Chapitre 2

2 minutes de lecture

— Maman ? on sonne !

La voix de Mélanie m’arrache de ma torpeur.

— Tu peux ouvrir, ma chérie ? Maman arrive.

Je m'examine une dernière fois dans la glace. Le reste de fond de teint bon marché ne parvient pas à dissimuler toutes les imperfections de ma peau creuse, rongée par le désamour général, et la lumière blafarde est plus douce que mon visage maquillé. J'asperge mon cou d’eau de toilette et mon gosier de plusieurs brutales gorgées de rhum à même la bouteille que je camoufle ensuite dans le meuble. Mon corps tressaille et s’ensuit immédiatement un état d'apesanteur.

— Salut Justine ! Mais ... dis donc ! tu es magnifique ce soir, hein, les enfants ? Elle est belle maman ! s'écrie Sylvie.

Je laisse échapper un éclat de rire. Le rhum a détendu les muscles et, par surcroît, m’a offert l’audace des femmes amoureuses. Le réel n'a plus aucune emprise sur moi. Tout en déposant un baiser sur sa joue, j'invite Sylvie à prendre un verre de Limoncello Spritz avant que je ne parte.

— Tiens ! les enfants sont retournés jouer dans la chambre, fais-je remarquer.

— Alors, coquine, tu as un rencard ? s'émoustille Sylvie.

— Mais non, t'es bien chiante !

Je feins l’agacement et, dans la confusion, je cherche, fébrile, un scénario pour parer à toutes ses interrogations.

— Je garde tes enfants gratis, tu peux au moins me dire ce que tu fais. Allez, dis-moi s'il te plaît, fais-moi rêver, ma vie est si moche, lance-t-elle sur un ton rigolard et rauque.

Nous rions de bon cœur, tant ceci est vrai. Sylvie est ma meilleure amie. Nous habitons l'une en face de l'autre. Elle vit seule depuis que Pascal, son mari, a été emporté par l'amiante. Les non-lieux prononcés ont fait du procès une utopie. Pourtant, je la jalouse. De nombreux amis lui rendent visite tous les après-midis ; pléthore d'hommes mal vêtus, quelques femmes aux visages émaciés, défilent, sonnent à sa porte, puis s'amoncellent dans son salon et, chaque soir à l'exception de celui-ci, elle sort en compagnie de l'un d'eux. « T’inquiètes, poulette » m’oppose-t-elle à chacune de mes questions.

Elle allume une cigarette comme pour mieux m'écouter, et je fais de même, pour parer au moindre trouble.

— Bon … OK ... C'est un mec que je croise régulièrement aux Restos du Cœur le mercredi et... Bon, on se disait bonjour de temps en temps et ...

— Waouh ! Et du coup, tu le vois ce soir ? Tu ne m'avais rien dit ! Tu me raconteras tout, hein ? Il s'appelle comment ?

— Oui, t'inquiètes ! Gérard… Bon, allez, je dois filer, j’vais être en retard.

— Gérard ? Tiens, c’est drôle… Vous vous rejoignez où ?

— Un prénom classique, quoi… Sur la Grand-Place, tu vois ? en face de l’Hôtel de ville. On verra ensuite, boire un verre, sûrement… classique aussi.

J'avale d'une traite le reste de mon verre et tire nerveusement sur ma cigarette.

— À tout à l'heure les enfants, soyez sages... Merci encore, Sylvie.

— T’inquiètes, Poulette, amuse-toi bien !

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard


Comment dépasser
Son tumulte de chair
Longer le sillon de l’humaine destinée
Quand les arbres sont dépouillés
De leurs feuilles
Que les nervures sont les seuls restes
D’une réalité qui ne s’annonce plus
Que sous les traits
D’une encre décolorée
Dont plus aucune lettre
Ne sera reconnaissable
Sinon ces ratures
Se superposant
A d’autres
Ratures
***
Parfois l’aube me retrouve
Hors de mon être
En limite d’une parution
Est-ce la folie promise
Est-ce la navigation hauturière
Privée d’amers
Et l’incohésion des flux
Le rapt des reflux
La trame ouverte
Par laquelle s’absenter
Se retirer
Vivre au plus profond
De sa geôle
Etroite
Unique
Soudée
À son exacte
Étrangeté
5
7
0
0
Loup
Celui qui fut longtemps l'ennemi public numéro un du pays, sort de l'hôpital psychiatrique où il a purgé sa peine pendant quinze ans.

Comment son retour à la liberté sera-t-il accueilli ?
1
0
0
5
Défi
Alexian Black
Ma réponse au défit lancer par Rosamund.
2
7
1
2

Vous aimez lire HOURIA ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0