CHAPITRE 74 : « Centre hospitalier De Bierne » « Xiao »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 74 : « Centre hospitalier De Bierne » « Xiao »

- Comment ça, tu achètes ?? Ce n’est pas une marchandise que je sache !!
- Tu m’as très bien compris, alors ne fais pas ton monsieur l’offusqué à mes paroles.
- De toute façon il va bien falloir en prendre la responsabilité, tu as sans doute remarqué que c’était sa première fois et qu’on ne lui a pas laissé franchement le choix de la façon dont il rêvait de la passer.
- Dis que c’est de ma faute tant que tu y es !!
- Bien sûr que c’est de ta faute. Qui a déclenché ça d’après toi ?

Hoshio prend une mine renfrognée en se sentant acculé par le reproche de son chéri.

- Je m’excuse… parce que je ne sais vraiment pas ce qui m’a pris, mais le contact de sa main sur ma cuisse c’était… Brrr !! Rien que d’y repenser j’ai les poils qui se dressent.

Hoshio voit bien pourtant que quelque chose ne va pas, son petit copain n’étant pas comme à son habitude et sa mine marque bien tout le souci qu’il éprouve après ce moment de pure folie qu’ils viennent de vivre avec une intensité encore jamais éprouvée jusque-là.

- Dis-moi plutôt ce qui te reste sur le cœur !!
- Je pense que ce que nous avons fait était mal !!
- Mais enfin… c’est lui qui a commencé !!
- Hum !! Je me demande si c’est bien le cas et puis d’ailleurs même si ça l’était, nous aurions dû tempérer nos ardeurs avec lui.
- Tu n’étais pas avec ce genre de pensées quand il s’est agi de Nicolas et de Tom.
- Ça n’a rien à voir !!

Cette fois Hoshio sent bien qu’il y a anguille sous roche, cherchant à analyser également son propre ressenti sur Mathieu et la relation très forte qu’ils viennent de vivre.

- Je comprends !!
- Ah oui ?? Réellement ??
- Tu apprécies « Nico » et Tom, ils comptent parmi tes meilleurs amis et pour toi le reste n’était qu’un amusement un peu spécial qui ne t’a pas marqué plus que ça.
- Disons qu’ils m’ont tellement pressé à le faire avec eux depuis toutes ces années que je vois ça autrement qu’avec « Math », en fait ce que je vais te dire risque de te blesser mais nous avons juré d’être honnêtes l’un envers l’autre, enfin bref… je pense sincèrement que ce pourrait être sérieux avec Mathieu.
- Je deviens quoi dans tout ça ??
- Là !! Tu vois que j’avais raison, regarde la tête que tu fais déjà !! J’aimerais que ça ne change rien entre nous deux mais que tu réfléchisses sérieusement à l’idée d’y inclure « Math ».
- Faudrait peut-être déjà lui en parler, qui te dit qu’après cette nuit il ait encore envie de recommencer avec nous deux.
- Je le ferais sois-en certains, juste que je voudrais connaître ta position avant de le faire.
- Si je te disais non... que cela ne m’intéresse pas un couple à trois, quelle serait ta décision ?
- Honnêtement ??
- A quoi te servirait de mentir, je me le demande !!
- Je serais triste, je sais que j’aurais le cœur brisé mais je ne pourrais jamais te quitter, je t’aime pour du vrai, ce ne sont pas juste des mots en l’air pour baiser ensemble durant un temps.

Hoshio sent bien la vérité des sentiments exprimés dans les paroles de Xiao, il entend bien également qu’il serait désespéré s’il devait réellement choisir finalement de quitter Mathieu.

En pensant au jeune homme toujours endormi, Hoshio ne peut s’empêcher de ressentir un fort trouble réellement proche de celui ressenti lors de sa première rencontre avec Xiao, aussi décide-t-il de prendre un peu de recul afin de se donner du temps pour mieux comprendre ce qui lui arrive.

***/***

« Pendant ce temps-là dans la chambre. »

Mathieu se réveille en ressentant une forte douleur qui le crispe soudainement, sa main part alors vers l’origine du mal et tremble au contact poisseux qui en résulte.

La peur lui noue alors l’estomac quand il la présente couverte de sang devant ses yeux, son visage devenant soudainement livide alors qu’une forte sensation de brûlure le rappelle à l’ordre.

Il se redresse lentement en retenant le cri de douleur que ce simple geste lui occasionne, découvrant le drap du dessous où repose toujours son corps nu avec cette auréole rouge qui le tache.

Il se lève alors en prenant soin de ne rien brusquer, s’habillant lentement en faisant le moins de bruit possible, se doutant bien que Xiao et son copain doivent être toujours présents, d’ailleurs un bruit diffus de voix lui en donne vite la certitude.

La douleur reste vive et encore pire maintenant qu’il est debout, l’angoisse lui crispe le visage alors qu’il n’a jamais été malade de sa vie.

Il sort de la chambre tandis que le jeune couple discute sans regarder dans sa direction depuis déjà un bon moment, semblant pris dans une discussion suffisamment importante pour qu’ils ne voient plus rien de ce qui se passe autour d’eux.

Pourtant à un moment ils s’aperçoivent enfin de sa présence, il se contente de leur faire un petit signe de main en terminant de mettre sa dernière chaussure et les quitte sans une parole, en faisant toutefois en sorte de ne rien montrer de sa douleur pourtant toujours bien présente.

Xiao fait le geste de se lever quand déjà la porte se referme derrière Mathieu, son regard marquant l’ahurissement se tourne alors vers Hoshio qui marque la même expression.

- Tu crois qu’il nous en veut ?
- Ça m’en a tout l’air, tu as vu comme moi la façon qu’il vient d’avoir de nous quitter.

Xiao fronce les sourcils en cherchant ce qui ne va pas dans la scène qui vient d’avoir lieu sous ses yeux, le teint livide de Mathieu lui revient alors en mémoire.

- Je ne sais pas, sa sortie m’a paru bizarre…

Xiao se lève pour mettre ses chaussures et ce n’est qu’une fois prêt à sortir qu’il se retourne vers Hoshio.

- Je veux en avoir le cœur net et comprendre ce qui lui a pris de partir de cette façon.
- Entendu, je vais ranger un peu et je t’attendrais avec nos autres amis dans le grand hall, nous devons partir en visite il me semble.
- Hmmm !!

Le signe de tête d’accord suivi du borborygme venant de Xiao décide Hoshio à se lever à son tour de sa chaise pour mettre un peu d’ordre, ce n’est qu’une fois dans la chambre que son regard capte l’énorme tache de sang alors que le sien ne fait qu’un tour en comprenant soudainement à quoi elle est liée.

- Bordel de merde… manquait plus que ça !!

La première chose qui lui vient à l’esprit est de prévenir Xiao pour qu’il le rejoigne là où il doit sûrement se rendre, la sonnerie se répercute dans la pièce jusqu’à ce qu’il aperçoive le téléphone de son ami sur la table basse.

Un moment de bug le prend alors à se demander quoi faire quand l’idée lui vient de contacter celui qui sera au mieux pour gérer un problème de ce genre.

La sonnerie résonne plusieurs fois avant qu’une voix plus qu’ensommeillée ne réponde.

- …
- C’est Hoshio, on a un problème !!
- De quel genre ??

Hoshio sursaute en entendant la voix derrière lui, se retournant pour voir son « père » dans une tenue matinale qu’il n’est pas habitué pour sa part à assister et qui comme pour bien d’autres avant lui, lui fait oublier quelques secondes le pourquoi de son appel en reconnaissant avec un sourire en coin qu’au moins il tient de lui pour quelque chose.

Florian pour sa part n’en fait comme à son habitude pas fi, son regard faisant rapidement le tour de la pièce pour s’arrêter à son tour sur la tache aux proportions suffisamment impressionnante pour qu’il s’en inquiète à son tour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0