toi ?
- Hi ! Hi ! Tu n’es pas obligé de répéter mes paroles.
- Sauf que venant de ma part ça a plus de sens, je n’ai pas changé alors que toi… Wouah !!

Patricia vient s’asseoir tout contre lui en lui donnant une petite tape sur l’épaule.

- Comment je dois interpréter ce « Wouah » ??
- Tu es encore plus belle que dans mes souvenirs
- Et toi toujours aussi beau que dans les miens.

Une lueur d’intérêt s’allume dans leurs regards, chacun comprenant qu’il ne faudrait pas grand-chose pour qu’ils se retrouvent comme au bon vieux temps à profiter des plaisirs de la chair.

- Tu fais quoi ce soir ? J’espère que tu seras toujours là ?
- Je n’ai pas encore prévu de date de départ, il faut juste que je me fasse inviter chez quelqu’un le temps de mon séjour. Au pire je demanderais s’il y a une chambre de libre à Annie.
- Tu es fou !! Yuan sera super-content de t’avoir chez nous !!
- Pas toi ??

Les joues subitement rosies de Patricia amusent Antonin qui comprend que ses pensées sont elles aussi dirigées vers ce qu’ils ont vécu durant un bref été, ayant toujours pour une raison qu’il ignore fait en sorte de l’éviter durant ses quelques brefs séjours au complexe et cela dès les toutes premières années suivant leur retour sur Imperia.

- Bien sûr que si, allons !!

La réponse de son amie le sort de ses pensées, il ne peut s’empêcher pourtant de lui envoyer un clin d’œil révélateur sur le fait qu’il ait remarqué son soudain embarras.

Est-ce le fait qu’il ressente à son tour l’ambiance chaude que vit le complexe depuis le retour d’Alexandre, ou seulement celui de ses envies propres, alors que l’excitation le gagne visiblement devant la plastique parfaite de cette femme faite qu’est devenue son amie depuis son dernier passage.

Toujours est-il qu’ils commencent tous les deux à se dévorer des yeux et c’est sûrement l’arrivée fortuite d’un autre promeneur s’installant cigarette en bouche sur le banc en face d’eux, qui les retient d’aller plus loin.

Patricia a senti elle aussi cette humidité propre aux femmes qui est un parfait indicateur de ses propres désirs, aussi se lève-t-elle en donnant une petite carte de visite à Antonin après y avoir inscrit quelques chiffres.

- Il y a notre adresse et le code de la porte est noté derrière au stylo, tu fais comme chez toi, je préviens Yuan que tu vivras chez nous durant ton séjour.

Elle regarde autour de lui avant de lui demander, légèrement étonnée quand même de ne pas y avoir pensé avant.

- J’y pense d’un coup, tu as pris une valise avec toi au moins ?
- Une val… ah oui une valise, bien sûr !! Je l’ai laissé au poste de sécurité quand je suis sorti du télé-transporteur, je passerais la prendre avant de me rendre chez vous.
- D’accord, la chambre d’ami est tout de suite à droite en entrant, tu n’auras qu’à y déposer tes affaires.
- Ah… d’accord !!

Patricia voit bien la mine déçue du blondinet, elle lui sourit avec cette fois encore une flamme dans le regard qui donne encore plus de poids aux paroles qui vont suivre.

- C’est juste pour y mettre tes affaires, notre dressing est déjà plein à craquer ! Hi ! Hi !

Le sourire revient sur les traits d’Antonin qui du coup perd un instant son éternelle timidité.

- Devrais-je avoir peur d’être pris dans les filets d’une femme « cougar » ?
- Hum… Que répondre à cette question à part déjà que ce sera par un couple de « cougars », sinon que tu en meurs peut-être d’envie toi aussi.
- Je ne sais pas trop madame, je ne fais jamais ce genre de choses vous savez.

Ils éclatent tous les deux de rire en face de l’employé qui termine sa cigarette et se lève pour retourner prendre son poste, curieux malgré tout de savoir d’où vient ce petit blondinet qui semble avoir aguiché la femme d’un des plus importants industriels donateurs du complexe.

L’idée lui passe brièvement par la tête de l’en avertir avant de soupirer en oubliant cette pensée, se faisant la remarque sans doute avec justesse qu’après tout ce ne sont pas ses affaires.

Patricia reprend sa route en laissant Antonin visiblement ragaillardi, laissant un message « line » à son chéri pour le prévenir des changements domestiques de ces prochains jours.

La réponse ne se fait pas attendre et précède de peu l’appel de Yuan.

- Allô oui ?
- ….
- Je suis aussi surprise que toi figure-toi,..
- ….
- Il ne me l’a pas dit, quelques jours je pense.
- ….
- Entendu, je te dis quoi, bise mon amour.
- ….

Patricia va pour raccrocher quand elle repense à un truc important et qui en plus devrait donner à réfléchir à son mari.

- Ha oui chéri !! Encore une chose, si tu rentres le premier tu pourras changer les draps de notre lit ?
- ….
- Hi ! Hi ! C’est bien parti pour, alors garde tes forces pour ce soir et évite d’aller faire un tour chez « Raphi » et Éric !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0