Chapitre Dix : la ruse d’Anaëlle écrit par Anaïs Sieffert

2 minutes de lecture

 Les étudiants avaient tous rejoins leurs familles respectives et la première nuit s’était bien déroulée pour tout le monde. Nous avions organisé, Anaëlle, John et moi une visite sur toute la journée dans la ville de Londres mêlant promenades, ouverture culturelle et gastronomie. Nous avions hâte de vivre cette journée avec nos étudiants mais nous étions aussi un peu stressés. Nous espérions que cette journée soit inoubliable pour eux et surtout que tout se déroule pour le mieux.

Le bus nous déposa à neuf heures au centre de Londres. Nous avions démarré notre journée par un petit déjeuner pris tous ensemble dans un splendide salon de thé. Ces moments de convivialité permettaient également aux étudiants d’échanger en anglais et ainsi de perfectionner leur pratique de la langue de Shakespeare.

Nous avions ensuite enchainé la journée par une visite de l’Abbaye de Westminster puis une séance photo devant le Big Ben. Nous avions immortalisé ce moment avec John et Anaëlle en prenant un magnifique selfie.

« Allez John vient donc faire une photo ! On a aussi le droit de garder un petit souvenir de ce voyage !

—Oui, oui un instant j’arrive, répondit John alors qu’il était en en pleine discussion avec des étudiants concernant la structure architecturale du Big Ben.

—Serrez-vous un peu plus, je n’arrive pas à cadrer ! Dites « ouistitiiiii » !

Anaëlle souriait en me faisant un clin d’œil. Je voyais clair dans son jeu. Elle souhaitait que nous nous rapprochions un peu plus John et moi. Pourtant je n’avais pas le courage pour le moment de lui avouer mes sentiments. J’étais loin de chez moi, loin du Japon et loin de penser à une aventure amoureuse avec un inconnu que je connaissais à peine.

Le début d’après-midi était libre pour les étudiants. Nous leur avions donné ce moment afin qu’ils puissent déambuler avec leur correspondant anglais dans le quartier principal londonien de théâtres et de loisirs : le Covent Garden. C’est à ce moment-là qu’Anaëlle abattit sa carte secrète. Elle trouva une excuse pour me laisser seule avec John.

« Je vais vous laisser une petite heure, je vais accompagner Sakura avec son correspondant anglais car ils ont encore un peu de mal à communiquer tout les deux. Sakura est encore très timide. Je préfère garder un œil sur eux.

—Entendu Anaëlle. On se retrouve vers seize heures devant l’entrée du Royal Opera House avec les autres étudiants. »

Mon cœur se mit à battre encore plus fort. A quoi jouait Anaëlle ? me laisser seule avec un homme que je connais à peine dans une aussi grande ville ? ce n’était peut-être pas la meilleure des stratégies…

Mais à peine avais-je le temps de me poser ces questions qu’Anaëlle n’était plus là et j’entendis John me parler sans comprendre réellement ce qu’il me disait.

« Athéna ? tout va bien ? tu es toute rouge ? »

Je n’eus pas le temps de lui répondre. Ma vision se troubla et je sentis mon corps vaciller. Je me laissais tomber dans les bras de John sans savoir réellement ce qu’il m’arrivait.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Anaïs Sieffert ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0