18 - UN RÊVE À PORTÉE DE MAIN

10 minutes de lecture

Séréna, repaire des Red Skulls, à cinq kilomètres de Camélia

Dans un petit hameau à l'ouest de Camélia, les Red Skulls festoyaient. Leur repaire était un ancien hangar plutôt vétuste situé à l'écart des habitations dans un coin de forêt, bien à l'abri des regards. À cause de la mauvaise réputation de ce clan plutôt réfractaire à la loi, les autorités n'osaient jamais se déplacer pour les contrôler, par peur de se faire agresser. Ce gang semait la terreur dans les agglomérations alentours en toute impunité. Le vol, le recel, la drogue et la prostitution rythmaient leur quotidien. Pourtant, en dehors de ces dérives, les Red Skulls vivaient soudés comme une famille, ou presque.

Ce soir-là, l'alcool coulait à flots et une musique entraînante résonnait dans la vieille bâtisse. Quelques hommes déjà bien ivres dansaient, des jeunes femmes à moitié nues dans les bras, pendant que d'autres jouaient aux cartes avec des rires tonitruants ou des grognement de protestation. L'atmosphère empestait la fumée de tabac et une chaleur lourde faisait transpirer les plus agités, ajoutant une désagréable odeur de sueur.

Dans la mezzanine, installés sur de grands canapés en velours pourpre à moitié rapiécés, Sven dégustait un verre de whisky, un gros cigare coincé entre ses lèvres épaisses, tandis que Séréna buvait une boisson plus raffinée. Elle jubilait d’avoir enfin récupéré l’objet convoité et observait son acolyte d’un regard envieux.

En effet, deux charmantes demoiselles très dénudées avaient pris place sur lui et le chauve les pelotait sans retenue. Séréna esquissa un sourire radieux quand son âme sœur, Trisha, une jolie rousse vêtue d'une somptueuse robe moulante en satin bleu, la rejoignit pour s'asseoir à ses côtés. Elle avait rencontré cette jeune aristocrate déchue lors d’une de ses fréquentes escapades à travers les bars du pays. Trisha noyait sa tristesse dans l’alcool ce soir-là tandis que Séréna fêtait une de ses nombreuses réussites. Rien ni personne n’aurait cru que ces deux esprits auraient pu se rapprocher. Une noble et une voleuse. Quelle ironie du sort ! Et pourtant, malgré leurs différences, l’alchimie avait tout de suite opéré entre les deux femmes. Trisha n’avait pas hésité à rejoindre Séréna après être tombée sous son charme de vagabonde et partageait ainsi, depuis quelques années, sa vie mouvementée.

La mercenaire s’en mordit les lèvres en la voyant dans cette tenue des plus provoquantes et elle cacha difficilement ses pulsions. Elle invita sa compagne à se mettre à califourchon sur ses cuisses avant de s’emparer de sa bouche pour un baiser voluptueux. Séréna devint fébrile, son cœur battant la chamade, lorsqu’elle la sentit frémir sous ses doigts, son corps presque collé au sien. Trisha était sa raison d’être, elle aurait fait n’importe quoi pour cette fille, même vendre son âme au diable s’il le fallait.

— Tu t'amuses bien à ce que je vois, l’interrompit soudain Sven.

Séréna rompit l’étreinte avec sa dulcinée, puis reporta son attention sur son acolyte. Son nez se retroussa d’agacement.

— Quoi ? Toi aussi tu prends du bon temps ! Et d’abord, ça te gêne deux femmes ensemble ?

— Pas du tout, au contraire, répondit-il avec un rictus narquois avant de changer de sujet. Bon, alors ce pendentif, pourquoi le roi le recherche-t-il ? Tu ne m’as toujours pas dit.

Séréna échangea un regard contrarié avec Trisha. La conversation était confidentielle.

— Désolée, Bébé. On se revoit plus tard, murmura-t-elle à contrecœur. Je te promets une super nuit.

Trisha hocha la tête avec un sourire. La jeune femme ne lui en tenait jamais rigueur car c’était une habitude chez Séréna, en tant que cheffe de guilde, de garder certaines conversations secrètes. Après avoir déposé un dernier baiser passionné sur ses lèvres, elle s’éloigna avec un déhanché provocateur. Séréna la regarda partir avec un soupir décontenancé avant de sortir ledit objet de sa poche pour l'observer avec minutie. Quant à Sven, il constata que sa bouteille était presque vide. Tout en congédiant ses deux partenaires, il demanda à l’une d’elle d’aller lui en chercher une nouvelle. La jolie brune acquiesça et, d’un pas gracieux, se dirigea vers le bar au rez-de-chaussée, suivie de sa binôme.

— Alors ? insista-t-il.

— J’en sais trop rien. Ce serait la clé d’un portail temporel, mais est-ce une rumeur ou la vérité ? À vrai dire, ce ne sont pas mes oignons...

Le mercenaire reporta son attention sur son verre pour y observer son reflet.

— Cette histoire de portail temporel... j'en ai déjà entendu parler à l’époque où j’étais dans la légion d’Illurion, mais ce ne serait qu'une légende. Ça n’a jamais été vérifié, marmonna-t-il.

Séréna s’enfonça dans son canapé et recoiffa sa crinière violette en épis d’un geste vif de la main, puis fixa son partenaire d’un regard déterminé.

— On s’en fiche de ce que c’est. Du moment qu’on a le fric, c’est tout ce qui compte.

Sven approuva. Après avoir posé son verre sur la table basse, il se saisit d'une arme juste à côté de lui et l’observa avec intérêt, mais Séréna fronça les sourcils, à la fois surprise et inquiète devant le prestigieux objet.

— Où as-tu trouvé ça ?

— C'est l'arme que ce gamin avait avec lui. Tu te rends compte ? C'est Météora, l'épée légendaire des rois dragons ! clama Sven avec un sourire.

Séréna but une nouvelle gorgée de sa liqueur, mais un étrange frisson la parcourut. Il n’était jamais bien bon de reparler de la dynastie des Dragonia, surtout après ce qu'il s'était passé dix ans auparavant.

— Es-tu sûr de ça ? insista-t-elle.

— Absolument. Je me souviens l'avoir vue plusieurs fois dans la main du roi Hemlar à l'époque où je n'étais qu'un apprenti soldat. Je peux t'assurer que c'est celle-ci ! Jamais je n'aurais cru la retrouver dans un endroit aussi paumé... Je me demande bien comment ce gamin a pu l'avoir.

Séréna blêmit au souvenir dudit gamin et un mauvais pressentiment s'empara d'elle.

— Débarrasse-toi de cette épée ! Je ne veux pas de ça ici, cette arme va nous attirer des ennuis !

— Quoi ? Mais...

— Ne discute pas mes ordres, Sven !

Son acolyte afficha une moue de déception, mais fit profil bas.

— D'accord…

Sven reposa sa trouvaille avec précaution tandis qu’une de ses partenaires revenait avec une bouteille de son alcool favori. Il lui fit signe à elle et sa compagne de le rejoindre, la conversation sur le pendentif étant terminée.

Séréna s'enfonça dans le fond de son canapé, les muscles encore tendus. Elle avait entendu trop de rumeurs concernant les Dragonia, aussi préférait-elle éviter tout problème. La seule chose qui lui importait était d’échanger le pendentif contre une grosse somme d'argent. C'était le contrat conclu avec Zathias, le conseiller du roi Duncan, et à cette idée, elle replongea dans des pensées plus sereines.

Elle se voyait déjà quitter cet endroit miteux pour voyager vers le royaume mérien. Une fois là-bas, elle passerait de bons moments avec Trisha dans une ville thermale ou dans un hôtel de luxe au bord de la mer. Séréna s’imagina le bruit des vagues et le sable chaud sur sa peau. Elle en poussa un soupir de satisfaction, mais le fracassement d’une porte la ramena à la réalité. Elle sursauta et manqua de renverser son verre sur son pantalon. Inquiète, la mercenaire croisa le regard abasourdi de Sven. Après s’être levé et approché de la balustrade, le chauve semblait avoir vu un fantôme, à en juger son teint livide.

Séréna se releva d'un bond du canapé et le rejoignit pour affronter celui ou celle qui avait osé troubler leurs festivités. Quand elle reconnut le coupable, elle se figea, interdite et muette de stupéfaction. Ses yeux s'écarquillèrent d'effroi, son estomac se noua et elle laissa échapper son verre qui se brisa au sol. Elle crut cauchemarder.

— C'est impossible… juste impossible... Comment est-ce que… ? balbutia-t-elle.

Pile à l'entrée de leur repaire, un groupe de six personnes armées jusqu’aux dents venait de débarquer. L’intrus qui le menait était en train de défoncer d'un grand coup de pied ce qui restait de la porte. Tous les membres du clan cessèrent leurs activités. La musique se tut et, comme si elles avaient deviné que la situation allait dégénérer, les danseuses quittèrent leurs partenaires pour se mettre à l'abri.

Séréna tremblait de tous ses membres avec une sueur froide au visage tandis qu’à ses côtés, Sven sortait enfin de sa stupeur.

— C'est quoi ce bordel ? Comment ont-ils réussi à s'échapper ? La magie de Sid est quasiment invincible, vociféra-t-il.

— Elle l'était… grinça Séréna entre ses dents, les sourcils froncés de frustration.

Les prunelles d’améthyste de la mercenaire brillèrent de fureur lorsqu'elle reconnut Lyra parmi leurs adversaires. Son plan pour se débarrasser de cette gamine ainsi que de l’exterminateur venait de tomber à l'eau, mais elle n'avait pas dit son dernier mot. Elle pouvait compter sur son escouade et son acolyte pour faire diversion pendant qu'elle s'enfuirait avec son butin. Une fois hors de portée de ses ennemis, elle contacterait Zathias pour conclure la transaction au plus vite et ensuite, advienne que pourra.

En bas, tous les Red Skulls se réunirent autour des indésirables avec des regards hostiles. Certains posaient déjà leurs mains sur les manches de leurs armes, prêts à dégainer. D'autres restaient en retrait à observer la scène et attendaient les directives de leur supérieure.

Kyle s'avança le premier jusqu’au pied de la mezzanine où Sven et Séréna le dévisageaient toujours d'un air médusé. La cheffe déglutit lorsqu'elle décela une lueur sauvage dans ses yeux. Bien qu'il ne fût qu'un simple garçon de la ville, elle remarqua en lui une attitude plutôt altière comparée à ses modestes compagnons. Il avait l’air sûr de lui.

Le dragonien se planta juste devant eux, la tête relevée pour leur faire face, avant de réclamer sur un ton arrogant :

— Je suis venu récupérer ce qui m'appartient. Rendez-moi ce que vous m’avez volé et on ne vous fera aucun mal.

Sven ne put s’empêcher de ricaner face à cette requête grotesque. Il croisa ses bras sur la balustrade en le toisant de haut.

— Tu te prends pour qui ? Non, mais regardez-vous ! Vous êtes six alors que nous sommes une trentaine… Tu crois qu'on va te redonner bien gentiment ce que tu nous demandes ? Allons, ne me fais pas rire.

Kyle resta silencieux, mais balaya l'air d'un vif revers de bras. Des cris de stupeur s'élevèrent du côté des brigands lorsqu'un mur de glace fut invoqué sur le plancher de l’étage et surgit devant Sven et Séréna. Menacés par les stalactites aux pointes acérées, les deux mercenaires reculèrent avec frayeur et évitèrent de peu la paroi meurtrière. Séréna reporta son attention sur Kyle et commença à trembler d'angoisse. Le jeune homme n’avait pas l’air de plaisanter. Elle l'avait sous-estimé. Jamais elle ne s'était retrouvée confrontée à ce genre de problème, elle qui, jusqu'à présent, s'était toujours sentie supérieure aux autres.

— Je crois que vous n’avez pas bien saisi ce que je viens de dire… insista Kyle en se rapprochant. Je vais le répéter encore une fois : rendez-moi mon pendentif et mon épée ou je vous promets que vous allez le regretter.

Séréna était figée, en proie à la panique. Elle ne savait plus comment gérer la situation. Sa respiration devint de plus en plus saccadée et son pouls s’accéléra, mais elle reprit ses esprits quand elle entendit Sven marmonner à ses côtés.

— Ce type… c'est un dragonien.

La cheffe se retourna sur son partenaire, surprise, et bredouilla :

— Un... quoi ?

— Un dragonien. Je m'en étais pas rendu compte tout à l'heure, mais quand je vois ses yeux et sa manière d'utiliser la magie, cela ne fait aucun doute.

— Mais je croyais qu'ils avaient tous été exterminés lors de la Chute des Dragons hormis le roi Duncan et la reine Alyria ! s'étrangla Séréna, choquée.

— Il faut croire que non. Ça me surprend pas que quelques-uns aient survécu. Leur magie est très puissante et ils sont assez coriaces.

Séréna fronça les sourcils d’inquiétude et sa mâchoire trembla.

— À quel point ?

— J'en ai aucune idée, mais ces créatures sont des calamités, tout comme leurs semblables les dragons, avoua Sven avec une grimace. Mais t'inquiète pas, il est jeune et affaibli, il ne restera pas longtemps une menace. J’ai un petit atout en poche au cas où... Je vais m’occuper de son cas.

Séréna se retrouva déconvenue par cet imprévu de taille, mais elle ne se démonta pas pour autant. Ensemble, ils pouvaient les vaincre. Elle reprit confiance en elle grâce à Sven et ordonna soudain :

— Allez, les gars ! Montrez-leur de quoi nous sommes capables !

Une ovation retentit dans un chœur guttural et ce fut le signal de la bataille. Armes aux poings, tous les membres du gang se ruèrent sur le groupe de Kyle avec des cris de rage. Séréna soupira pour chasser son anxiété tandis que la main de Sven se posait sur son épaule. Elle se retourna et son compagnon hocha la tête pour lui montrer la porte qui donnait sur l'arrière du bâtiment.

— Casse-toi de là, on va les retenir. Ça te laisse le temps de t'enfuir.

Elle n'était pas du genre à faire preuve de lâcheté, mais en resserrant ses doigts sur son précieux trésor, elle finit par acquiescer. Si elle voulait que son rêve se réalise, elle n'avait pas le choix. Alors que ses jambes hésitaient à bouger, Séréna réussit à réagir et, avant d’amorcer sa fuite, survola la salle du regard pour chercher Trisha. Elle eut bien du mal à percevoir quoi que ce soit au milieu du tumulte des combats qui faisaient rage autour d’elle. Sven était occupé à se battre contre Kyle tandis que tous leurs acolytes s’occupaient des autres chasseurs. Au bout de quelques minutes, Séréna finit par apercevoir Trisha, cachée derrière un des grands rideaux.

La rousse regardait la scène, affolée, et le cœur de Séréna se serra. N’écoutant que son instinct, elle parcourut à toutes jambes la distance qui la séparait de sa bien-aimée. Elle l’attraperait par la main, et ensuite, elles courraient ensemble vers la liberté. Des chaises volaient, des tables se renversaient autour de la mercenaire dans un capharnaüm sans nom, mais elle restait concentrée sur son but.

« Plus que quelques mètres, et… » songea-t-elle avec un vif espoir.

Séréna n'eut pas le temps de savourer sa victoire. Un éclair la percuta et la fit rouler au sol avec un cri de frayeur. À moitié déboussolée, elle se releva d'un bond pour reprendre sa course, mais quelqu'un lui barra la route. La mercenaire s’arrêta net avant de se mettre aussitôt en position de défense. Avec un regard furieux, les jambes tremblantes et les poings crispés, elle fit face au coupable de l’attaque-surprise.

— Où crois-tu aller comme ça ?

Séréna serra les dents de rage et siffla de colère.

— Lyra… sale petite garce !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0