7 - LE FORGERON DE DABÉORN

8 minutes de lecture

Un gros silence plomba l’ambiance dans l’atelier. Les yeux d’Allister Lomassac, coiffé d’une queue de cheval grisonnante, allaient et venaient dans tous les sens avant de se poser sur les deux jeunes gens d’un air interrogateur. Lyra se releva promptement sous le regard méfiant de Kyle et rejoignit son père. Allait-elle se plaindre auprès de lui ? Elle n’oserait sans doute pas, ils avaient convenu d’un accord, mais le chasseur resta méfiant malgré tout.

— Qu’est-ce qu’il s’est passé ici ? Pourquoi fait-il aussi froid ? l’interrogea-t-il aussitôt.

— Oh, ce n’est rien, mentit-elle. Juste un petit malentendu.

Allister écarquilla les yeux tandis qu’il ouvrait les fenêtres pour laisser entrer la chaleur dans la forge.

— Un malentendu ? Du genre ?

— Rien d’important, ne t’inquiète pas, le rassura Lyra avant de changer de sujet. Tu en as mis du temps, où étais-tu ?

— Désolé, j’étais à l’épicerie et il y avait un monde pas possible, s’excusa le forgeron avant de regarder Kyle avec insistance. En tout cas, j’ignorais que tu étais en charmante compagnie.

Kyle s’apprêtait à répliquer, mais Lyra le coupa sur un ton froid.

— Ce n’est pas ce que tu crois. Et puis d’abord je le connais pas, il est juste venu ici pour faire réparer son épée.

— Ah ? Je vais regarder ça. Je vous demanderai juste quelques minutes le temps de ranger mes courses, les pria Allister avec un semblant de nervosité.

Kyle acquiesça en silence, mais resta dubitatif sur l’apparence du paternel. Il s’attendait à rencontrer un homme bâti comme un taureau avec des bras musclés, mais au lieu de cela, Allister était un quarantenaire de faible constitution et moins grand que lui. Il ne ressemblait pas aux forgerons typiques et stéréotypés qu’il avait l’habitude de croiser. Son physique négligé fit grimacer Kyle, qui constata l’ignoble chemise à carreaux rouge tachée, trouée et ouverte sur un torse poilu. Son visage blafard encadré par deux grandes mèches brunes et terminé par une barbe mal rasée lui donnait l’impression d’être en mauvaise santé. Le forgeron rangea ses provisions d’un geste mal assuré et manqua à plusieurs reprises de laisser échapper un ou deux bocaux, peut-être trop lourds pour ses mains frêles.

Adossé contre un mur et les bras croisés, Kyle l’observa avec un air sceptique, puis jeta un œil sur Lyra. Bien qu’elle fût restée vers lui, l’ambiance était tendue et ils ne s’étaient pas adressé la parole depuis qu’Allister était rentré. Il devina aisément dans son attitude que la jeune fille n’avait pas digéré sa défaite. De temps à autre, son regard écarlate croisait le sien. Le dragonien avait rarement vu des prunelles d’une telle couleur, hormis chez une prestigieuse famille qu’il avait jadis côtoyée. Les Warhalt du comté du Nord. C’en était perturbant, car Lyra lui rappelait malgré elle, par les traits de son visage, cette femme qu’il avait profondément aimée. Katrine, un amour d’adolescence impossible. Cette ressemblance devait vraiment être une coïncidence, car plus Kyle la regardait et plus il devenait nerveux.

— Tu ne dis rien à mon père d’accord ? Tu me l’as promis.

Le jeune homme sortit de ses pensées avec un sursaut lorsque la voix chuchotée de Lyra lui arriva à l’oreille. Il soupira et la fixa d’un regard sévère.

— Je tiens toujours ma parole, mais avant j’aimerais savoir ce qui m’a frappé à la tête tout à l’heure. Je te tenais les bras, alors comment as-tu fait ?

La jeune fille roula des yeux et fit mine de ne pas comprendre avec un sourire niais.

— Je ne vois pas de quoi tu parles. Tu as simplement trébuché, c’est tout !

— C’est ça oui, prends-moi pour un con et…

Kyle n’eut pas le loisir de terminer sa phrase. Allister les rejoignit au même moment. Plus que des mots, un simple regard suffit pour se mettre d’accord et revenir plus tard sur cette conversation. Le chasseur échangea une poignée de main plutôt dépourvue d’énergie avec le forgeron. Les yeux marrons soulignés de cernes de ce dernier se plissèrent un instant.

— On ne se serait pas déjà croisés, jeune homme ? Ta tête me dit quelque chose.

Kyle le dévisagea un instant, mal à l’aise, et frotta sa tignasse de sa main. Lyra, de son côté, les fixait avec un sourcil haussé.

— C’est probable, j’habite la ville voisine, mais c’est la première fois que je viens ici, avoua-t-il.

Allister se gratta la joue et continua de réfléchir.

— Hum… c’est bizarre, tu ressembles beaucoup à quelqu’un que j’ai connu. Enfin, peut-être que je me trompe, s’excusa-t-il avant de changer de conversation. Bon, voyons voir cette épée !

Kyle devint suspicieux envers l’artisan, mais s’exécuta et dévoila la lame du tissu qui la protégeait. Lyra poussa un nouveau murmure ébahi tandis qu’Allister eut un mouvement de recul et resta bouche bée. Le chasseur s’interrogea aussitôt sur l’étrange réaction du forgeron. Pourquoi cette stupeur ? Connaissait-il cette épée ? Les questions se bousculèrent dans l’esprit tourmenté de Kyle et il continua d’observer Allister avec méfiance. Ce dernier se saisit de l’arme, la fit tournoyer et mima un combat imaginaire pour écouter le bruit émis par la lame en fendant l’air, puis la reposa.

— Où as-tu trouvé cette merveille ? demanda-t-il sur un ton grave et sérieux.

— Je l’ai toujours eu avec moi, répondit Kyle avec franchise.

Allister le fixa avec des yeux ronds.

— Comment t’appelles-tu ?

— Kyle Estieral.

Le forgeron cligna des paupières, étonné.

— Oh, j’ai déjà entendu parler de toi. Tu es le fameux exterminateur de la guilde des Alliés de la Nuit à Camélia, n’est-ce pas ?

— C’est bien ça.

Les yeux de Lyra s’arrondirent aussi devant l’identité du jeune homme et elle écouta attentivement toute la conversation.

— Hum, je vois… soupira Allister. Paraît-il que tu n’as pas toujours bonne réputation ? Ça ne doit pas être facile pour toi ce genre de travail.

— On s’y fait, avec le temps, lâcha Kyle en haussant les épaules.

— Oui, j’imagine que tu n’as pas trop le choix, grimaça le forgeron.

Le regard de nouveau rivé sur l’épée, Allister sembla réfléchir. Kyle commençait à trouver son comportement suspect. Se pouvait-il que cet homme eût deviné sa véritable identité ? Ce dernier se retourna vers lui avec un regard navré.

— Je suis désolé, mais je ne pourrai pas réparer ton épée.

— Comment ça ?

— Si tu la possèdes depuis toujours comme tu le prétends, alors tu dois savoir que cette lame est en dragonium et qu’il y a une protection magique qui ne peut être levée que par un magicien de haut niveau. Voire même par son véritable propriétaire.

Lyra s’approcha à son tour pour contempler l’épée. L’aveu de son père l’avait abasourdie.

— Du dragonium ? Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-elle.

— C’est un minerai très rare issu des os fossilisés de dragon. En plus d’être beaucoup plus léger que les autres métaux, il est aussi difficile à travailler. Seuls des artisans possédant des compétences en magie peuvent le forger, et je n’en connais qu’une sorte… expliqua Allister, le regard rivé sur Kyle qui buvait chacune de ses paroles.

Kyle était à la fois empreint de curiosité et d’inquiétude envers cet homme. Allister semblait connaître beaucoup de choses au sujet des dragoniens. Cette origine qu’il avait préféré renier depuis longtemps attisait malgré lui un certain intérêt. Kyle ne savait plus quoi dire ni comment réagir. Il se doutait qu’Allister avait des soupçons sur sa véritable identité. Finalement mal à l’aise, le jeune homme se dirigea vers l’établi pour reprendre son épée, mais Lyra le bouscula pour s’en emparer.

— Qu’est-ce que tu fais ? maugréa le dragonien.

— Je vais essayer de la réparer, suggéra-t-elle en se dirigeant vers le four.

— Tu vas perdre ton temps, l’avertit Allister.

— Qui ne tente rien n’a rien.

Le forgeron haussa les épaules et ne chercha pas à l’en empêcher. Il s’installa sur une chaise en grimaçant de douleur et observa sa fille au travail. Quant à Kyle, il crut rêver et en décroisa les bras de stupeur quand la demoiselle revêtit un tablier de cuir et des gants de protection avant de jeter quelques bûches pour attiser le feu.

— Attends un peu ! l’interrompit-il. Tu es…

— Hé oui, c’est moi la forgeronne de Dabéorn, le coupa Lyra avec un clin d’œil.

Abasourdi par sa révélation, le jeune homme resta muet de stupéfaction un long moment et Allister s’esclaffa devant sa réaction avant de reprendre son sérieux.

— Je ne peux plus forger depuis un an, j’ai des soucis de santé. C’est ma fille qui a pris le relais. Elle est encore novice sur certaines réalisations, mais pour d’autres, elle se débrouille très bien. Je suis sûre que ce sera une forgeronne de talent dans les années à venir.

— Eh bien, si je m’attendais à ça… souffla Kyle en se frottant la nuque.

C’était la première fois de sa vie que le dragonien voyait une fille forgeronne et il se demandait bien quel âge elle pouvait avoir pour pratiquer un métier aussi dur.

Lyra saisit l’épée à l’aide d’une pince et la plaça dans les flammes, mais au bout de longues minutes, la lame ne rougeoya pas.

— En effet, impossible de la chauffer, constata-t-elle, dépitée.

— Je te l’avais dit, se moqua son père.

— Je vais recommencer, je vais la laisser plus longtemps, insista-t-elle.

Kyle admirait la ténacité de Lyra. Il était dommage que cette jeune fille fût un peu malhonnête, car elle lui semblait assez sympathique et persévérante.

« Tout l’inverse de moi. » pensa-t-il avec amertume.

Au bout d’une demi-heure d’acharnement, Lyra finit par capituler.

— Tu as raison, on ne pourra pas la réparer, soupira-t-elle en enlevant ses gants. Qu’est-ce qu’on peut faire ?

— Pas grand-chose. Dans un premier temps, il faut lever le sort et même lorsqu’il sera déverrouillé, je ne suis pas sûr qu’on puisse faire quoi que ce soit de plus, avoua Allister.

— Et comment peut-on le lever ? insista Kyle avec détermination.

— Comme je l’ai dit, à part un magicien de haut niveau, je ne vois pas trop. S’il possède des capacités d’annulation d’incantations alors peut-être que ça pourrait fonctionner, mais je n’en suis pas sûr.

Kyle fixa un instant le forgeron et se mit à réfléchir. Qui, dans son entourage, pouvait accomplir de telles prouesses ? Il eut un déclic et une brillante idée lui parvint lorsqu’un nom résonna dans sa tête. Ce fut avec un sourire empli d’espoir qu’il annonça la bonne nouvelle :

— Je connais quelqu’un qui va pouvoir nous aider !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0