1 - DU SANG NOIR ET DES YEUX ROUGES (partie 1/2)

5 minutes de lecture

Kyle Estieral, 3ème jour de la 7ème lune de l'an 2606, forêt de la chaîne des Atalantes, empire d'Aïdolara.

Le calme régnait dans la vallée d'Arendale. Le ciel resplendissait d'un bleu azur limpide, sans nuages et une légère brise agitait les feuillages bigarrés d'où émanait le gazouillis joyeux des oiseaux. C'était encore une magnifique journée ensoleillée typique des étés aïdolariens, mais seulement en apparence.

Cette douce quiétude fut interrompue par un bruyant remue-ménage en provenance des sous-bois. Un rugissement lugubre cloua le bec des passereaux effrayés qui s'envolèrent aussitôt pour fuir la menace alors qu'un arbre craquait avant de s'effondrer à terre avec fracas. Un autre cri, suivi d'un grondement plaintif retentit et un nouveau tremblement ébranla le sol. Puis, aussi soudainement, le silence réapparut, dominé par le souffle du vent.

Au détour d'un chemin, réfugié derrière le tronc d'un gros chêne, un jeune homme aux cheveux blonds hirsutes observait les alentours d'un air inquiet. Sköll, coursier à son compte de vingt et un ans, empruntait régulièrement cette route pour ses livraisons. Seulement, celle-ci était devenue peu fréquentable depuis quelques mois à cause de l'apparition préoccupante d'animaux atteints d'un mal étrange. C'était ainsi le cas de l'énorme bête qui gisait au sol. Une vouivre des marais, créature jugée plutôt farouche et peu dangereuse en temps ordinaire, s'était montrée cette fois particulièrement agressive. Le reptile présentait un aspect atypique. Sa peau qui auparavant brillait d'un magnifique gris vert était recouverte à divers endroits de taches noires éparses anormales comme son sang qui s'écoulait de plusieurs blessures.

— Eh ben ! Encore du bon boulot, Môssieur l'exterminateur ! clama Sköll en applaudissant. Tu assures comme un chef, Kyle ! J'ai bien fait de t'engager pour ma protection !

L'intéressé, perché sur le dos de sa proie, retira sa lame du cadavre et la rengaina dans le fourreau attaché à sa ceinture avec un crissement métallique. Ce genre d'épée, pourvue d'un tranchant à dents de scie, était d'une grande efficacité pour transpercer les écailles et les carapaces les plus solides. Le dénommé Kyle se laissa glisser le long du flanc de l'animal, puis atterrit souplement dans l'herbe. Il essuya du revers de son gant une tache de sang noir sur sa joue avant d'abaisser autour de son cou ses lunettes de protection, découvrant deux inquiétantes prunelles d'un jaune d'or assez vif.

— Est-ce que j'ai vraiment le choix ? grogna-t-il d'un air blasé. Il faut être suicidaire aujourd'hui pour tenter de traverser la forêt dans ces conditions...

Le blond opina avec nervosité, mais rétorqua :

— En parlant de suicide, je te signale que ton boulot en est un, non ? Tu t'en rends compte au moins ?

Kyle haussa les épaules avec un sourire narquois.

— Que veux-tu. Il faut croire que j'aime vivre dangereusement.

Sköll sourcilla, mais ne chercha pas à le contredire. Le chasseur soupira d'aise en sentant le vent venir caresser son visage et ferma les paupières pour savourer l'ambiance redevenue calme. C'était beaucoup plus agréable qu'en ville ou que d'être enfermé dans la cuisine de l'auberge ou il travaillait certains soirs. Il s'étira un grand coup avec un grognement satisfait pour soulager ses muscles endoloris, mais une déplaisante présence un peu trop proche lui fit rouvrir les yeux. Il constata avec effroi le visage béat de Sköll à moins de dix centimètres du sien.

— Tu sais quoi, Kyle ? Si je pouvais, je te payerais volontiers en nature contre ma protection ! lui souffla-t-il.

Écœuré, Kyle réagit promptement et le repoussa d'une main de fer.

— Dans tes rêves ! Ton corps, j'en veux pas ! Et arrête d'essayer de me toucher comme ça, tu me dégoûtes !

Sköll recula avec un sourire moqueur avant de froncer les sourcils.

— C'est bon, je plaisantais, je n'irais pas jusque-là quand même ! J'ai ma fierté. De toute façon, tu es trop vieux.

— On a que deux ans de différence... grogna Kyle.

— Je sais, mais je préfère quand même les jolies filles ! Ne le prends pas mal...

Kyle se mit à rire, amusé par la réplique de son acolyte.

— Ça me rassure, mais encore faudrait-il qu'elles s'intéressent à un couard comme toi ! Et ça, ce n'est pas gagné !

Sköll fut vexé et resta muet, les yeux ronds. Kyle lui tourna le dos, satisfait, et rejoignit une voiturette en bois garée un peu plus loin attelée à deux immenses oiseaux coureurs aux plumes multicolores. Ces derniers s'impatientaient et exprimèrent leur nervosité en claquant du bec et en piétinant le sol de leurs griffes acérées lorsqu'ils virent les deux hommes s'approcher. Sköll jeta un énième regard sur la dépouille de la vouivre.

— Tu laisses cette bestiole ici ? Tu n'emmènes pas de viande ?

— Inutile. Elle est contaminée... marmonna Kyle tout en grimpant sur le siège du véhicule.

— Mais... tu ne brûles pas le cadavre ?

Le chasseur lui désigna alors d'un bref mouvement de bras la végétation déshydratée et jaunie par la sécheresse tout autour d'eux.

— En temps normal, je le fais, mais là il y a trop de risques. Sauf si tu as envie de faire un immense feu de joie.

Sköll opina tout en réfléchissant.

— Mouais, tu n'as pas tort, ce serait pas le moment de se faire accuser pour incendie criminel... Ces taches noires, je me demande bien de quoi ça peut venir...

Kyle resta silencieux. La réponse, il l'avait déjà, sans grande certitude cependant. Mais il ne voulait pas se remémorer ce qui, depuis quelques années, plongeait progressivement le monde dans un chaos inévitable. Son seul but aujourd'hui était de tenter d'enrayer ce mal, même si cela impliquait des sacrifices parfois inacceptables. Pourquoi le faisait-il ? Pour expier ses fautes peut-être... Nul ne le savait à part lui. Personne dans son entourage ne comprenait pourquoi il s'était lancé dans ce métier risqué alors que son poste de cuisinier à la Vouivre d'Argent lui suffisait pour vivre décemment. Il était toutefois l'un des meilleurs chasseurs et tuait ses ennemis sans aucun état d'âme. En tant qu'exterminateur, il n'était pas permis d'éprouver le moindre remords ou compassion, que sa proie fût animale ou humaine.

Sköll monta à son tour et s'installa à ses côtés en silence avant d'ordonner aux deux volatiles de se mettre en route. Les gasterios, oiseaux géants terrestres aux ailes atrophiées, demeuraient parmi les créatures les plus rapides qui soient et étaient très souvent utilisés pour les transports de marchandises légères ou du courrier. Toutefois, en raison de leur tempérament carnassier comme en témoignait l'apparence de leur énorme bec très affuté, ces animaux restaient parfois imprévisibles. Seuls leurs maîtres pouvaient les toucher et nombreux étaient les imprudents qui y laissaient des doigts ou des mains en voulant trop les approcher.

Leur crête de plumes aux couleurs vives se redressa sur leur crâne et ils poussèrent un cri strident avant de s'élancer sur leurs puissantes pattes. Pendant le trajet, Kyle observa le paysage défiler devant ses yeux d'un air las. Voilà plusieurs jours qu'il n'avait pas beaucoup dormi. Il se laissa bientôt bercer par le roulis de la charrette, puis ses paupières finirent par se fermer. Les bras croisés sur sa poitrine, sa tête dodelina au rythme des légères imperfections de la route et le sommeil le submergea.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 15 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
495
95
1
6
Cœur de Lune
Lynn, une jeune sorcière, reçoit sa lettre d'admission à Poudlard et malheureusement, elle rejoint la maison Serpentard, que les autres élèves n'apprécient guère. Comment se faire apprécier d'autant plus que certains Serpentards complotent encore pour Lord Voldemort ? Lynn va apprendre bien des choses et rencontrer bien des alliés pour percer ce mystère.
21
24
3
23
Wergelde
Les portes de l'enfer se sont ouvertes et ont déversé sur le monde le Chaos, grouillant de garmes, harpies et démons. La seule et unique chance pour les humains d'y survivre est de se terrer dans les sept dernières villes existantes et protégées par des Divins, remplaçant des véritables Dieux disparus.
Aspen vit à Saint-Pétersbourg, l'une de ces villes protégées, et travaille pour le Wioletta, la dernière mafia russe encore existante. Malmené par ses membres, il n'obtient que des tâches dégradantes et insultes. Alors qu'il devait simplement livrer une valise dans un quartier ravagé par le Chaos, un démon va s'insérer dans sa tête. Il s'appelle Vassily et proclame être un humain datant du monde précédent l'apocalypse. Mensonge ou vérité ? Aspen a encore beaucoup à apprendre pour survivre au Wioletta et à ce monde qui se referme petit à petit sur lui.
5
7
27
112

Vous aimez lire Erika_Rbn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0