(WARNING NSFW !!) 13 - AUJOURD'HUI ET POUR TOUJOURS (3/3)

4 minutes de lecture

Dehors, le ciel s’était assombri pour laisser place à une nuit d’encre. Duncan avisa l’heure tardive, mais n'avait aucune envie de regagner le vacarme assourdissant des conversations ennuyeuses au palais. Sur cette île, il avait l'impression d'être redevenu lui-même, comme si l'éternité lui appartenait.

Soudain, une agréable odeur caressa ses narines et, intrigué, il s’aventura au dehors de la cavité. Talonné de près par Alyria, il contempla alors l’un des plus magnifiques spectacles qui lui était donné de voir. L’arbre de lune s’était entièrement recouvert de fleurs d’un blanc immaculé. L’arôme enivrant similaire à celui des lys lui fit presque tourner la tête.

— C’est magnifique, murmura-t-il, admiratif. Depuis que nous vivons ici, je n’avais encore jamais pris le temps d’observer ce phénomène.

— Il serait peut-être temps que tu sortes un peu de ton laboratoire ! pouffa Alyria. Tu rates beaucoup de choses, tu sais !

Duncan glissa un regard gêné sur son épouse, puis poussa un soupir de bien-être en fermant les yeux pour apprécier ce délicieux parfum. Alors qu’il se laissait aller, porté par le souffle du vent, le dragonien sursauta quand Alyria l’attrapa par la main pour l’attirer de nouveau dans la caverne. Là, elle le fit s’asseoir avec un rire et le souverain resta muet d’incompréhension. Sans pudeur, la jeune femme se débarrassa de sa tenue dans un geste sensuel et provocateur. Sa robe glissa au sol, dévoilant deux jolis seins ronds et fermes qui ne demandaient qu’à être choyés. Duncan resta interdit, les yeux écarquillés de béatitude, et son cœur loupa un battement. Il ne s'attendait pas à cela et resta un long moment à contempler cette femme dont il était profondément amoureux sans réagir. Alyria représentait son désir incarné, sa muse, sa déesse, l'essence même de sa raison de vivre.

— Et bien alors ? On perd tous ses moyens, votre Majesté ? Il me semblait pourtant que tu voulais concrétiser notre union au bord de cette falaise, non ? plaisanta-t-elle d’une voix atrocement suave.

Le sourire malicieux qu'elle lui adressa l’aida de suite à se remettre de ses émotions.

— Comment pourrais-je résister à une telle proposition ? Tu veux vraiment passer notre nuit de noce ici ?

— Pas toi ? À moins que tu ne préfères respecter les anciennes traditions ?

Duncan évalua le pour et le contre de cette situation. Après tout, il était roi, elle était reine. Ils pouvaient faire comme bon leur semblait et le cadre idyllique se prêtait tout à fait à l’ambiance. Les deux amants possédaient le doux parfum floral des arbres de lune, le bruit des vagues ainsi que l’air chargé de sel que charriait un léger vent. Personne ne pouvait rêver mieux.

— Au diable les traditions, souffla-t-il, enfin décidé.

De sa main, il invita sa dulcinée à s’asseoir sur lui et elle ne se fit pas prier. Son ventre se crispa et sa respiration devint saccadée lorsqu'elle s’installa sur ses cuisses avec un sourire ravageur. Sa volonté de la découvrir au plus profond de son âme accentua sa passion et avec une tendresse absolue, il explora chaque parcelle de peau qui ne tarda pas à frissonner quand ses mains englobèrent ses seins avant de s'échouer sur ses mamelons érigés de désir.

Leur regard plongé l'un dans l'autre, leurs lèvres s'approchèrent et entrèrent en contact, d'abord avec une infinie douceur puis avec plus d'intensité. D'un geste vif, Alyria déboutonna sa chemise et l'envoya rejoindre sa robe au sol. Duncan grogna d’un plaisir appréciateur quand sa bien-aimée attarda ses doigts sur son torse avant de redescendre le long des abdominaux et les glisser sous son pantalon qu’elle avait déjà ouvert avec habileté.

Le jeune homme n'arriva plus à réfléchir ni à penser lorsque la main de sa dulcinée s’enroula autour de son membre. Il se laissa submerger par ce feu qui brûlait dans ses entrailles et avant même qu’Alyria ne put continuer son œuvre, il la bascula délicatement en arrière pour l'étendre dans l'herbe. Une fois mise à nu, il s’en mordit la lèvre tout en la contemplant d’un regard de braise.

« Par tous les dieux, qu'elle est magnifique. »

Son sang palpitait dans ses veines comme un torrent tumultueux et son cœur était sur le point d'exploser. Jamais il n'avait autant aimé une femme. Cette femme.

Après qu'il eut quitté lui aussi ses derniers vêtements, Alyria l'invita à venir s'allonger sur elle. Corps contre corps, peau contre peau, Duncan savoura cette indicible chaleur qui se propageait en eux. Niché dans le creux de son cou, il promena ses lèvres le long de sa gorge avant de lui susurrer à l'oreille :

— Tu me rends dingue.

— Je veux être à toi... rien qu'à toi... lui renchérit-elle dans un murmure suave.

Tandis qu’il reprenait possession de sa délicieuse bouche avec fougue, ses doigts descendirent avec douceur vers l'objet de sa tentation. Alyria répondit bientôt à ses caresses par une ondulation du bassin. Sa respiration de plus en plus saccadée et ses gémissements exaltaient Duncan et lui retournaient complètement la tête. Il était fou d'elle et sentir son corps épouser le sien ne faisait qu'accentuer l'envie de la conquérir.

Le dragonien rompit un instant leur baiser ardent pour la contempler. La jeune femme était haletante, les joues rougies et ses yeux brillaient d'un désir brûlant.

— Resteras-tu à mes côtés, peu importe notre destin ? lui demanda-t-il.

Alyria soutint son regard, d'abord silencieuse, puis ses lèvres s'ouvrirent sur un sourire tandis qu’elle gesticulait pour retrouver le contact du corps de son époux.

— Oui, je serai à tes côtés, aujourd'hui et pour toujours.

Duncan sentit l’émotion le submerger. Après tout ce qu’il avait dû endurer ces dernières années, il avait enfin quelqu’un sur qui compter et qui ne l’abandonnerait pas. Une larme roula malgré lui le long de sa joue qu’Alyria s’empressa d’essuyer du pouce. Elle s’empara de nouveau de ses lèvres pour goûter à l'arôme suave de sa langue alors que leurs corps s'unissaient dans une lente fusion charnelle.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0