2 - UNE ÉTRANGE DÉCOUVERTE (2/2)

6 minutes de lecture

Tout en montant, Kyle renifla les émanations de cire que sa mère avait dû appliquer récemment. Il détestait cette senteur un peu trop forte à son goût et se renfrogna au moment où elle lui chatouilla les narines. Parfois, il regrettait de posséder un odorat un peu trop développé. En atteignant le dernier palier, les marches craquèrent sous ses pas. Il craignait souvent de passer au travers tant elles étaient usées par le temps et ce fut avec une anxiété silencieuse qu'il les gravit.

Arrivée devant leur objectif, Angélina poussa une vieille porte en bois vermoulu, dont les gonds grincèrent sinistrement, et pénétra la première dans le grenier. Kyle avait toujours eu une peur bleue de cet endroit sombre où pendaient de nombreuses toiles d’araignées. Plus jeune, la porte s’était accidentellement refermée avec fracas et il s’y était retrouvé piégé dans le noir. Il en gardait un très mauvais souvenir, et aujourd’hui encore, se méfiait un peu de cette pièce lugubre. Il hésita un instant, les muscles tendus, avant d’emboiter le pas à sa sœur en ravalant sa salive, mal à l’aise.

« Allez du nerf… t’es plus un gamin ! » pensa-t-il, les membres crispés.

Angélina s’empara d’une lanterne qu’elle suspendit à une poutre et murmura un sort :

— Ignis.

Aussitôt, la mèche s’enflamma grâce à la magie et éclaira la pièce d’un halo lumineux jaunâtre. Les deux jeunes gens survolèrent les environs d’un rapide coup d’œil et Kyle poussa un soupir de découragement en voyant l’endroit sens dessus dessous.

— Quel foutoir ! On va devoir ranger tout ça ?

— Non, pas tout. On va juste placer ces cartons au-dessus des étagères là-bas, le rassura-t-elle en lui indiquant des racks de stockage assez anciens.

Chacun s’affaira alors de son côté. Comme Kyle était plutôt grand, il n’eut aucun mal à hisser quelques boites sur les planches les plus hautes tandis qu’Angélina l’aidait pour les plus lourdes. Il ruminait dans son coin, dégoûté de ne pas pouvoir se reposer quand la blonde s’écria :

— Ah, au fait, j’allais oublier !

Le jeune homme s’interrompit avec un sursaut et sentit son cœur cogner dans sa poitrine en se retournant vers sa sœur, la mine inquiète. Il n’aimait pas quand elle réagissait de la sorte, ça présageait toujours une mauvaise nouvelle. Qu’allait-elle encore lui annoncer ?

— Papa a besoin de toi ce soir, je suis désolée. Il sait que c’est ton jour de repos, mais Alessio est tombé malade et il ne pourra pas l’aider en cuisine.

En plein dans le mille. Kyle en lâcha au sol le carton qu’il portait dans ses mains et son visage se décomposa.

— C’est une blague ? balbutia-t-il.

Angélina grimaça, gênée, et secoua négativement la tête.

— Bon sang ! J’avais prévu de sortir ce soir ! Vous ne pouvez pas me faire ça !

— Je sais bien, mais on n’a pas le choix… Demain, c’est promis, il te laisse ta journée.

Kyle croyait halluciner. Non seulement il n’avait pas pu se reposer, mais en plus il tirait un trait sur sa soirée avec Éléonore. Dégoûté, il ramassa son paquet et reprit sa corvée en bougonnant dans son coin.

En hissant cependant un énième carton sur un des plateaux, ce dernier céda sous le poids dans un grand craquement de bois brisé. L’étagère se fracassa alors au sol en soulevant un épais nuage de poussière. Angélina sursauta de frayeur tandis que les fines particules en suspension lui déclenchaient une quinte de toux. Dans l’effondrement, Kyle sentit un objet le heurter à la tête et terminer sa chute sur le plancher dans un tintement métallique. Il se retrouva sonné pendant un léger moment et dans les secondes qui suivirent, sa sœur le rejoignit pour l’aider à se redresser.

— Est-ce que ça va ? bredouilla-t-elle.

— Oui, je crois… répondit-il en massant son crâne douloureux.

En parcourant le sol du regard, il distingua dans la pénombre la coupable de l’attaque-surprise : une longue lame qui brillait aux reflets de la lanterne. Curieux, il s’en approcha et la ramassa pour l’observer à la lumière. Angélina tressaillit lorsqu’elle reconnut l’objet, mais Kyle eut une étonnante impression de déjà-vu.

— C’est une épée, qu’est-ce qu’elle fait ici ? demanda-t-il, intrigué par sa découverte.

Kyle détailla l’arme avec admiration. La garde faite d’or massif ciselé en forme de tête de dragon semblait vouloir engloutir la lame noire aux tranchants argentés très émoussés et rendait cette épée plutôt inquiétante. À la place de l’œil brillait un énorme saphir et une légère lueur mystique en émanait. De ses doigts, il remonta le long de la poignée recouverte de lanières de cuir sombre en parfait état avant de s’arrêter sur le pommeau d’une teinte similaire aux bords de la lame.

À cet instant, il se sentit étrangement nostalgique au contact de cette arme. Il l’aurait reconnue entre mille. Il n’y avait pas deux épées comme celle-ci dans le monde. Le cœur battant, il s’en saisit et se redressa pour effectuer quelques figures d’attaque et de défense. La lame émettait un bruit particulier lorsqu’elle fendait l’air, un son cristallin pareil à du verre et incomparable avec une autre.

— Météora, je te retrouve enfin… murmura Kyle avec un sourire.

Après avoir terminé son exercice, il la reposa sur une vieille table poussiéreuse avant de reporter son attention sur sa sœur avec un regard suspicieux.

— Je croyais l’avoir perdue après toutes ces années… Je peux savoir pourquoi vous l’avez rangée ici pendant tout ce temps ? demanda-t-il sur un ton agacé.

Angélina resta silencieuse en se balançant sur ses jambes, légèrement embarrassée, et finit par lui avouer en baissant la tête :

— J’admets que ce n’est pas le meilleur endroit, mais il fallait la mettre en sécurité. On a pensé que le grenier était idéal et que personne n’aurait l’idée de venir fouiller ici.

Kyle haussa un sourcil, sidéré, et la dévisagea d’un air accusateur.

— Cette arme est légendaire et vous n’avez rien trouvé de mieux que la laisser moisir ici et prendre la poussière…

— Je suis désolée… répondit piteusement Angélina en baissant les bras. Il faut nous comprendre aussi, Kyle. On ne sait pratiquement rien de toi. Pendant toutes ces années, tu n’as jamais voulu nous parler de ton passé, ni de ton enfance, ni de ce qu’il t’est arrivé. Les seuls indices que nous a donnés le dragon ce jour-là sont ton rang et un nom. Dragonia. Est-ce que c’est là d’où tu viens ? J’ai appris bien plus tard qu’il s’était passé quelque chose de terrible là-bas. Presque toute la famille royale ainsi que ses sujets auraient été décimés. Je n’ai jamais voulu te le demander avant, mais… est-ce que tu as un lien avec ces gens-là ?

Nerveux, Kyle lui tourna le dos et resta silencieux, le regard rivé au sol. Ce nom résonnait comme une note douloureuse et il ne pouvait lui révéler ce qu’il avait vécu. Il n’en avait ni le courage ni la force. C’était trop dur pour le jeune chasseur et encore trop tôt pour en parler. Comment sa famille adoptive le verrait-elle si jamais elle venait à découvrir son vrai visage ?

— Désolé, mais je ne peux rien vous dire. Moins vous en saurez sur moi, mieux vous vous porterez, marmonna-t-il avec une voix légèrement éraillée par l’angoisse.

Angélina demeura muette. Elle semblait navrée d’avoir posé autant de questions.

— Tu sais, je suis consciente que tu n’es pas réellement humain et je comprends que tu n’aies pas envie de parler de ce qu’il s’est passé. Mais sache que si un jour tu changes d’avis alors nous serons toujours là pour toi, et ce, peu importe qui tu es vraiment, le rassura-t-elle en se rapprochant de lui.

Kyle sentit les mains de sa sœur, douces et chaleureuses, entourer la sienne. Il ferma les paupières avec un soupir et daigna enfin lui faire face. Cette dernière devait lever les yeux pour le regarder et esquissa une légère grimace pour tenter de le dérider.

— Tu as tellement grandi, ça me fait bizarre d’admettre que tu es un homme maintenant… constata-t-elle tout en lui dépoussiérant les cheveux du bout des doigts.

La réplique eut l’effet escompté. Les lèvres de Kyle s’étirèrent en un sourire moqueur.

— Arrête, tu vas me faire pleurer !

Angélina pouffa de rire et lui montra d’un signe du menton le désordre des étagères effondrées.

— Bon, on s’y remet ?

Kyle poussa un léger juron décontenancé devant tout ce bazar, mais il remarqua le visage de sa sœur blêmir soudainement.

— Qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-il, inquiet.

— Kyle… ton pendentif… où est-il ? bredouilla-t-elle.

Le jeune homme porta une main à son cou et ses doigts ne trouvèrent que le contact de sa peau. Une sueur froide s’empara de lui tandis qu’Angélina vacilla et se retrouva assise d’effroi sur une vieille malle. Le pendentif, cet objet qu’elle avait promis de protéger, avait disparu.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 12 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0