Chapitre Un : Destination Japon écrit par Florian Pierrel

Une minute de lecture

 Aujourd’hui, l’humain a perdu tout espoir.

L’humanité se détériore petit à petit et à grande vitesse …

Il était tant pour moi de méditer, de voyager vers le Japon.

Je m’appelle Athéna, comme la déesse.

Je voulais voir ce pays dont on m’a tant parlé, tant que je me suis enrichie dans les bouquins et la culture pop.

J’avais besoin de retrouver mon bonheur dans ce pays.

Pourquoi ?

Pour me refaire de nouvelles ambitions, de nouveaux projets et méditer sur le présent.

J’ai vingt-huit ans, jamais eu d’amoureux.

Je pris mon ticket vers le Japon.

« Bon voyage Madame », me dit la dame, au guichet.

Je m’installai dans l’avion en lisant « Les frères Kamazarov » qui m’avaient tant marqué.

J’écoutais avec mes oreillettes de la musique classique.

« Bienvenue à bord, ici vous trouverez des cartes du Japon et un peu de sa culture, bon voyage ! »

Je savais que la philosophie là-bas était notamment le bouddhisme et un peu d’art martiaux.

Je songeais à rencontrer des personnes me motivant pour ma vie.

J’ai vécu un passé douloureux.

J’espère effacer mes blessures.

Je pense peut-être trop aux autres mais ça fait partie de moi.

Dans l’avion, on voyait des paysages sublimes dont l’Everest !

J’étais éblouie !

Je devais remettre en question pour avancer, réfléchir à mes nouvelles ambitions.

Je voulais changer totalement de vie.

J’espère rencontrer des individus qui me donneront leurs savoirs, leurs cultures et surtout leurs âmes.

Ce voyage, c’est tout pour moi.

J’avais l’ambition d’aller plus loin !

Arrivé au Japon, je cherchais un endroit paisible.

Monsieur Toho m’accueillit.

« Vous êtes là pour vous frotter les doigts ?

­­­­—Non. Dis-je.

—Les jardins zen ! Là-bas. »

Je me recueillis et pensa à mes parents qui m’avaient tant appris de la vie.

Je me rendis à Tokyo.

J’espérais partager la vision du monde occidental et voir nos différences philosophiques et spirituelles.

Je rencontrais madame Lao qui me guida dans cette région si vaste.

Elle était très âgée mais respirait le bonheur.

C’était quoi pour eux le bonheur ? Comment le conceptualise-t-il ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Anaïs Sieffert ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0