CHAPITRE 83 : « Shanpaï » « Florian »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 83 : « Shanpaï » « Florian »


- Pourquoi tu me regardes comme ça ?? Je n’aurais pas dû venir, c’est ça ??
- Voilà que tu fais les questions et les réponses maintenant ?
- Je vois bien que ma présence ne te fait pas plaisir !!
- Tu n’y es pas du tout !! En fait j’essaie juste de comprendre ta motivation à venir sur Terre, alors que cela fait des années que tu ne souhaitais plus y venir.
- Tu sais bien pourquoi… je ne pouvais pas choisir entre ceux restés ici et les élus, c’était trop difficile pour moi et j’ai compris pourquoi ce matin. En fait je…

Florian voit bien que les mots sont difficiles à sortir, lui aussi depuis quelque temps se pose les mêmes questions alors qu’il y a maintenant une éternité qu’ils n’ont plus de rapports autres qu’amicaux avec ceux restés d’une éternelle jeunesse.

Il doit bien s’avouer sans honte que les retrouvailles avec Raphaël, Éric et Yuan, devenus bientôt quadra, lui ont fait revivre une passion qu’il pensait avoir perdue en dehors de ses trois amants les plus intimes.

- Tu les trouves plus à ton goût maintenant qu’ils ont pris de la bouteille.
- Je… oui !! Tu ne m’en veux pas dis ??
- Pourquoi t’en voudrais-je alors que je pense exactement la même chose depuis mon retour ici ?

Une lueur de contentement s’allume brièvement dans le regard pur du petit blond, vite assombri par ses pensées.

- J’aurais tellement aimé que tu puisses y faire quelque chose.
- Tu voudrais que je les remplace ?

Antonin semble pris d’un soudain remord d’avoir eu une telle pensée.

- Non… non… c’est que je…

Florian sourit, l’amour qu’il porte à Antonin le pousse à venir le prendre dans ses bras.

- Tu aimerais que je trouve une solution ?
- Oh oui !! S’il te plaît… mais ne tarde pas trop c’est en ce moment qu’ils sont les plus sexy.
- Tu n’as rencontré qu’Éric il me semble, comment peux-tu être aussi sûr de ce que tu dis ?
- J’ai vu la photo sur le bureau de « Raphi » où ils sont tous les trois.
- Ah… d’accord !! Dans ce cas je ne peux que confirmer que tu as raison ! Hi ! Hi !

Un silence se fait qui profite au câlin qu’ils se donnent, jusqu’à ce que la main menue d’Antonin remonte sous le tee-shirt du petit rouquin pour lui caresser le bas du dos.

Florian ferme les yeux en se laissant faire, curieux de voir jusqu’où iront ces caresses qu’Antonin peu prolixe du genre n’a pas pour habitude de donner, surtout comme maintenant en en prenant l’initiative.

La douceur de cette main aux doigts déliés qui déjà s’insèrent dans l’échancrure du pantalon pour venir lui amener le frisson de cette douce caresse qui met très vite le feu aux poudres.

Que ce soit l’un comme l’autre des deux amants, le manque de rapports sexuels se fait durement sentir et le lit s’en rend très vite compte quand ils y expriment nerveusement toute l’excitation qui les a gagnés.

Pourtant un bref arrêt venant d’Antonin qui dirige son regard vers la porte, renseigne Florian sur son inquiétude et il s’empresse de le rassurer avant de reprendre sa langue en otage.

- Mon coloc est en Afrique avec tous mes amis d’ici, donc nous ne serons pas dérangés.
- Cool… « slurp »

***/***

« Deux heures environ plus tard. »

C’est cette fois-ci en grande partie rassasié qu’Antonin avale la dernière goutte de la énième jouissance venant de son chéri, il s’affale ensuite à moitié sur lui quand quelque chose venant du couloir le met en alerte.

- Tu ne m’avais pas dit qu’il n’y aurait personne ?
- Je ne t’ai parlé que de mes amis ! Hi ! Hi !
- Tu crois que…
- Qu’ils nous ont entendu ?? Difficile du contraire avec les murs en carton du dortoir.

Antonin devient rouge brique de honte, faisant sourire Florian qui lui par contre s’en fout royalement au point qu’il se lève pour aller voir de l’autre côté de la porte de qui provient ce bruit.

C’est donc entièrement nu et encore en semi-bandaison, qu’il se montre aux trois garçons qui avaient encore l’oreille plaquée à la porte et qui du coup manquent de s’affaler en se retrouvant à quelques tout petits centimètres de ce qui il y a quelques secondes à peine était d’une raideur significative.

Florian les reconnaît de suite comme faisant partie de sa classe et alors que les deux plus éloignés se redressent visiblement honteux de s’être fait capter, le troisième a les yeux hagards rivés sur la chose qui visiblement s’en retrouve toute contente en reprenant rapidement sa gloire d’il y a peu.

Cette remontée assez spectaculaire par sa rapidité, prend de court le garçon qui la reçoit sous le menton avant de venir lui caresser les lèvres en y laissant une odeur humide qui ne trompe pas sur son origine.

Florian cette fois tout autant amusé qu’étrangement excité, donne le petit coup de reins de trop qui vient lui mettre le bas-ventre en contact direct du visage de l’autre garçon, sous le regard perplexe de son geste venant des deux autres y assistant.

- Tu peux entrer si tu as envie, je pense qu’il en reste assez pour te faire plaisir.

Ceci dit, Florian fait un pas en arrière en refermant la porte derrière lui, laissant les trois curieux dans le couloir et c’est après un demi-tour sur lui-même qu’il rejoint Antonin toujours nu également et qui a tout suivi avec amusement après malgré tout un bref instant de gêne, reconnaissant là le culot de son chéri alors qu’il lui fixait ensuite les petites fesses avec un regain d’envie.

Bien sûr cela n’a pas échappé à Florian qui est prêt à remettre le couvert et qu’importe le rôle à y jouer, pourtant ce sont deux petits coups discrets à la porte qui l’en empêchent.

Antonin tout aussi étonné que lui, le regarde avec effarement avant d’esquisser un petit sourire espiègle.

- Non !! Tu crois que…
- Nous allons très vite le savoir.

Florian n’en dit pas plus quand il ouvre de nouveau la porte pour y retrouver comme il s’y attendait un peu le troisième garçon, seul cette fois et le visage en feu d’avoir osé répondre à l’offre dite sans doute pour se moquer d’eux plutôt qu’autre chose.

Quelque chose plus fort que la morale et que sa volonté pourtant l’a poussé à le faire, le petit rouquin faisant depuis son arrivée à Shanpaï l’objet de ses désirs les plus cachés.

- Je disais ça pour plaisanter, ce n’était pas à prendre à la lettre !!
- Ahhh !!! Je… désolé… je…

Florian sans même chercher à le faire, reçoit toutes les pensées du jeune homme et comprend alors que c’est lui qui lui a jeté la pierre sur des sentiments qui étaient déjà bien ancrés en lui.

Du coup il ne sait plus trop comment réagir, la surprise venant d’où on l’attendait le moins quand une petite main menue le tire en arrière tandis qu’une autre attrape par la chemise le garçon resté dans le couloir pour le faire entrer à son tour.

- Ce n’est pas la peine de te montrer à poils comme ça, imagine que quelqu’un d’autre arrive ??
- Ah !!
- Comment ça ah ??

Antonin voit alors les deux garçons le détailler des pieds à la tête pour l’un et s’arrêter à la taille pour l’autre, visiblement intéressés par ce qu’ils y découvrent.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0