Jeu interdit

Moins d'une minute de lecture

Nuit après nuit, une ombre se glisse dans sa chambre. De son berceau, il ne peut que la deviner, mais il perçoit sa respiration saccadée, son haleine chargée de forts effluves. Une peur diffuse le glace. Et comme toujours, l'ombre extirpe une poupée du coffre à jouets, la cajole, la tripote.

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
LE TEMPS EN NOUS

'C’est pareil à une poussière de craie sur un banc d’école, à une feuille d’automne dans le couchant, à la flamme d’une bougie dans le mystère d’une crypte. Cela demande une longue patience, cela exige un recueillement, cela n’octroie de sens qu’au terme d’un long badinage. C’est ceci les fiançailles avec le temps : à la fois une osmose, à la fois un intervalle qui ne peut être que déchirure.'
4
0
0
3
Harry Haller

Tout le monde veut prendre le micro sans fil
Prendre sa voiture sans essuyer sa place
Prendre le verbe sans parler
Prendre sans donner

Un pervers disait « I don’t believe in humans anymore »
Mort pour qui, pour quoi ?
Ont ils été vivant ?
Inopérant tel un singe savant.

Insupportable, portable, jetable
A table et bon appétit bande d’abrutis
Le vin, un sein.... enfin !
Viens, mon ami le Pépé.

Midi, minuit pour quel salaire ?
La belle affaire ! Je m’en tape le cul parterre !
Putain, mais c’est ton cul que je veux parfaire !!
Une ligne !! Ou un signe... Bang !! Je pars...

Il est tard... mais où es tu pauvre con !!
Tourne en rond et file moi un bonbon !
Six mois de Christ Oh !!!
Mais que fait ce minot ??

Et me voilà au paradis des pieds...
J’aurais préféré rouler, j’ai vraiment la gueule inappropriée !
Ian comme un oasis , ce palmier comme une fierté non dissimulée !
C’est vico qui va manger !

Nous revoilà dans la nuit comme un mac qui fuit,
L’esprit recentré sur ce pauvre papier éclairé,
Un doigt, deux doigts pour étriqué ta pitié,
Encore faudrait-il que j’ai envie de me moucher !

Êtes vous toujours avec moi...?

Bleu, rouge...il semble que nous ayons perdu le blanc !
Que racontes tu ? En fait je mens fou, je m’en fout !!
Enfin attendre, qu’en penses-tu Tom ?
Partout où je vais, il pleut sur moi...

Cacher les couteaux et sauvez le dragon !
Heureusement lui est encore là dit l’âne !
Qui sera le suivant...?
Alemada ou Ventura, je ne sais pas !

Il va être temps de disparaître,
Apercevez-vous les hêtres ?
Tout ceci a t’il un sens, faut-il un sens...
Je vous encule tous !!!!
2
2
0
1
Like a ghost
« Cela fait deux jours que j'ai rencontré Dylan et depuis, plus aucune nouvelle d'elle. Il est vrai que j'aurais pu lui envoyer le premier message mais je... À vrai dire, je n'avais aucune excuse. Je voulais que ce soit elle. Elle et personne d'autre. Je ressentais quelque chose pour elle que je n'avais jamais ressentie auparavant. Mais je ne savais pas ce que c'était exactement. »
41
22
40
59

Vous aimez lire Alice de Castellanè ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0