CHAPITRE 68 : « Centre hospitalier De Bierne » « Alexandre »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 68 : « Centre hospitalier De Bierne » « Alexandre »

Bien entendu cette arrivée imprévue crée le tumulte chez les deux frères, l’un se rendant compte de sa nudité et de sa bandaison et l’autre cherchant déjà comment éviter de se lever pour dévoiler la sienne.

Keisuke saisit l’instant avant qu’il ne se retourne contre eux, pour donner le but de sa visite.

- Je ne sais pas pour vous les gars mais pour nous c’est chaud-patate, pas besoin de cacher ta…

Son doigt vise le bas-ventre de Shun.

- … bandaison et…

Son doigt dévie vers celui de Tomoya.

- … toi la tienne ! Hi ! Hi !

Shun le reprend donc au bond tout en enfilant vite fait son boxer de nuit.

- Et donc ??
- Comment ça et donc ??
- Votre entrée sans frapper dans notre chambre, c’est quoi au juste la raison ?

Tomoya n’est pas dupe de la gêne soudaine marquant le visage de ses deux copains.

- Laissez-moi deviner ! Hi ! Hi ! Vous veniez nous proposer un plan à quatre, c’est bien ça ?

Keisuke est soudainement tellement honteux de la pensée qui l’a fait venir, qu’il commence à en bafouiller et qu’Hiroki en prenant pitié de son chéri de répondre à sa place.

- C’était l’idée mais maintenant je ne la trouve plus si amusante, excusez-nous les gars mais je ne sais vraiment pas ce qui nous a pris d’agir ainsi.

Alors qu’il attrape son petit copain pour ressortir en donnant ses dernières excuses, c’est la voix de Shun qui l’arrête dans son geste.

- Tu n’as pas à t’excuser, nous étions dans le même état d’esprit juste avant que vous arriviez !! Mais cela…
- Va mieux, enfin… disons un peu mieux !!

Tomoya qui vient de terminer la phrase de son frère, fronce les sourcils en donnant son impression.

- Sans doute Hoshio ou Takumi…
- Hoshio ??

Tomoya se pince les lèvres d’avoir trop parlé.

- Je voulais dire Toshio, je…

Devant les regards suspicieux portés sur lui, il se décide à avouer la vérité qui sidère visiblement ses deux amis pour finalement comprendre qu’ils avaient oublié ou qu’on leur avait fait oublier Hoshio, aussi il ne lui faut pas longtemps pour se faire une idée de qui ça vient, en prenant ensuite la décision de ne rien dire à ce sujet tant qu’il n’aura pas eu une petite conversation avec qui de droit.

- Vous comptiez nous le dire un jour ?? Bonjour la confiance !!
- Je m’excuse mais ça paraissait tellement fou que j’ai préféré garder ça pour moi.
- Pareil pour moi les gars, désolé !!
- Donc vous reconnaissez vos torts ? Vous conviendrez donc que vous nous en devez une !!

Les trois garçons fixent Hiroki en cherchant à suivre sa pensée, voyant cela, il pointe avec un sourire taquin Shun du doigt et ensuite Keisuke.

- Vous deux n’êtes pas frères il me semble et mon ami n’est pas indifférent quand il te voit passer, sans doute est-ce dû à Takumi ou peu importe lequel mais quitte à devoir céder aux démons du sexe, je pense qu’entre amis il faut bien se rendre service.
- D’autant plus qu’il paraît que tu n’arrêtes pas de me mater en douce.

Shun qui voit bien qu’on s’adresse à lui, se pointe lui-même le visage du doigt avec un air ahuri qui dénote bien son incompréhension la plus totale.

- De quoi tu parles, qui te mate en douce ? Moi ? Où tu as vu jouer ça ?
- C’est Hiro… Et merde !! Je me suis encore fait avoir, laisse tomber !!

La libido des quatre amis grimpe soudainement de plusieurs crans sans qu’il y ait une explication logique à ça, pourtant les sexes déjà tendus envoient une forte pulsion alors que ceux qui n’y étaient pas le deviennent brusquement à la plus grande surprise de ceux qui le ressentent.

Une tête passe alors dans l’ouverture de la porte restée entrouverte sans que personne ne songe à la refermer et un regard curieux les observe un bref instant, avant qu’un grand sourire n’apparaisse sur le visage du nouvel arrivant.

- Vous êtes sans doute les amis de Xiao ?
- Euh… oui en effet !!
- Vous ne sauriez pas où je peux le trouver par hasard ?
- Il doit faire visiter les lieux à un de nos autres copains.

Tomoya semble subjugué soudainement par la vision de ce garçon de quelques années plus âgé qu’eux et qui ne semble pas faire attention à leur état d’excitation, qui lui semble à lui pourtant bien visible.

Leurs regards se croisent durant un temps qui lui paraît une éternité, avant qu’il ne puisse s’en détacher et lui poser la question qui lui vient soudainement à l’esprit.

- C’est Alexandre ton prénom ?
- Oui mais comment tu sais ça ?

Alexandre en posant sa question avec la surprise qui va avec d’avoir été reconnu par de parfaits inconnus, se rend compte enfin de l’état d’excitation de ces quatre jeunes et de la façon de plus en plus flagrante avec laquelle ils le fixent, aussi préfère-t-il couper court en continuant sa recherche.

- C’est quoi ça !! Qu’est-ce que vous me voulez ?? Désolez mais je dois y aller.

Il repart aussi vite qu’il était arrivé en se demandant bien quel genre d’amis Xiao a ramené ici, n’ayant bien entendu pas la pensée qu’il pourrait avoir une quelconque responsabilité sur la façon qu’ils ont eue de le déshabiller des yeux.

Dans la chambre par contre les choses commencent à se calmer quand contre toute attente Shun se rapproche d’Hiroki qui s’en mord les lèvres de ce corps de rêve juste vêtu de son sous-vêtement de nuit tendu à outrance alors qu’il s’avance vers lui avec dans le regard quelque chose qui le trouble au plus haut point.

Shun le prend d’un bras autour de la taille en le poussant doucement vers la sortie, ses yeux brûlants faisant bien comprendre ses intentions.

Tomoya tout comme Keisuke, le regardent faire visiblement médusés et ce n’est qu’une fois disparu de leurs vues qu’ils se tournent l’un vers l’autre en posant au même moment la même question.

- C’était quoi ça ??

Keisuke comprend soudainement que sa conversation avec son chéri avait une certaine part de vérité et que ce qu’il lui a dit sur les désirs de Shun n’étaient rien de moins qu’une transposition de ce qu’il avait remarqué sur sa propre personne.

- Bien joué ! Hi ! Hi !

Tomoya l’observe en essayant de comprendre les pensées intimes de son meilleur ami, cherchant également à lire sur son visage la pointe de jalousie qu’il devrait y trouver après avoir compris les intentions de Shun, le fait de l’observer lui amène une pensée que jusqu’alors il ne se sentait pas autorisé à avoir, pourtant sa présence il le sent ne fait qu’accentuer son désir de décharger toute cette énergie sexuelle qui maintenant devient comme une drogue qu’il n’arrive plus à juguler.

- Ça te dirait qu’on fasse comme eux ??

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0