20 - ÉTRANGE RÉVEIL (1/2)

6 minutes de lecture

Kyle, 15/07/2606, auberge de la Vouivre d’Argent

Kyle arpentait un désert immaculé qui s’étendait à l’infini autour de lui. Aucun paysage, odeur ou bruit n’en ressortait. Tout était blanc. Était-il mort ? Était-ce le paradis ou l’enfer ? Le jeune homme jugea le lieu bien trop neutre pour que ce fût l’un ou l’autre. Il marcha ainsi pendant de longues minutes ou peut-être même des heures. Il ne savait plus. Il n’avait plus la notion du temps. Aucune résonance n’émanait de ses pas, comme si cet endroit était hermétique. Sous ses pieds nus, le sol était doux et chaud.

Ses yeux roulèrent de gauche à droite et cherchèrent un semblant de vie, mais Kyle ne rencontra que le néant. Rien à l’horizon. Il se retourna maintes fois, mais le paysage resta le même, quelle que fût la direction. Lassé de marcher sans but précis, le dragonien soupira avant de s’asseoir.

— Alors, je suis mort... marmonna-t-il, l’air hagard, avant d’esquisser un léger sourire amer. Voyons le bon côté des choses... au moins, j’aurai payé ma dette...

— Tu baisses déjà les bras, Kyeran ? Ça ne te ressemble pas !

Kyle sursauta à l’entente de cette voix familière. Il pivota pour faire face à une silhouette floue. Intrigué, il plissa les yeux pour mieux la distinguer, puis ces derniers s’écarquillèrent à la fois de surprise et de frayeur quand l’image d’une femme se précisa. À ce moment, une forte émotion submergea tout son être. Son cœur se serra, et tandis que ses mâchoires se crispaient, il sentit des larmes rouler le long de ses joues. Son corps tremblait. Il devait être en train de rêver. Oui, c’était sûrement son imagination qui lui jouait des tours. Même dans ses désirs les plus fous, Kyle aurait donné n’importe quoi pour revoir cette personne, dont les longs cheveux rouges ondulaient au gré d’un soudain courant d’air venu de nulle part.

— Katrine ! Que fais-tu ici ? Quel est cet endroit ? balbutia-t-il, sous le choc.

La jeune femme l’observa avec gravité, la tête penchée, et cligna des paupières tandis qu’une de ses mèches écarlates dansait devant son front.

— Nous sommes dans ta conscience. Un peu comme si tu étais entre la vie et la mort.

Le dragonien porta une main à sa tempe, l’esprit confus.

— Ma conscience... ?

— Oui, je ne saurais te l’expliquer, mais tu ne dois pas rester ici. Tu dois retourner d’où tu viens.

— D’où je viens ? répéta le jeune homme avec hésitation.

Kyle dévisagea Katrine de la tête aux pieds avec une profonde admiration. Il aurait voulu bondir sur elle pour la serrer dans ses bras. Lui dire combien il l’aimait et qu’il ne l’avait jamais oubliée, mais le choc le tétanisait. Comme de son vivant, l’aristocrate portait une jolie robe en satin crème au jupon bouffant. Cette couleur faisait ressortir ses grands yeux rouges et sa longue chevelure ondulée d’un magnifique vermillon. Son parfum fruité mélangé à une touche de vanille chatouillait agréablement les narines de Kyle. Cette délicieuse odeur qu’il aimait humer pendant son enfance lui rappela alors celle d’une autre personne.

­— Qu’y a-t-il ? l’interrogea Katrine. À quoi réfléchis-tu ?

Le dragonien resta muet quelques secondes, les sourcils froncés, avant de réagir.

— Pourquoi... toi et Lyra vous vous ressemblez tant ? Vous avez les mêmes yeux, le même visage et votre parfum...

Katrine pencha la tête, puis posa son index sur ses lèvres avec un air malicieux comme pour lui intimer de garder un secret.

— Peut-être parce que je suis elle, et qu’elle est moi ?

Kyle cligna des paupières, surpris par cette réponse. Que voulait-elle dire par-là ? Cela n’avait aucun sens. Il allait la questionner davantage, mais Katrine commençait à s’éloigner pour s’effacer doucement.

— Bien, il est temps pour toi de rentrer.

Pris de panique, effrayé de se retrouver à nouveau dans la solitude, Kyle réussit enfin à trouver la force de se mouvoir. Il courut dans sa direction dans l’espoir de la rattraper. Son cœur cognait tel le martèlement des sabots d’un troupeau de chevaux lancé au galop. Il tendit le bras pour se saisir de celui de la jeune femme.

— Non, attends ! Je t’en prie, ne pars pas ! Ne me laisse pas tout seul ! J’ai besoin de toi ! Je n’arrive pas à vivre sans ta présence !

Katrine esquissa un doux sourire. Ses prunelles brillèrent et s’embuèrent de larmes à leur tour pendant que son corps s’effaçait progressivement dans une pluie d’étoiles. La main tendue de Katrine disparut au moment où les doigts de Kyle se refermaient dessus tandis que l’écho de sa voix lui parvenait dans un dernier souffle.

— Merci, Kyeran. Merci à toi d’avoir contribué à mon bonheur... désormais, tu n’es plus seul...

Le jeune homme trembla et réprima un hoquet. Aucun son ne voulut sortir de sa gorge. Il s’effondra à genoux, impuissant et dégoûté devant son échec. Cette blessure qui l’avait meurtri jadis se rouvrit au fond de son cœur. Il avait tellement mal que même les larmes n’arrivaient pas à couler. C’était comme si le monde s’écroulait tout autour de lui. Qu’avait-il bien pu faire pour mériter cela ? Pourquoi lui enlevait-on encore Katrine ?

La seule réponse qui lui fut donnée à cet instant fut une violente bourrasque qui le balaya avec force. Le sol changea brusquement de consistance. Il devint dur, rugueux et se fendit soudain sous ses pieds. Kyle se sentit aspiré dans les profondeurs. Il lutta désespérément pour ne pas tomber, mais en vain. Une force le tirait vers le bas. Enfoncé jusqu’au cou, il finit par perdre conscience.

***

Kyle rouvrit les yeux avec un hoquet de frayeur et se redressa vivement. Il resta ainsi assis pendant de longues minutes, haletant, son visage livide parcouru de sueurs froides. De discrètes larmes roulèrent le long de ses joues, qu’il s’empressa d’essuyer d’un geste brusque. Sa respiration saccadée finit par se calmer tandis qu’il se massait le front du bout des doigts. Il remarqua alors qu’il se trouvait dans un lit.

— C’était juste un rêve... murmura-t-il, le cœur encore serré.

Le jeune homme s’apaisa et constata, étonné, l’endroit familier dans lequel il s’était réveillé. Il reconnut son petit bureau au plateau de merisier sur lequel était posée Météora, puis ses yeux ronds se perdirent vers le mur en face de lui avec une certaine incompréhension.

« Je suis dans ma chambre... Qu’est-ce que ça veut dire ? »

Un léger bruit semblable à un ronflement lui fit tourner la tête. À sa gauche, assise sur une chaise, Angélina dormait, un livre sur les genoux. Elle avait dû veiller sur lui, comme elle le faisait à chaque fois qu’il était blessé ou malade.

Kyle soupira, puis porta machinalement sa main à son cou avant d’y constater avec un sursaut la présence de son pendentif. Paniqué, il souleva alors les draps de son lit pour vérifier l’état de sa cuisse. Ses yeux s’écarquillèrent devant l’absence de plaie sur celle-ci. D’ailleurs, aucune autre partie visible de son corps n’avait gardé les séquelles de son duel contre Sven. C’était de plus en plus louche. Il lâcha le drap, stoïque, et resta à réfléchir pendant un long instant, les sourcils froncés. Était-ce là le fruit de son imagination ? Il n’y avait donc jamais eu de combats contre les Red Skulls ?

Kyle allait sortir de son lit quand Angélina émergea de son sommeil. Elle s’étira avec un bâillement et afficha un grand sourire suivi d’un soupir de soulagement.

— Ah, tu es enfin réveillé ! s’exclama-t-elle en se levant d’un bond de la chaise pour le serrer dans ses bras.

— Comment ça enfin réveillé ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Sa sœur rompit leur étreinte et s’installa près de lui avec un air grave.

— Vous vous êtes battus contre les Red Skulls et tu as perdu connaissance. Tu as dormi pendant quatre jours. J’ai eu la peur de ma vie... J’ai bien cru que nous allions te perdre...

— Quoi ? s’étrangla-t-il, choqué. Mais alors... ce n’était pas un rêve ?

Au même instant, la porte de sa chambre s’ouvrit avec fracas sur une fillette de cinq ans aux longues couettes bleues. Elle courut en direction du lit et escalada celui-ci avant de se jeter dans les bras de Kyle, ses yeux marron embués de larmes.

— Tonton ! Tu es vivant ! J’ai eu très peur ! sanglota-t-elle.

— Millie ? s’étonna Kyle en resserrant son étreinte autour de l'enfant. Qu’est-ce que tu fais ici ?

— Désolée, je n’ai pas réussi à l’empêcher de venir, s’excusa une voix. Elle voulait à tout prix te voir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0