Second voeu

Une minute de lecture

Déjà ça commence bien, le pognon y a pas à dire, ça rend heureux n'importe quel pauvre. Fini les soucis, la peur des factures, les voisins, la solitude urbaine, et le sentiment d'être minable et un raté. Le problème à présent, quoi lui demander... à présent que je suis riche, je peux tout m'offrir moi-même.

Je m'allonge un long moment pour réfléchir, sirotant un cuba libre au bord de la piscine du yacht. Je la regarde, elle est tellement belle, sa peau de pêche, ses courbes de reine, je la désire, je la veux, elle sera à moi.

  • Voici mon second vœu : je souhaite que tu sois toute ma vie ma femme.

La génie plissa son front à tel point que je craignis que cela ne l'enlaidisse d'une ride.

  • On me l'a jamais fait ça ! Es-tu sûr que tu ne préfères pas une vraie femme ? Ou alors un vœu plus noble comme aider les pauvres gens ? Car vois-tu je suis un génie, crois-tu qu'un homme soit heureux marié avec un génie ?
  • Si je te vœux ! Obéis génie !

Elle soupira et d'un geste nonchalant :

  • Soit, tes désirs sont des ordres.

Me voici maintenant dans une cathédrale en costumes de mariés entourés de milliers d'invités et devant le prêtre au moment d'échanger nos vœux. Ceux-ci faits, nous nous embrassons. Ses lèvres sur les miennes m'électrisent, je suis fou d'elle. Mon bonheur est total. Quels changements en si peu de temps. J'emmène la mariée sous les applaudissements à bord d'une Bugatti Veron vrombissante et nous partons en trombe jusqu'à notre villa pour notre nuit de noce. Mais voilà, au moment le plus érotique, je m'aperçois avec horreur qu'elle n'est pas tout à fait humaine et que je ne puis lui faire l'amour.

Elle se met à rire :

  • Tu vois, je te l'ai dit : je suis un génie, pas une véritable femme... il te reste un vœu, tu peux encore changer tout ça et prendre une autre femme si tu le souhaites. Alors qui préfères-tu ? Salma Hayek ou Beyonce ? Dita Von Teese ou Megan Fox ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Beleg Doriath
Raphael est le glypheur de la 88e bande de poursuiveurs. Chaque nuits ils traquent la légendaire faille, la seule chose qui permettrait de comprendre pourquoi les hommes rèvent. Le jeune homme devra faire preuve de trésor d'ingéniosité pour braver les dangers intime que le monde des rèves lui réserve.

Lorsque nous nous endormons, où allons nous ?
1
2
7
6
Ré-Conciliation
Le centre de l'Être, Le centre de la Joie, celui qui nous libère de nos illusions et de la souffrance psychologique.
Le retour à nous-même est un exercice tellement simple et essentiel dans nos vies.. Que nous pratiquions tous enfants, et que pour la plupart nous avons oublier en grandissant.

Car au fond, qu'est ce qui nous caractérise le plus sinon nos sensations? Lorsque nous parlons ou pensons, ne sont-ce pas que des émotions ou des ressentis que nous traduisons avec des mots ou des images?

C'est du moins le sujet de ce petit texte qui nous incite à retrouver qui nous sommes pour vivre heureux.
1
1
0
2
Défi
ClaireTG


Ô moi, bel être de lumière, j'aime prodiguer mon ombre à la belle qui me tourne autour et m'étourdit.
Je ne suis point de ces astres sans bruit, que les petits indiffèrent. Non, elle a beau passer dans ma vie plus vite qu'un hiver, je la remarque et la nourrit.
L'été, grandiose, elle m'admire : ma parure a déjà ébahi plus d'un curieux. Mais le temps passe, mon humeur brunit, j'en fais le fruit qui pique bien des pieds. Cependant, l'hiver elle me veille, elle couve ma nudité, fragile, gracile, émaciée, avant que n'apparaissent mes nouveaux-nés.
Parfois, elle s'approche et me touche, alors je frémis. Elle l'ignore mais je lui parle au travers du vent messager. Une fois, elle s'est accrochée, elle a voulu me grimper. J'ai ris, trop gros, trop imposant, je savais que seuls ses amis aux quatres pattes aiguisées pouvaient rivaliser avec ma majesté.
Depuis peu de temps elle ne joue plus. J'ai peine à penser les années, à mon échelle rares sont ceux qui peuvent s'accrocher, mais je sais qu'elle s'éloigne des racines de mon âme.
Je ne pleure pas, non, je continue à aspirer lumière, carbone et ses pensées, qui depuis sa fenêtre éclairée, tous les soirs, d'un long regard, me sont adressées. Alors, nous sourions.
3
2
0
1

Vous aimez lire Mickaël Glenn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0