CHAPITRE 67 : « Centre hospitalier De Bierne » « Shun »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 67 : « Centre hospitalier De Bierne » « Shun »

« Un peu plus tôt dans la soirée. »

Tomoya est allongé depuis déjà un petit moment sur son lit à lire quelques prospectus traînant sur la petite table de nuit, quand Shun sort nu de la douche en se séchant les cheveux énergiquement.

Un coup d’œil rapide du grand blond sur son demi-frère lui amène le sourire.

- Cela te fait quoi de mater un beau gosse ??
- J’y prends du plaisir et beaucoup de regrets, figure-toi.
- Pourquoi donc ? Tu n’es pas mal non plus, alors garde juste le plaisir ! Hi ! Hi !
- Je ne pensais pas à ce genre de regrets mais à celui de notre parenté qui m’oblige à ne pas avoir de pensées qui entre nous paraîtraient plutôt malsaines.

Shun arrête son essuyage pour fixer Tomoya en plissant les yeux, cherchant à comprendre le réel fond de pensée qui a pu le traverser pour lui balancer une chose pareille.

- Tu me voyais donc comme un petit ami potentiel ? Depuis quand ?

Un signe de la main de Tomoya l’invitant à laisser tomber.

- Ne crois pas t’en tirer à si bon compte mon gaillard !!
- Ok! Ok ! Dis-moi ce que tu veux savoir !!
- Juste la vérité à mon sujet, rien de plus.
- Pour être tout à fait honnête cette pensée ne m’est venue que plus tard quand nous avons commencé à réellement tisser notre amitié, te voir tous les jours et t’apprécier de plus en plus, m’a… mais ça passera !! Je pense que c’est lié directement à l’ambiance qui règne depuis plusieurs semaines, alors n’en fait pas toute une montagne non plus.

Un silence se fait alors que Shun reprend son essuyage en venant s’asseoir près de son frère, un sourire amical donne alors à ses traits toute la beauté de son visage.

- Je ne t’en veux pas puisque j’ai moi aussi eu ce genre de pensées.

Tomoya le détaille des yeux avec une légère ironie lui donnant une moue des plus expressives, le regard maintenant appuyé sur le bas-ventre au repos de son frère.

- Ce n’est pas flagrant pourtant ! Hi ! Hi !

Une main vient alors se plaquer sur son bas-ventre sans qu’il ait eu le temps de réagir.

- J’en dirais bien autant dans l’autre sens ! Hi ! Hi !

Une tape sur la main la lui fait retirer aussi rapidement qu’il l’avait posée, pourtant une question se pose à lui à l’origine de ce qui vient de se passer entre eux deux.

- Comment tu as ressenti ça ?
- Ça quoi ?
- Cette envie de sexe inhabituelle, je veux dire… où ont été tes pensées ?
- Genre garçon ou fille ?
- Oui !
- Pour être honnête les deux, ce qui m’a donné à réfléchir parce que jusqu’à présent les garçons ne m’ont jamais réellement intéressé.
- Alors que les filles ?

Shun se tourne pour faire face à son frère et le fixer avec sérieux avant d’éclater de rire à son tour.

- Non plus ! Hi ! Hi !

Tomoya le laisse se calmer en ayant pour sa part bien compris que sa jeunesse plutôt chaotique a été très certainement pour une bonne part à ce blocage des sentiments, qui pourtant sont tout à fait naturels pour n’importe quel adolescent lambda.

- Tu aimerais essayer ?
- Quoi donc ? Faire l’amour avec un garçon ?
- Je pensais plutôt avec les deux !! À moins que tu sois plus tenté d’un côté que de l’autre.
- À t’entendre on pourrait penser que je suis encore vierge !!
- Pourquoi ce n’est pas le cas ?
- Allons « Tom », je…

Tomoya lui pose un doigt en travers des lèvres pour le faire taire.

- Je ne parlais pas de ça.

Devant le regard soudainement mouillé de larmes de son frère, le grand blond se relève pour s’asseoir près de lui et le prendre dans ses bras.

- Oublie… c’est le mieux à faire.
- Je le sais bien mais ce n’est pas si facile tu sais.
- Il te faudrait quelqu’un, tu ne peux pas rester seul à ton âge.
- Tu me prêteras Toshio ?

Tomoya desserre son étreinte fraternelle pour lui faire face en l’observant ou plutôt en le scrutant avec attention, cherchant à comprendre le sens de la question à savoir si elle est sérieuse ou dite sur le mode de la plaisanterie.

- C’est ce que tu veux ?
- Pourquoi ? Tu le ferais pour moi ?
- Faudrait déjà qu’il soit avec moi ! Hi ! Hi !
- S’il l’était, tu le ferais ?
- Pourquoi donc insistes-tu autant avec Toshio ? Demande plutôt à Xiao qu’il te prête Hoshio, apparemment ils ne sont pas contre ce genre d’arrangements.

D’avoir Shun depuis maintenant un assez long temps tout contre lui et nu, commence à amener le trouble à Tomoya qui sent sa bouche s’assécher tout d’un coup mais surtout qui prend conscience des pulsions soudaines venant de son bas-ventre, heureusement ce dernier restant pour l’instant hors de l’axe de vision de son frère.

La première pensée qu’il a alors, est celle que Takumi ne doit pas être loin et qu’une fois encore il se laisse prendre par cette poussée irrépressible de libido qui lui amène des pensées qu’il n’aurait pas en temps normal.

Pourtant aux dernières nouvelles autant lui que Toshio sont absents et de ce fait bien trop loin pour occasionner ce trouble et cette envie qui soudainement lui prend les reins.

Son regard accroche alors le bas-ventre de son frère qui remonte lentement mais sûrement vers une bandaison identique à celle qu’il tient maintenant.

Shun le ressent à son tour alors que son corps est déjà tout tendu, que ses joues sont en feu et ses reins remplis de picotements, le regard qu’il envoie alors à Tomoya reçoit le même en réponse et les laisse tous deux dans l’expectative, hésitant à franchir un pas qui pourrait briser le lien nouvellement créé entre eux.

Pourtant résister paraît difficile, ce n’est pas faute des deux côtés d’essayer mais la chaleur émanant de leurs corps leur fait bien comprendre qu’ils céderont d’ici peu aux démons du sexe, si rien ne vient troubler l’instant présent.

Heureusement ou malheureusement, c’est l’instant précis que choisi Keisuke pour faire son entrée et comme à son habitude avec Tomoya, sans prendre la peine d’avertir de son arrivée.

La porte s’ouvre alors en grand au moment où les deux frères sont presque à se sauter dessus sous l’impulsion quasi irrépressible de leurs phéromones sexuelles et laissent Keisuke abasourdi devant le spectacle, la bandaison de Shun étant comme il se doit dans un tel instant la première chose sur lequel s’arrête son regard.

- Wouah !!

Derrière lui arrive Hiroki qui l’a suivi sans prendre son conseil à la lettre et qui pousse du coup la même exclamation, à la fois de surprise et d’envie devant le spectacle qu’il a maintenant sous les yeux et qui du coup lui redonne le sourire que peut-être son fantasme n’en sera pas un encore très longtemps.


- Wouah !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0