Chapitre 15

Une minute de lecture

Durant cette matinée, Caroline s’était empressée de retrouver le répertoire où elle avait inséré les numéros de tous les mecs, avec qui elle avait couché. Pour elle, ce carnet demeurait un vrai trésor. Elle décida d’oublier cette raison de devenir sage. C’était complètement simplet, de sa part.

Dans son répertoire, elle n’appela que ceux qui s’appelaient « François ». L’un d’eux répondit et accepta le rendez-vous, qu’elle lui donnait durant l’après-midi.

Lorsqu’il arriva chez elle, elle n’alla pas par quatre chemins. Le pauvre homme n’eut même pas le temps de réaliser qu’ils étaient nus au bout de cinq minutes. Et qu’elle était en train de s’exalter sur lui, comme une enragée en criant son prénom. Soudain, elle lui chuchota à l’oreille, en embrassant son lobe.

— Appelle-moi Élisa ! J’adore ce prénom-là.

Il se demandait bien ce qui lui passait par la tête. Mais, envoûté par sa folie passagère, il s’exécuta et cria ce prénom-là plusieurs fois. Après avoir terminé leur ébat, il annonça qu’il n’avait jamais connu autant de frénésie en quelques heures avec elle et qu’il serait d’y remédier dans les prochains jours.

Ce qu’il ne savait pas, c’est que Caroline avait tout filmé dans son dos. Une caméra était calfeutrée dans un sac à main, entrouvert et positionnée sur la table. Elle comptait faire un bon montage bien poignant afin de montrer à Élisa que son François l’avait trompé avec elle, en pensant à elle. Enfin, c’est ce qu’elle voulait lui faire croire.

Le pire dans tout cela, c’est qu’elle s’était trouvé réellement un vrai pigeon !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Ludovic Kerzic ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0