4 - KYLE (partie 2/2)

7 minutes de lecture

La soirée s’était éternisée et ce fut à plus d’une heure du matin que Kyle termina son service. Éreinté, les vêtements imprégnés d’une désagréable odeur de friture, il se traîna d’un pas las dans les escaliers pour rejoindre sa chambre et se laver. Après s’être déshabillé, il pénétra dans la salle de bain, non sans grimacer lorsque ses pieds entrèrent en contact avec le dallage froid du sol. Dans la cabine, il tourna le bouton d’un geste dénué de vivacité, mais une fois sous l’eau chaude, il soupira de bien-être. Suite à une dure soirée, rien ne valait une bonne douche. La tête rejetée en arrière, il ferma les yeux et apprécia cette fine pluie qui ruisselait le long de son corps.

Kyle resta ainsi de longues minutes, puis s’adossa ensuite contre le carrelage, pensif, pour refaire le point sur sa journée malchanceuse. Depuis son enfance, c’était son quotidien habituel. Il se retrouvait souvent dans des situations périlleuses, et si ce n’était pas sa maladresse qui lui jouait des tours, c’était…

« Les femmes », conclut-il avec une moue.

Il s’était laissé subjuguer par les beaux yeux de cette mystérieuse inconnue qui en avait profité pour subtiliser son pendentif. D’ailleurs en parlant de femme… Éléonore ne tarderait pas à lui reprocher sa trop longue absence dans les jours à venir. Comme il était rentré de mission plus tôt que prévu, il voulait lui faire une surprise. Cependant, à cause de tous ces aléas de dernière minute, son idée était tombée à l’eau. Il remettrait donc cette entrevue au lendemain, bien qu’il redoutât la réaction de sa compagne. Kyle resta dubitatif, puis esquissa un sourire carnassier lorsqu’une pensée déplacée lui traversa l’esprit.

« Je trouve toujours un moyen de me faire pardonner… »

Après avoir retrouvé sa bonne humeur, il attrapa le savon et se frictionna le corps d'un geste enjoué. Il se rinça un long moment, puis s’enroula dans une grande serviette pour se sécher. Sa peau respirait enfin la propreté et ce fut détendu qu’il rejoignit le calme de son lieu de vie préféré. Il avait la chance de posséder une salle de bain attenante à sa chambre et tandis qu’il enfilait un sous-vêtement, son reflet dans le miroir attira son attention. Sur son front, une bosse bleutée douloureuse au toucher faisait saillie, unique séquelle de sa rencontre avec la voleuse aux yeux rouges. Lors de sa chute, sa tête avait buté contre les pavés du sol.

« La garce... à cause d’elle, je ne me suis pas loupé… » grogna-t-il.

Ses doigts remontèrent ensuite sur la gauche de son front, là où deux cicatrices se croisaient. Cette vieille blessure qu’il avait depuis tout petit lui laissait toujours un sentiment amer comme beaucoup d’autres sur son corps. Tristes souvenirs offerts par sa génitrice qui lui évoquaient sans cesse ses traumatismes. Cette femme qu’il n’avait jamais appelée « mère » et qui l’avait méprisé n’était plus de ce monde, mais elle lui donnait encore quelques fois l’impression de le hanter.

Kyle chassa bien vite ces sombres pensées pour se concentrer avec plus d’intérêt sur son reflet. Son apparence autrefois d’adolescent potelé avait laissé place au corps athlétique et mince d’un homme dans la fleur de l'âge. Malgré son mètre quatre-vingt-cinq, sa crainte de regagner du poids ne l’avait jamais quitté, aussi s’entraînait-il régulièrement. Son visage auparavant rondelet était à présent plus fin et dépourvu d’imperfections, terminé par une mâchoire plus anguleuse.

Certains détails, toutefois, le différaient des humains. Ses oreilles pointues et ses quatre canines acérées lui rappelaient sans cesse sa véritable nature. C’était sans compter sur la couleur de ses yeux, dorée, teinte plutôt insolite parmi le commun des mortels. Kyle était un dragonien ou un homme-dragon pour ceux qui ignoraient ce nom. Bien que la présence des métis fût monnaie courante dans le secteur, il n’aimait pas trop s’exhiber. Même si beaucoup de citadins l’appréciaient, d’autres le craignaient à cause de son appartenance à cette race très ancienne et redoutée. Il avait donc pris soin, ces dernières années, de se laisser pousser les cheveux pour masquer ses oreilles atypiques et évitait de sourire à pleines dents. Quant à son regard étincelant, il pouvait difficilement le dissimuler.

Il s’avança vers son bureau et attrapa un long ruban de gaze avant de s’asseoir sur une chaise. Là, il entreprit de l’enrouler avec minutie autour de son bras gauche. C’était un rituel qu’il effectuait au quotidien pour cacher l’étonnante marque bleue écailleuse dessinée sur sa peau. Il ne voulait la montrer à personne, car elle représentait tout ce qu’il haïssait. Son ancien statut royal et son tumultueux passé. Une fois, l’idée de se trancher le bras lui était venue. Il se souvenait encore du visage terrorisé de Boris ce jour-là lorsqu’il s’était emparé de son couperet. Heureusement, il y avait eu plus de peur que de mal.

Son œuvre achevée, Kyle s’assura du bon maintien de la bande, puis ses yeux dérivèrent sur la cicatrice sur son torse. À cet endroit, la peau formait un bourrelet disgracieux à la sensation désagréable sous les doigts. Il grimaça avec un frisson de mal-être et reporta son attention sur le bureau situé sous sa fenêtre.

Un objet empaqueté d’un linge de coton y était posé et il s’en saisit. Installé sur le bord de son lit, le dragonien entreprit de dérouler le tissu qui dévoila le métal étincelant de Météora. Kyle l’observa sous toutes les coutures et vérifia de plus près l’état de la lame. Le jeune homme fronça les sourcils en constatant les tranchants émoussés, mais avec fierté, il se leva pour la faire tournoyer. Dans le passé, ses aînés s’étaient servis de cette épée, mais il n’avait jamais eu l’occasion de les voir à l’œuvre. Il savait que cette arme possédait une capacité magique bien spéciale, mais encore fallait-il trouver comment la manipuler avec efficacité.

Très maniable et légère, elle fendait l’air avec un son cristallin incomparable à celui d’une autre lame. Alors qu’il s’imaginait se battre contre un adversaire invisible, celle-ci s’illumina d’une brève aura bleutée. La marque sous son bandage scintilla de la même couleur et lui échauffa la peau. Surpris, il la lâcha en poussant un juron et recula d’un pas avant de se masser le bras. Quelques instants plus tard, alarmé par le bruit, quelqu’un frappa à sa porte.

— Kyle ? Qu’est-ce que tu fiches encore ? demanda la voix courroucée d’Angélina.

— Ah ! Euh… Ce n’est rien, je me suis cogné !

Cela ne suffit pas à convaincre la jeune femme. La poignée se tourna et le visage ensommeillé de cette dernière apparut.

— Oui, c’est ça, mon œil… Pour quelqu’un qui se disait fatigué, je te trouve bien en forme… grogna-t-elle.

— J’étais juste en train de tester mon épée et elle m’a échappé des mains.

Angélina le fixa avec un air consterné.

— Tu crois vraiment que c’est une heure pour s’entraîner ? Dans ta chambre en plus ?

— Oui, je sais, j’ai fait un peu de bruit. Je suis DÉ-SO-LÉ. Ça te va ?

La blonde leva les yeux au ciel et Kyle réprima un rire. Il avait toujours aimé faire enrager sa sœur.

— Bon, je retourne me coucher et tu devrais en faire autant.

— Avant de partir, est-ce que tu sais s’il y a un forgeron qui travaille dans le coin ? Karen m’a dit l’autre jour que celui en ville avait fermé, mais ne m’a pas précisé si quelqu’un le remplaçait.

Angélina réfléchit.

— La plupart des chasseurs vont à Trivia maintenant, mais il y en aurait un aussi à Dabéorn. Il me semble qu’il s’appelle Allister Lomassac. Par contre, je ne sais pas s’il exerce encore…

— Ce n’est pas loin d’ici. J’ignorais qu’il y en avait un dans ce bled paumé… j’irai y faire un tour demain.

— Tu vas t’en servir pour tes futures missions ? demanda Angélina en montrant du menton l’arme toujours au sol.

Kyle la ramassa, le regard admiratif.

— Oui, cette épée est bien meilleure que celle que j’ai et tu n’imagines pas le potentiel qu’elle possède.

Angélina sourit puis amorça un demi-tour.

— Je te crois. Bon, j'y vais. Bonne nuit.

— Bonne nuit à toi aussi.

— Pense à retrouver le pendentif, chuchota-t-elle avant de disparaître dans le couloir.

— Oui, répondit-il sur le même ton.

De nouveau seul, Kyle remballa son épée non sans l’avoir admirée une dernière fois. Il la posa avec soin sur son bureau puis vint se glisser sous ses couvertures avec délectation. Il éteignit l’orbe qui éclairait sa chambre d’un claquement de mains et enfonça sa tête dans son oreiller avec un soupir de bien-être. Enfin un repos bien mérité.

Une lueur blafarde attira son attention à travers la fenêtre entrouverte et quand il tourna le regard en direction de celle-ci, il aperçut le croissant de Zéphyria. Le dragonien contempla la grosse lune bleue avec un brin de nostalgie mélancolique et pensa alors à son cousin Duncan et son petit frère Damian. Enfants, ils aimaient observer cet astre ainsi que bien d’autres choses, mais la Chute des Dragons survenue dix ans auparavant avait balayé tous ces moments d’insouciance.

Il savait que seul Duncan, d’un an son aîné, avait réussi à s’en sortir et était devenu le nouveau roi d’Illurion. S’ils avaient été très proches jadis, comme des frères, qu’en était-il aujourd’hui ? Duncan lui en voudrait-il pour tout ce qu’il s’était passé s’ils se revoyaient un jour ? Il ne put y penser davantage. Allongé sur le dos, les bras croisés sous l’oreiller, il finit bien vite par s’endormir, trop épuisé pour continuer de réfléchir. Demain serait un autre jour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0