CHAPITRE 75 : « Centre hospitalier De Bierne » « Florian »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 75 : « Centre hospitalier De Bierne » « Florian »


- Que s’est-il passé ici !! Il est arrivé quelque chose à Xiao ??

Devant la gêne de son fils à lui répondre, Florian lui fait le signe lui demandant l’autorisation de lire dans son esprit, signe que bien entendu Hoshio prend pour un geste lui signifiant la folie, aussi le questionne-t-il sans trop comprendre ce qui le pousse à s’imaginer une telle chose.

- Ce n’est pas ça… je viens de le découvrir à l’instant et Xiao est parti à sa recherche, nous…
- Stop !! Laisse-moi lire tout ça dans ton esprit, ça ira beaucoup plus vite en évitant les malentendus.

Hoshio sent soudainement la présence d’une tierce personne dans sa tête, un vent de panique le prend alors d’être à nouveau acculé à perdre le contrôle de son corps au profit d’un autre.

Florian comme de bien entendu en prend immédiatement conscience, lui posant une main protectrice sur l’épaule alors qu’il quitte son esprit après y avoir pris tous les renseignements voulus.

- Du calme fiston !! Je te laisse pour m’occuper de Mathieu, mais qu’est-ce qui vous a pris d’être aussi brutaux envers lui.
- Brutaux?? Comment ça brutaux… nous…

Peine perdue pour Hoshio de terminer son explication que son père n’est déjà plus là, un soupir de frustration lui vient alors de cette pensée qu’il a eu qu’ils auraient pu maltraiter Mathieu.

- Pffttt !! C’est vraiment du n’importe quoi !!

***/***

« Un peu plus loin en direction du service des urgences. »

Mathieu ne se sent décidément pas au mieux de sa forme, pourtant aucun saignement ne semble plus l’affecter mais il reste cette douleur sourde qui lui prend tout le bas du dos et qui quelque part l’inquiète au plus haut point, n’ayant de toute sa vie jamais ressenti quoi que ce soit d’une quelconque maladie.

- « Math » attends-moi !!

Il se retourne pour voir qui l’interpelle et finit par esquisser un sourire amusé en le voyant le rejoindre à grands pas alors que lui se traîne encore moins vite qu’à son habitude.

- Pense à freiner !!

Le trait humoristique rassure quelque peu Xiao, qui s’arrête à quelques centimètres de son ami en le dévisageant sur toutes les coutures.

- Pourquoi tu es parti comme ça sans rien dire ?? Tu nous en veux de ce qui s’est passé cette nuit ?? C’est ça ??
- Mais non quelle idée !!
- Alors quoi d’autre ?
- Heu… C’est assez délicat à dire, je… Aïe !!

Xiao panique aussitôt en entendant son cri de douleur, alors que son visage devient encore plus crayeux et exprime mieux que des paroles son mal-être.

Bien sûr il ne compte pas s’arrêter là, décidé à le faire parler mais il n’en a pas le temps que son « oncle » Florian s’interpose en apparaissant comme par magie entre eux deux, prenant aussitôt Mathieu par la taille pour disparaître avec lui aussi vite qu’il était venu, laissant Xiao hébété et seul.

- Mais… qu’est-ce… qu’il nous… fait ??

Ne sachant pas exactement où l’emmène son « oncle », il décide de faire demi-tour après avoir cherché son téléphone pour appeler Hoshio et comprendre qu’il était parti en l’oubliant.

***/***

« Chambre particulière au sein du complexe. »

Mathieu se retrouve d’un coup au beau milieu de la chambre avec son « oncle » qui déjà va mettre un tour au verrou de la porte avant de revenir vers lui.

- Je sais que tu as saigné, déshabille-toi et laisse-moi regarder ça !!

La lenteur exaspérante avec laquelle le jeune homme obtempère met Florian encore plus sur les nerfs, cherchant déjà à comprendre comment cela a pu être possible alors que depuis qu’il l’a intégré aux « élus », son corps aurait dû hériter tout naturellement du pouvoir de régénérescence qui va avec.

Au moment d’ôter son sous-vêtement, Mathieu hésite par pudeur de se montrer nu devant son « oncle » mais aussi de savoir qu’il est sans doute déjà au courant des turpitudes de la nuit.

Une pensée lui vient alors qu’il puisse en vouloir à ses deux copains pour lui avoir fait ça.

- Ce n’est pas de leurs fautes, je…
- Tais-toi tu veux bien !! Pour l’instant le plus urgent est de me montrer l’étendue des dégâts, enlève ton caleçon et va t’allonger sur le lit fesses en l’air. Oh !! Tu te secoues un peu oui !!

Le fait d’être morigéné le libère de ses dernières pudeurs, se mettant dans la position requise alors qu’il sent bien l’œil grivois porté sur lui.

- N’en profite pas pour mater un beau gosse !!
- Où tu en as vu un ??
- C’est ça !! Comme si je n’avais rien remarqué !!

Une claque sur la fesse le rappelle à l’ordre.

- Ce n’est pas le moment à la déconnade, laisse-moi voir ça de plus près.

Mathieu sent alors les mains douces de son « oncle » lui écarter les fesses, lui donnant un long frisson qu’il cherche à analyser tellement il lui est arrivé de façon inattendue.

Il aurait volontiers opté pour un truc comme la crainte d’apprendre quelque chose de grave, si seulement sous lui quelque chose ne prenait pas ses aises de façon aussi prononcée.

- C’est curieux que cela te soit arrivé, normalement ça n’aurait pas dû !!

Florian le quitte un instant pour revenir avec du matériel médical, introduisant après l’avoir lubrifié la sonde anale reliée à l’ordinateur.

Quelques secondes lui suffisent pour comprendre le problème, un sourire lui venant maintenant qu’il est rassuré.

- En fait ils ont dérangé des hôtes inopportuns originaires de la région et le sang vient en grande partie d’eux, le reste correspond à la déchirure anale qu’ont occasionnée leurs décrochements.
- En Français ça dit quoi ?
- Tu as des parasites qui en étaient arrivés à la fin de leur croissance, un peu comme des sangsues si tu veux et votre petite joute est arrivée au moment où ils étaient sans doute les plus gras.
- Wouah !! Le mal au bas-ventre vient de ça également ?
- Disons qu’il y est pour une part, le plus venant du manque d’habitude et de l’indélicatesse de tes partenaires ! Hi ! Hi ! Comprends que ton corps n’est pas habitué et tant s'en faut aux prouesses acrobatiques.
- Oh !!

Florian bien qu’il y résiste le mieux possible, ne peut pas s’empêcher de mater ce magnifique derrière exposé à sa vue et commence à en avoir des pensées qu’il s’empresse de sortir de sa tête avant qu’elles ne déclenchent quelque chose qui lui sera impossible de refréner.

Il enlève la sonde pour ensuite mettre une poire à lavement avec un produit antiseptique, malaxant quand même à l’envie ce merveilleux popotin qui commence lui aussi à manifester le plaisir qu’il ressent à ces occupations toutes ou presque médicales.

- Ahhrrrr !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0