CHAPITRE 81 : « Centre hospitalier De Bierne » « Antonin »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 81 : « Centre hospitalier De Bierne » « Antonin »


Un éclair de compréhension se fait alors dans le regard d’Alan, son visage s’éclairant soudainement d’avoir enfin résolu le mystère de la disparition de certains vêtements Terriens qu’ils avaient ramenés avec eux et en particulier de ses petits morceaux de tissu dont ces derniers se ceignent la taille et qui ma foi, sont assez excitant autant à porter qu’à regarder.

- Le salaud !! Je suis sûr que c’est « Dami » qui nous les a fauchés, j’avais donc raison quand je disais être certain de les avoir emportés avec nous.

Antonin sourit à la fois de voir la tête d’Alan, mais également d’imaginer le commandeur et le prince régent, portant des sous-vêtements deux tailles en dessous de la leur.

Bien entendu son sourire n’échappe pas à ses deux amis et Alan une fois de plus s’en offusque, mais avec cette fois une pointe de moquerie facilement détectable.

- Ils ont dû avoir de la peine à rentrer dedans les deux rondouillards !! Mais je ne laisserai pas passer ça et ils vont voir de quel bois je me chauffe.
- Assez discuté là-dessus, nous verrons ça le moment venu avec eux…

Mickaël se tourne vers Antonin.

- … Tu n’es pas arrivé ici juste pour faire du shopping j’imagine ?
- Eh bien disons que…
- Dis plutôt que tu es « chaud patate » et que tu aimerais bien une bonne partie de fesse avec « Flo » ?

Antonin malgré tous ses millénaires de vécu, rougit comme un puceau, ce qui bien entendu n’échappe pas aux deux lascars qui n’ont pas l’intention de le laisser s’en sortir comme ça.

- Ouah !! Ça a l’air urgent en plus !! Peut-être qu’on pourrait t’aider à te soulager ?
- Eh !! Tu nous fais quoi là !! Tu n’as pas assez de moi que tu veux te taper le sosie ?

Mickaël répond par un ricanement amusé, fixant Antonin dans les yeux en le dévorant du regard.

- Peut-être que le sosie est plus chaud que celui que je connais déjà, va savoir !! D’ailleurs qui te dit que lui aussi il ne serait pas tenté par le sosie de son chéri ? Hein !!
- Pffttt !! N’importe quoi !!

Antonin soupire à son tour en redevenant sérieux, ayant bien compris et c’est rassurant pour lui, que ses deux amis plaisantent juste pour le mettre mal à l’aise et se moquer de lui.

- En parlant du rouquemoute, il est dans le coin ou pas ?
- Va savoir avec lui !! Il était là hier et ce matin, mais nous n’avons pas son emploi du temps.
- Si tu le cherches, le mieux c’est d’aller à la clinique vétérinaire, il y a son nouveau coup de cœur là-bas.
- Tu parles bien d’Alexandre ?
- De qui d’autre ? Sûrement pas de Raphaël… quoique…
- Oui… quoi ?
- En y repensant, il me semble qu’il se soit de nouveau rapproché de lui et des deux autres sbires, faut dire aussi que… wouah… la quarantaine leur va super-bien, surtout pour un qui ne se tape que des gusses qui ne changent jamais d’un poil et qui resteront toutes leurs vies de grands ados.
- Tu t’en plains peut-être ? Si c’est le cas je peux demander qu’il vous laisse de nouveau vieillir ?
- Oui bon… on verra ça dans quelques millénaires, quand nous serons lassés de ressembler à des petits jeunes.

Antonin sourit devant la bouille de Mickaël qui même de près a tout de même des airs, ou plutôt des mimiques ressemblant fortement à celles de Florian.

- Intéressant !! Il va falloir que je voie ça de visu, il y a un moment que je ne suis pas venu en plus et peut-être que j’aurais le même coup de cœur que « Flo ».
- Bah !! Au pire tu y trouveras Alexandre et là crois-moi c’est de la balle !!
- C’est « Dami » qui lui apprend toutes ces expressions ?

Alan sourit en hochant la tête.

- Qui d’autre cela pourrait être, je te le demande !! En plus il teste son « savoir » sur « Nico » et Tom, tu verrais la tête qu’ils font ! Hi ! Hi ! Au point où je me demande si c’est toujours bien approprié aux situations quand il balance une de ses vannes !!

Antonin fixe un instant le petit rouquin, il ressent alors comme une nuée de papillons dans le ventre et s’en inquiète à haute voix.

- C’est quoi ce bordel ?
- De quoi tu parles ?
- Je n’ai jamais éprouvé de réelle attirance pour personne d’autre que Florian et Thomas, j’ai accepté Lorgan et à une époque Éric, Raphaël et Yuan, mais…

Alan le fixe avec surprise de l’entendre parler soudainement de sa vie privée alors qu’il a la réputation de ne pas en être prodigue, l’explication lui vient comme un éclair de compréhension.

- Sûrement l’effet combiné de nos trois lascars !!
- Impossible allons !! Florian n’a-t-il pas fait en sorte que cela ne se produise plus ?
- Alors c’est sans doute l’effet d’un seul qui est suffisamment puissant pour lui amener le trouble.
- Mais enfin de quoi tu parles ?

Alan montre Antonin qui est toujours à fixer son chéri.

- Regarde-le te dévisager et tu comprendras !!

Mickaël se tourne alors vers Antonin qui le fixe toujours avec cette expression qui ne trompe personne sur ce à quoi il pense à ce moment précis et qui est bien loin d’être sage au vu des rougeurs sur les joues du petit blondinet.

- Oups !!

Alan voit bien quelles seront les prochaines paroles de son copain, aussi préfère-t-il couper court à ce qui pourrait dans un avenir proche devenir une gêne entre eux s’ils se laissent aller à leurs pulsions sexuelles de façon irréfléchies.

- Suivez-moi !! Le mieux est d’aller voir à la source du problème et toi retient-toi et reste correct avec « Tonin », tu m’as bien compris ?
- Mais pourquoi ? Il a l’air d’accord pour qu’on…
- Je t’ai dit de laisser tomber, vous n’êtes pas vous-même tous les deux et vous le regretteriez.

Alan se place entre ses deux amis en prenant un bras à chacun, pour les emmener tambour battant jusqu’à l’ancien dispensaire où le personnel les voit débouler presque à bout de souffle.

Bien sûr tous reconnaissent Antonin avec les deux visiteurs qu’ils ont pris l’habitude de voir ici et les sourires amicaux fusent de toutes parts, avant qu’une secrétaire reprenne sur elle pour annoncer sa venue au patron des lieux.

Ce dernier étant absent, c’est Éric présent à ce moment là qui arrive tout sourire pour prendre Antonin dans ses bras, sentant alors les tremblements d’émotion émis par son corps toujours aussi frêle.

Un regard sur Mickaël et sur Alan qui lui par contre semble préoccupé par la situation, le renseigne sur la cause, aussi s’empresse-t-il de les guider jusqu’à la salle de repos.

Il serre un peu plus fort le bras d’Alan pour qu’il lui prête particulièrement attention, montrant alternativement de la tête les deux autres garçons qui ne sont vraisemblablement pas eux-mêmes à ce moment précis.

- Depuis quand sont-ils comme ça à se dévorer du regard ?
- Quasiment depuis l’arrivée d’Antonin.

Éric réfléchit quelques secondes.

- Je ne comprends pas, Florian s’en est occupé hier et tout semblait être redevenu normal au complexe.
- Peut-être est-il plus particulièrement sensible à l’un des deux autres, du fait qu’il y a longtemps qu’il n’en a plus été sous influence.
- Hum !! Va savoir !! Mais j’y pense, il devait se sentir bien seul depuis quelque temps ? Ce n’est peut-être qu’un effet de manque, il nous suffit d’avertir Florian qu’il est sur Terre et cela devrait vite rentrer dans l’ordre.
- Dommage !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0