CHAPITRE 63 : « Centre hospitalier De Bierne » « Annie »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 63 : « Centre hospitalier De Bierne » « Annie »

« Quelque temps plus tard, chez les Viala. »

Frédéric termine son dîner en silence, connaissant suffisamment son épouse pour comprendre que quelque chose la perturbe alors qu’elle lui a raconté en rentrant sa dernière conversation avec Florian.

Ses enfants, à part bien entendu Damien et Mathis qui vient depuis peu de le rejoindre sur « PENN », ainsi que ses petits-enfants sont également tous là à table ce soir-là.

Tous se doutent bien que la raison principale n’est autre que le coup de poing envoyé à Xiao par Mathieu, pourtant personne n’ose aborder en premier le sujet de peur de recevoir les foudres du doyen de la famille qui semble particulièrement peu amène ce soir-là.

Annie soupire profondément avant de se lever de table, elle ne comprend pas pourquoi son mari ne libère pas ce qu’il a sur le cœur et qui crée cette ambiance inhabituelle aux réunions de famille.

Frédéric l’entend bien et se décide enfin à fixer son petit-fils, qui pour sa part semble le moins stressé de tous ceux présents à table.

- Pourquoi as-tu fait ça !!

Le regard de Mathieu s’allume un bref instant, en dévoilant l’espace d’une brève seconde la colère noire qui le tient toujours.

- Parce qu’il le méritait… voilà tout !!
- Explique-toi au moins, on ne frappe pas ses amis comme ça sans avoir discuté avant et Xiao n’est-il pas ton meilleur ami ?
- C’est ce que je pensais jusqu’à il n’y a encore pas si longtemps !!

Mélanie le foudroie du regard.

- Ne me dis pas que c’est à cause de son petit copain ?

Mathieu se contente d’un hochement d’épaules sans même un regard vers elle.

- Tu es jaloux ??

Guillaume en comprenant où sa fille veut en venir écarquille à son tour les yeux de stupeur.

- Comment ça jaloux ??

Mélanie maintenant furieuse se tourne vers son père.

- Figure-toi que ton neveu adoré vient juste de se rendre compte qu’il aimait lui aussi les garçons !!
- Hein… de quoi ?? Qu’est-ce que tu nous chantes là ??
- Erreur sur toute la ligne !! Je n’aime pas « les » garçons, juste « Xi » et je ne viens pas juste de m’en rendre compte, il y a belle lurette que je le savais, c’est juste que, comme « Nico » et Tom, je pensais qu’il était hétéro.

Aurélien se tourne à son tour vers son fils qui vient de donner sa réponse d’une voix calme, même si le débit est un peu plus soutenu qu’à l’habitude montrant encore cette fois combien il semble affecté par cette histoire.

- Mais enfin !! Qu’est-ce que vous avez tous après Xiao ? Vous avez passé toute votre vie ensemble et le voilà qui soudainement se retrouve le point de mire général, qu’est-ce qui vous prend tous d’un seul coup ??
- Florian vient d’y mettre son holà, rassure-toi.

Guillaume reporte son attention vers sa mère, qui voyant la question venir préfère prendre la parole pour expliquer ce qu’elle a déjà raconté à son mari avant de se mettre à table.

Tous écoutent et se tournent vers Mathieu après avoir compris de quoi il retournait, c’est son oncle qui lui pose alors la question en prenant les autres de court.

- Ça devrait aller mieux alors, comment tu te sens ?
- Comment je devrais me sentir d’après toi ? Ma colère reste forte d’avoir été trahi par mon meilleur ami et ce même si je n’en suis plus au point de vouloir le frapper à nouveau.
- Pourquoi penses-tu qu’il t’a trahi… enfin ?? Il est quand même libre d’aimer qui il veut, nous avons tous été surpris qu’il ait semblé lui aussi avoir suivi cette voie, mais cela ne devrait ôter en rien l’amitié sincère qui vous lie.

Mélanie en rajoute une couche.

- Nicolas a lui aussi eu ce même passage à vide en apprenant pour Xiao, ce n’est pas pour ça qu’il s’est battu avec !!

Un petit ricanement lui vient soudainement.

- Il a sans doute été beaucoup plus malin que toi en acceptant Hoshio.

Devant le regard que lui envoie Mathieu, elle se doit de préciser sa pensée.

- Beaucoup plus malin en fait, au lieu de faire un esclandre au risque de se fâcher avec lui, ou plutôt devrais-je dire avec eux, il s’est apparemment placé en jouant justement du ressenti général dû à la présence d’Alexandre.
- Tu veux dire que…
- Je ne suis certaine de rien, mais nous le saurons très vite si j’ai vu juste !!

Guillaume fronce les sourcils, cette histoire risquant à terme de briser des liens de façon définitive si personne n’y prend garde.

- Vous devriez tous faire une pause sur vos sentiments en attendant que les choses reprennent leurs rythmes normaux. Ce que je retiens et qui à mon avis ne changera pas, c’est la reconnaissance de ceux que cet épisode vous aura fait reconnaître. Après ça il sera toujours temps d’en parler honnêtement avec celles ou ceux qui en auront pris conscience.

Annie sent bien que les paroles de son fils ne visent plus les plus jeunes, mais qu’elles concernent un plus grand nombre de personnes.

- Parce que toi aussi… tu…
- Il n’est pas question de moi, mais…
- Quoi ?? Dis-nous ??
- Je pense que cela touche d’autres personnes qui résistent peut-être un peu mieux aux effets pervers que cet épisode occasionne.

Frédéric semble d’accord avec son fils, lui aussi ayant remarqué de son côté quelques faits curieux.

- C’est également ma façon de voir les choses, j’ai pour ma part remarqué quelques détails qui ne m’étaient jamais apparus aussi clairement jusqu’à maintenant.
- Du genre ?
- Le plus improbable à mon sens mais avec ce que je viens d’entendre il n’y a plus rien de certain, le plus improbable disais-je, viendrait de « Ludo ».

Frédéric sourit devant le regain soudain d’intérêt sur sa personne.

- Ce garçon depuis toujours n’a jamais vu que celle qui est devenue sa femme alors qu’avant même Nicolas ou Xiao, tous les regards envieux étaient déjà braqués sur lui tellement il faut bien reconnaître qu’il était et est toujours aussi mignon, pourtant j’ai surpris dernièrement quelques marques d’intérêt de sa part, dirigées sur d’autres personnes que « sa » Mélanie.

Léa qui jusqu’ici s’était contentée d’écouter sans participer, ne peut s’empêcher d’avoir la même pensée que celle de son beau-père.

- Vu qu’il ne sort pour ainsi dire jamais de son étage et qu’à part Nicolas pour ses visites de sécurité, il ne voit en garçons que « Yu », Amid et Christophe, j’ai également remarqué du changement dans les sourires qu’il donne aux deux derniers et je ne serais pas étonnée outre mesure qu’ils aient ressenti également cette forte poussée de libido. J’avoue être curieuse de voir maintenant s’ils éprouvent toujours du désir ou si la honte n’est pas venue les prendre.
- Tu avais remarqué ça toi aussi ? J’avoue que j’ai eu du mal avec l’idée mais comme nous en connaissons l’explication… j’aimerais sincèrement que tout redevienne comme avant, il va nous falloir gérer sérieusement le cas d’Alexandre et d’Hoshio, si Florian ne fait rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0