Un bien étrange voyage

2 minutes de lecture

Je marchais dans la rue pour aller au travail, mais je me suis perdu en route. Je me suis retrouvé au milieu d'une forêt. Alors que je cherchais un panneau pour savoir où j'étais, un genre de louveteau est apparu devant moi. Depuis quand y'en a t-il par chez moi ? Plus important : si sa maman était dans le coin, j'avais du souci à me faire.

J'en étais encore à me poser ces questions quand j'entendis une voix dans ma tête, « Le chemin que tu cherches est sur la droite »

Il m'a fallu un moment, je ne compris qu'en croisant le regard de l'animal : c'est lui qui me parlait ! Pressé de quitter cette forêt bizarre, je m'empressais de suivre le chemin de droite. Sur le côté du chemin je remarquais un cerf, il avait d'étranges yeux vert-noisette.

Je sortais de la forêt une centaine de mètres plus loin, mais je n'étais toujours pas au boulot ! Mon chef allait me passer un savon... la rue dans laquelle je me trouvais était parsemée de bâtiments en briques rouges, de cheminées industrielles crachant des fumées grises... ça puait le charbon ! On se serait cru au XIXème siècle !

J'avisais un parc sur le côté, des gamins y jouaient à la balançoire. Il y avait aussi une personne sur un banc, elle pourrait peut-être me renseigner...

Alors que j'arrivais dans le parc, je me rendis compte qu'il n'y avait en fait aucun adulte ici : que des gamins de moins de dix ans ! Sur le banc, il ne s'agissait que d'une fillette. Je m'approchais d'elle et... reculais aussitôt. Son visage était couvert d'abeilles ! Quelle horreur !

Ni une, ni deux, je retournais sur la route. Seulement, en arrivant, il se mit à neiger... des vraies boules de neige. En un instant le sol était couvert de cinq centimètres de neige et j'étais pour ma part à moitié assommé. J’appelais à l'aide, quelqu'un me répondit. Je levais la tête : j'étais devant un bélier énoooorme ! Et il y avait une femme dessus qui me regardait de haut. Sa mâchoire était carrée, ses cheveux blonds, j'avais la sensation que c’était une guerrière, « Heu... bonjour ?

– Tu as vu Agnar ?
– Hein ? Qui est-ce ? »
La blonde secoua sa tête et le bélier géant s'éloigna. Je me tournais pour regarder derrière moi et tombais... sur un monde de cendres. Il n'y avait plus rien autour de moi, en dehors d'un soleil de plomb et... des vaisseaux spatiaux qui se tiraient dessus ? « C'est Star Wars ou quoi ? C'est quel épisode ? »

Un sabre-laser atterrit non loin de moi, mais entre nous, il y avait une falaise, « Dommage que je n'ai pas la Force.

– La Force non, mais nous vous avons implanté la télékinésie »
Je me retournais pour fixer celui qui venait de me répondre : il s'agissait d'un étrange bonhomme en blouse blanche. Il reprit, « Fermez les yeux et rentrez dans le personnage, ce sera comme vivre un souvenir de jeunesse ! »
Je secouais ma tête, cette histoire n'avait vraiment pas de sens. Mais au point où j'en étais... je tendais ma main vers le sabre, je fermais mes yeux et... je me réveillais dans mon lit.

Mon portable était entrain de sonner. Il était temps d'aller au boulot ! En espérant ne pas se perdre en chemin..

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0