CHAPITRE 78 : « Centre hospitalier De Bierne » « Flo »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 78 : « Centre hospitalier De Bierne » « Flo »


Alors que l’instinct de conservation propre à chaque être humain leur dicte de reculer, un sifflement traverse le groupe tandis qu’une flèche vient se ficher sur le premier arbre derrière eux.

Un début de panique s’ensuit qui prend encore plus d’ampleur quand un guerrier au corps peint se montre à eux avec une nouvelle flèche encochée à son arc bander, les menaçant visiblement tous tour à tour.

Xiao pour sa part éclate de rire, alors qu’il voit bien combien les visages de ses amis sont marqués par une réelle frayeur face à celui qui les menace.

- Hi ! Hi ! Tu vas les faire pisser dans leurs frocs, alors arrête ça, tu veux bien ! Hi ! Hi !

Le sourire que le jeune guerrier Massaï lui envoie remplace l’air menaçant qu’il tenait jusque-là, une fois l’arc revenu derrière son dos le voilà qui s’élance pour prendre Xiao dans ses bras à la musculature saillante.

Cette fois encore quelque chose d’inhabituel se passe sous le regard du reste du groupe, quand Xiao sans une parole les quitte en tenant l’étrange personnage par la taille.

Raphaël connaît suffisamment ce lien puissant qui unit d’une amitié peu commune les deux garçons, pour ne pas s’en étonner outre mesure et se contente d’expliquer en quelques mots à qui ils ont eu à faire.

D’apprendre qu’il est le jumeau de Tom surprend Hoshio qui n’avait rien remarqué, sans doute du fait des peintures tribales dont le jeune guerrier était recouvert.

Il s’approche de Raphaël une fois que tout le monde semble avoir repris sur lui et visite maintenant avec curiosité ce lieu étrange où le silence règne en maître.

- Il est parti comme ça sans même me jeter un coup d’œil alors que je pensais qu’il me demanderait de le suivre.
- Il a toujours été comme ça quand ils sont ensemble, ne t’inquiète pas pour eux je t’assure qu’il n’y a rien de sexuel dans leur relation. C’est juste inexplicable, pourtant ce n’est pas faute d’avoir cherché à comprendre.
- Je dois reconnaître que vous n’êtes pas banals tous autant que vous êtes, j’avais toujours entendu de la part de mes proches que j’étais une exception mais je me rends compte que je ne suis pas seul dans ce cas.

Raphaël sourit, ne trouvant rien de choquant à cette constatation qui a quelque part un certain fond de vérité, les proches de Florian ayant migré au complexe tranchant toujours sur le reste des employés par beaucoup de points tant physiques que comportementaux.

- Je me suis souvent fait la même réflexion mais dis-toi bien que c’est sans doute ce qui fait notre charme, avec nous au moins il n’est jamais question d’ennui ! Hi ! Hi !
- Pourtant j’ai cru comprendre qu’Alexandre ne faisait pas partie de ce groupe dont tu parles, je me trompe peut-être remarque !
- Non tu as raison, c’est juste une… énigme que nous cherchons à résoudre.
- N’est-ce pas dangereux de pousser vos recherches trop loin ? Il y a des secrets qu’il ne vaut mieux pas dévoiler au grand jour, je suis bien placé pour le savoir.
- Dangereux dans quel sens ?
- Dans le fait qu’il n’apprécie pas et qu’il choisisse de vous quitter.

Raphaël devient subitement anxieux, n’ayant jamais envisagé cette option qui pourtant semble marquée du bon sens.

- Je ne sais pas… j’espère que non car nous sommes beaucoup attachés à lui.
- C’est encore un motif supplémentaire il me semble.
- Comment ça ??
- Le « nous », pourrait devenir trop présent au point de l’insupporter.
- Qu’est-ce qui te fait dire un truc pareil ? Tu as entendu quelque chose que je devrais savoir ?
- Non rassure toi, c’est juste que j’ai l’impression que ce fameux « nous » concerne de plus en plus de monde et je ne vois pas forcément ça comme de bon augure pour une relation durable.
- Ce n’est qu’une passade rassure-toi,
- Si tu le dis !!
- Je ferai en sorte que tout redevienne plus gérable pour lui, pour l’instant nous cherchons à comprendre ce qu’il est exactement.
- Xiao m’en a touché deux mots, il n’y a pas si longtemps j’aurais traité tout le monde de fou mais j’en ai vu suffisamment depuis la rentrée universitaire pour prendre du recul sur ce qui me semblait impossible jusque-là.
- Cela a dû être un sacré choc pour toi d’apprendre que Florian est ton père.
- J’ai encore du mal à intégrer ce genre de données.
- Pourtant la ressemblance est frappante.
- Encore un mystère qui demandera à être éclairci un de ces jours.
- Comment ça ?
- J’ai cru comprendre que ce n’est pas son corps d’origine et qu’entre-temps il s’est passé un temps incommensurable qui lui a valu une perte complète de mémoire.
- C’est très loin mais c’est exact.
- Alors comment expliquer la ressemblance ?

Raphaël reste un moment songeur en donnant des gestes comiques à sa tête au fur et à mesure des avancées de sa réflexion.

Il finit par pousser un profond soupir avant de revenir sur le sujet.

- En fait je ne sais pas trop !! Pffttt !! Chercher à comprendre Florian c’est le mal de tête assuré crois-moi, il vaut mieux faire comme nous l’avons toujours fait.
- C’est-à-dire ?
- L’accepter comme il est sans trop se poser de questions.

Devant le mutisme d’Hoshio, Raphaël change de sujet en faisant le rappel des troupes après avoir regardé l’heure à sa montre.

Trois claques dans ses mains suffisent à attirer l’attention.

- Bien !! Il est l’heure de reprendre la route pour la prochaine étape !!
- Xiao n’est toujours pas revenu, il ne lui arrivera rien de mal pas vrai ?

Raphaël sourit à Tomoya qui vient de dire tout haut ce que tous pensent tout bas.

- Il est entre de bonnes mains ne vous inquiétez pas, il nous rejoindra au village où nous nous rendons.

***/***

« Quelques heures plus tard. »

C’est cette fois complètement lessivés par la longue marche qu’ils arrivent au village Massaï en se maudissant pour la plupart d’avoir accepté cette soi-disant balade d’agrément.

Pourtant une fois avoir repris leur souffle et quelques couleurs, ils doivent bien s’avouer qu’ils en prennent plein les yeux de cette façon de vivre d’un autre âge mais qui pourtant semble amener le bonheur et la sérénité dans les yeux de tous les membres de la tribu qu’ils croisent.

Les garçons commencent à s’habituer à la nudité ambiante, curieux de cette étrange coutume d’étui pénien que portent les adultes une fois avoir passé dix-huit ans et le test d’homme, alors que ceux plus jeunes se montrent entièrement nus à la vue de ceux qui ne peuvent s’empêcher d’admirer leurs musculatures et bien entendu leurs attributs sexuels pour ceux du moins les plus proches du passage à l’âge d’homme.

Un groupe de guerriers revenant de la chasse leur amène encore cette sensation de chair de poule devant leurs corps recouverts de peintures tribales, l’un d’entre eux semblant être le chef du groupe s’avance alors vers eux et ils peuvent admirer sa musculature hors norme pour eux petits blancs adeptes du foot devant leur téléviseur.

Raphaël s’avance à sa rencontre pour venir le prendre dans ses bras en lui donnant de petites tapes amicales qui visiblement sont appréciées du guerrier.

- Toujours aussi jeune Okoumé !!
- Dis le plus fort mon ami que mes chasseurs t’entendent.
- J’aimerais être encore comme toi à ton âge ! Hi ! Hi !
- Comment ça encore ? Tu ne l’as jamais été il me semble !!
- Hum !! Oui… passons !! Comment as-tu su que nous arrivions ?
- J’ai croisé en chemin mon petit-fils avec son grand ami aux yeux bridés, ils n’ont même pas vu que nous passions près d’eux tellement ils semblaient encore cette fois passionnés l’un envers l’autre.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0