CHAPITRE 77 : « Centre hospitalier De Bierne » « Kaito »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 77 : « Centre hospitalier De Bierne » « Kaito »


« Un peu plus tard dans la matinée. »

Quand Xiao et Hoshio arrivent enfin au lieu de rendez-vous qu’ils s’étaient donnés avec leurs autres amis, ces derniers sont déjà tous là à les attendre avec impatience.

Raphaël qui s’était porté volontaire pour la ballade, les accueille en tapotant sur sa montre pour bien montrer son impatience.

Un petit débriefing sur l’équipement qu’ils ont apporté et les voilà prêts à partir, ils n’ont fait que quelques mètres à peine qu’une voix derrière eux les arrête.

- Eh !! Attendez-moi, je viens avec vous !!

Alors que quelques-uns reconnaissent le garçon qui vient vers eux en courant, les autres au contraire le voient pour la première fois et comme de bien entendu se laissent prendre au charme du grand blond souriant qui stoppe sa course une fois au contact.

Raphaël ressent un pincement de jalousie en se rendant compte de l’intérêt bien trop flagrant qu’a son chéri vis-à-vis de cette petite bande de beaux gosses auxquels il n’y a rien à jeter non plus.

- Heureux de l’apprendre alors que le centre te paie pour faire ton travail !!
- S’te plaît !!
- Qui t’en a donné l’autorisation d’abord.
- Tu vas bien le faire… non ??

Xiao comme la plupart se pince les lèvres pour ne pas éclater de rire, alors qu’il voit bien qu’Alexandre joue avec Raphaël qui a sans doute déjà perdu avant même d’avoir entamé la partie.

Naoki semble le moins sensible au charme du jeune homme et commence même à se demander ce qu’il fait ici, parmi cette bande semblant ne s’intéresser qu’aux hommes et restant visiblement bouche bée devant le nouvel arrivant.

Les présentations sont faites rapidement pour ceux qui ignorent encore qui est ce personnage atypique arrivé sans crier gare, pourtant quelque chose se passe qui amène dans le groupe des sentiments entièrement différents suivant les personnes.

Cela arrive au moment où Raphaël présente Alexandre à Kaito, le jeune rouquin sent alors sa respiration se bloquer tandis que des gouttes de sueur commencent à s’écouler de son front.

Le contact de la main tendue accentue encore plus cette sensation jusqu’alors inconnue du jeune homme, Raphaël fronce les sourcils et est le premier à comprendre puis à intervenir en séparant les deux garçons.

- Retourne travailler !!

Le ton autoritaire employé ne laisse plus aucune autre option à Alexandre qui baisse la tête en s’éloignant d’un pas traînant, Xiao s’approche alors de Raphaël.

- Tu as bien fait, il n’y est pour rien mais mes amis n’ont pas besoin d’être perturbés plus qu’ils ne le sont déjà depuis ces dernières semaines.
- Je lui expliquerai ma décision ce soir, mais…

Raphaël jette un regard appuyé sur Kaito qui ne s’en aperçoit pas, trop pris dans ce qui ressemble fort à une dispute avec son chéri qui a comme de bien entendu assisté à toute la scène.

- … je le comprends aussi !!
- Ça veut dire quoi ??
- Je m’étais rendu compte pour être bien placé pour le faire de l’appétence qu’a Alexandre pour les beaux rouquins et ton… ami, ne manque assurément pas de charme.
- Tu sais quoi ? Je commence à en avoir plus qu’assez de toute cette histoire et je n’ai plus qu’une hâte à présent, celle de quitter cet endroit pour un bon moment.
- Pourquoi cette colère, nous n’y sommes pour rien et tu es bien placé pour le savoir !!

Xiao le fixe un instant dans les yeux, laissant son exaspération se calmer.

- Pffttt !! Alors n’en parlons plus, j’espère juste que les choses redeviendront très vite à la normale !! Je n’aime pas quand mes meilleurs amis en viennent aux mains ou quand la jalousie vient mettre le chaos dans des couples qui se découvrent à peine.
- Je comprends, nous devrions en parler avec Florian, c’est le seul je pense qui puisse trouver une solution pérenne, mais dis-moi, c’est quoi cette histoire d’en venir aux mains ? Quelqu’un s’est battu ?

Xiao esquisse une grimace en passant la main sur sa mâchoire, faisant bien comprendre à son « oncle » qu’il en est l'un des premiers concernés.

Ce dernier le prend par l’épaule en le poussant en douceur vers le sentier menant à la jungle environnante.

- Ne perdons pas plus de temps, tu m’expliqueras ça en marchant.
- OK !! Tu nous emmènes où ?
- Jusqu’à la clairière des pierres du ciel comme dirait mon ami Okoumé, ensuite nous sommes invités dans sa tribu pour goûter à un repas Massaï traditionnel.
- Il y aura Flo ??

Raphaël sourit, rassuré de voir Xiao penser à autre chose.

- Crois-tu qu’il manquerait ça en sachant que tu seras là ?

Xiao sourit à son tour, heureux de revoir celui des deux jumeaux pour qui il a une forte empathie et ce sans savoir l’expliquer outre mesure, sauf que pour lui c’est un fait avéré qu’avec Flo le temps semble prendre l’allure d’un tsunami tellement il se sent en symbiose avec lui lors de leurs rencontres.

- Il est toujours célibataire ?

Aux dernières nouvelles oui mais je ne m’inquiète pas plus que ça, toutes les pucelles de la tribu n’ont définitivement d’yeux que pour lui.

La marche prend une allure plus sportive pour rattraper le temps perdu, du coup les conversations se tarissent pour économiser le souffle des participants.

Xiao trouve soudainement bizarre de ne pas ressentir la fatigue habituelle que ce genre de trajet lui amène à chaque fois, il observe alors avec plus d’attention ses amis pour s’ôter un doute de l’esprit.

Alors que Tomoya et Shun discutent toujours ensemble, les autres commencent visiblement à peiner à poursuivre le rythme.

De là à se dire qu’il y aurait cause à effet avec les différentes conversations qu’il a eues avec son « oncle » Florian, le pas est vite franchi et quelque chose l’attriste soudainement d’avoir un jour à laisser en arrière toute cette bande d’amis pour lui récente mais qui déjà compte beaucoup à ses yeux.

L’arrivée à la clairière des pierres devant le mausolée funéraire du père Antoine qui a demandé à être enterré là où il lui a été offert cette cure de jouvence, avec au bout quasiment deux décennies de vie supplémentaire, fait comprendre aux vacanciers qu’ils sont arrivés à l’une des étapes de leur visite.

Raphaël la voix enrouée du chagrin lié à la perte de cet homme de bien comme à chaque fois qu’il se retrouve à cet endroit où son corps repose, donne l’explication de ce que représente cette construction au beau milieu de la jungle.

Xiao a lui aussi un sourire ému en revoyant dans sa tête ce vieil homme que tous de sa génération considéraient comme leur grand-père et qui avait toujours un mot gentil ainsi qu’une friandise dans sa grande poche de soutane pour les enfants curieux qu’ils étaient alors et qui venaient écouter avec émerveillement ses histoires toujours racontées de façon différentes, mais qui les faisaient rêver avec les yeux brillants.

Comme à chaque fois il se fait cette réflexion que rien ne vient entacher le monument funéraire qui reste d’un blanc immaculé, tout comme le reste de l’immense clairière qu’aucune déjection ne vient salir.

Un bruit venant de l’autre côté du monument amène un instant de frayeur à tous ses amis, alors que lui tout comme Raphaël sait très bien qu’aucun danger ne sera plus jamais accepté à cet endroit depuis le décès horrible des grands-parents de son « oncle ».

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0