La consistance d'une vie. Chapitre 1.

2 minutes de lecture

Où sont mes enfants ? bredouillé-je.

Cigarette allumée, je déverse une folle cascade de rhum du goulot à ma bouche.

Dix-neuf heures ! Une heure que je rôde dans les recoins moisis de ma minuscule salle de bains, une heure que le miroir fendu se délecte de mon affligeant spectacle, trente ans à me questionner sur la valeur intrinsèque de mon existence.

Le propriétaire, une quarantaine d’années seulement, mais veuf depuis des lustres, a débarqué tôt dans la matinée, à l'improviste, pour : « Vous faire part de mon incompréhension de la situation, cinq mois de retard, vos silences ... Vous comprenez, chère Madame, que ... ». À peine est-il parti que l'eau a été coupée, pour impayés. C’est alors que, l’estomac desséché, le corps non lavé et la bouche pâteuse, j’ai atterri, en famille, dans le bureau de mon tout nouveau et jeune conseiller bancaire pour négocier un découvert. J’ai juré « sur ma mère » qu’une grosse rentrée d’argent aura lieu les jours prochains. Très professionnel ; parfumé, il m’a avertie que « c'est la dernière fois ».

Je me suis noyée dans l’internet tout l’après-midi et, comme à un dieu, je lui ai demandé comment gagner rapidement de l’argent. Les propositions de participation à des sondages rémunérés et autres fumisteries ont afflué, mais ne m’ont pas attirée. Trop long, et puis l'argent, j'en ai besoin aujourd’hui.

Mélanie et Matéo, âgés de sept et cinq ans, et dont j’ai la garde exclusive, ont joué à s’insulter dans la cuisine. J'ai honte d'être leur mère.

Le père a été éloigné du domicile par une décision de justice. Nous nous étions rencontrés à l'Excentric Café, un des rares bars de Cambrai à être très fréquenté. Ce soir-là, nous avions formidablement discuté, picolé d’arrache-bouche et rudement fait l'amour. À la naissance de Mélanie, nous avons délaissé les causeries. Il a consommé mon corps au gré de ses colères et de ses verres d’alcool. Les reproches, les insultes et enfin les coups, ont rythmé mon quotidien. Norbert me manque.

Après lui, se sont succédés quelques hommes. Tous ! ont été infoutus de comprendre que la violence m’a été inoculée par un manque de tout, un manque dont je ne peux plus me dépêtrer. Cette addiction a fait de moi une femme qui exècre toute forme de communication, exceptée celle du langage crié.

« La Culture et les études, ce n’est pas pour nous ; l’Art et l’Amour sont des divertissements pour riches, et les livres et la Philosophie ne remplissent pas notre frigo ». Ce triptyque brandi crânement par le « prêtre », mon père, et repris par ma mère, a assassiné toute émancipation, et la violence s’est subrepticement substituée à l’absence de reconnaissance pour gaver le vide de mon existence. Un événement qui, coup sur coup, sculpte mon être et le fissure. Je suis dans l’action de quelque chose.

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard


Comment dépasser
Son tumulte de chair
Longer le sillon de l’humaine destinée
Quand les arbres sont dépouillés
De leurs feuilles
Que les nervures sont les seuls restes
D’une réalité qui ne s’annonce plus
Que sous les traits
D’une encre décolorée
Dont plus aucune lettre
Ne sera reconnaissable
Sinon ces ratures
Se superposant
A d’autres
Ratures
***
Parfois l’aube me retrouve
Hors de mon être
En limite d’une parution
Est-ce la folie promise
Est-ce la navigation hauturière
Privée d’amers
Et l’incohésion des flux
Le rapt des reflux
La trame ouverte
Par laquelle s’absenter
Se retirer
Vivre au plus profond
De sa geôle
Etroite
Unique
Soudée
À son exacte
Étrangeté
5
7
0
0
Loup
Celui qui fut longtemps l'ennemi public numéro un du pays, sort de l'hôpital psychiatrique où il a purgé sa peine pendant quinze ans.

Comment son retour à la liberté sera-t-il accueilli ?
1
0
0
5
Défi
Alexian Black
Ma réponse au défit lancer par Rosamund.
2
7
1
2

Vous aimez lire HOURIA ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0