Chapitre 47

9 minutes de lecture

Septembre 2019

Johanna

Je lisse la magnifique robe que je vais porter ce jour. Il n’y a pas à dire, Alma ne s’est pas moquée de sa témoin de mariage. Ma tenue est sublime. C’est une robe bleu pâle qui m’arrive au-dessus du genou. Elle est légère, le jupon est volant sans être trop épais et fait de plusieurs couches. Elle se resserre grâce à une ceinture épaisse qui va du dessous de ma poitrine à mon nombril, et le col en V et les bretelles larges mettent en valeur mon décolleté et ma nuque. D’autant plus qu’elle est agrémentée d’une fleur en tissu sur le devant de mon épaule gauche. C’est sexy sans l’être trop. La coiffeuse d’Alma m’a fait un chignon qui me tiraille le cuir chevelu mais le rendu en vaut la chandelle. Quelques mèches savamment ondulées encadrent mon visage. Le make up est léger mais met en valeur mes yeux bleus et je porte des compensées dans la même teinte que ma robe. Le rendu final me plaît beaucoup.

Bon, soyons honnêtes, je ne ferai jamais d’ombre à la mariée. Dans sa robe blanche sirène toute en dentelle, au dos transparent et décolleté en cœur, sa chevelure coiffée en couronne tressée, Alma est divine. La traine n’est ni trop courte, ni trop longue pour une robe de cette envergure et deux petites demoiselles d’honneur sont en charge de la tenir.

Lorsque nous descendons de la voiture avec Alma et les deux adorables gosses, il y a déjà foule devant l’église. Je repère Alex qui s’avance vers moi dans son smoking noir, avec chemise du même bleu que ma robe. S’il n’était pas mon meilleur ami, je pourrais payer cher pour attirer son attention. Sous ses allures de tombeur, de mec qui enchaîne les filles, c’est un homme intelligent et sensible qui prend soin des gens qu’il aime. Summum de la chose, il est beau comme un dieu. Je lui souris alors qu’il m’embrasse sur la tempe, rajuste sa cravate et attrape mon bras sous le sien pour me rapprocher du parvis.

Il était logique que j’emmène Alex avec moi. Vous avez déjà assisté à des mariages en étant seule ? Sincèrement je ne le souhaite à personne. C’est un coup à vouloir se jeter sous la voiture balai ou à souhaiter vous faire prendre en plein sabotage du gâteau de mariage pour vous faire virer de la salle. Rien de plus déprimant qu’un mariage en solitaire, où tout le monde déborde d’amour et où les couples se rapprochent et sont hyper complices en souvenir de leur propre mariage ou en espérant secrètement vivre la même chose à l’avenir. Et puis, pour être tout à fait honnête je n’ai pas vraiment eu le choix. Morgane et Alex ont été catégoriques. Il s’agit de la phase deux du plan selon eux. La première phase n’a pas été trop compliquée. Les photos postées par Alex sur les réseaux sociaux étaient prises de façon naturelle car lui et moi sommes amis et complices. Aucun cliché ne clame clairement que nous sommes ensemble. Je n’aurais tout simplement pas pu. Je déteste le mensonge, je ne suis pas douée pour faire semblant. Alors les photos laissent planer le doute et c’est tout. Tout comme le fait qu’Alex m’accompagne.

En revanche, je ne m’étais pas attendue au retour de bâton. C’est-à-dire que voir Fabian débarquer avec une blonde à forte poitrine (refaite, j’en suis sûre !) à son bras ne m’avait pas vraiment traversé l’esprit. C’est une blonde magnifique avec son air de Cameron Diaz. Je déchante rapidement et l’idée de Morgane et Alex de vouloir le rendre jaloux me semble encore moins bonne à présent. Ce dernier, qui a dû sentir la crispation de tout mon corps à la vue de mon pire cauchemar, passe un bras autour de mes épaules et me serre contre lui. J’aurais aimé que cela suffise mais on est loin du compte. Je retiens difficilement mes larmes, je lutte pour que mes poings ne se ferment pas et plus que tout, je combats mon envie d’aller étriper cette nana, d’émasculer Fab, de me barrer en courant et d’aller me terrer sous une couette.

- Ça va ?

- A merveille…

- Jo… ça ne veut rien dire. Regarde, toi et moi.

- Pourquoi il ferait ça ? C’est lui qui m’a quittée. Bon sang, je n’arrive pas à croire qu’il se tape une bimbo.

- Elle est jolie, ne sois pas désagréable.

Je le frappe brutalement sur l’épaule et Alex grimace. C’est mérité, crétin ! Il est censé être dans ma team après tout.

- Peut-être que je pourrais me la taper ce soir, comme ça, ça couperait court à leur hypothétique relation.

- Non, ne fais pas ça Alex, murmuré-je. Fab ne supporterait pas ça.

- Jo, ne panique pas mais ils viennent vers nous.

Je souffle bruyamment alors qu’Alex resserre son emprise autour de mes épaules. Suis-je vraiment obligée de parler avec sa nouvelle nana ? Je ne pense pas être prête pour ça et n’ai aucune envie de m’infliger cette torture mais il semble qu’il soit trop tard pour reculer.

- Salut Fab ! sourit-il.

- Alex… Johanna. Je vous présente Donna, dit-il en se tournant vers Cameron Diaz, glissant au passage sa main dans son dos.

Ladite Donna nous observe un instant avant de sourire chaleureusement en nous saluant. Son regard semble sincère et je m’oblige à être avenante en les saluant à mon tour, sans oser plonger mes yeux dans ceux de mon pilote de façon appuyée. Puis un silence gênant s’installe entre nous et je remercie discrètement Alex qui trouve l’excuse de l’heure avancée pour les quitter. Il leur sourit et entrelace nos doigts avant de m’entraîner à l’intérieur de l’église. Il m’accompagne jusqu’au chœur du bâtiment et part s’asseoir quelques rangées en retrait. Fabian accompagne sa… sa quoi ? Bon… Je vais être gentille. On va rester sur sa nana. Fab accompagne sa nana à une place avant de me rejoindre dans le chœur, lui aussi étant témoin, mais du marié. Il ne m’adresse pas un mot, même pas un regard. Je suis partagée entre la douleur due à son ignorance et la jubilation de voir que le plan de mes deux compères fonctionne malgré ce que je peux en penser. Il crève de jalousie et m’en veut. Ça tombe bien parce que moi aussi je lui en veux d’être venu accompagné. Et plus que tout, je lui en veux de ne pas me connaître aussi bien que je le pensais. S’il me connaissait si bien, il saurait que je ne pourrais pas être en couple avec Alex, que j’aime de tout mon cœur mais pour qui je n’ai aucun sentiment autre qu’amical. S’il me connaissait si bien, il saurait que je ne pourrais pas avoir tourné la page alors qu’il y a quelques semaines je lui disais qu’il me manque et que je l’aime toujours. S’il me connaissait si bien, il saurait que par respect pour lui et pour le mariage de nos amis, je n’aurais jamais amené mon potentiel nouveau compagnon ici aujourd’hui.

****

Le mariage à l’église puis à la mairie a été magnifique. Alma et Dylan m’ont tiré rires et larmes et je suis honorée d’avoir pu assister à leur union. J’ai réussi à occulter les regards de Fabian en coin, notre proximité au moment de signer les registres, sa main au creux de mes reins quand nous sommes sortis de l’église devant les mariés.

Alors que la soirée est bien avancée, je regagne ma place à table, en face d’Alma. A ma gauche Alex discute avec le frère de la mariée ; à ma droite Fabian rit avec Dylan. J’ai profité d’un passage aux toilettes pour m’accorder cinq minutes de calme en tête à tête avec une cigarette, loin de Fab, de son parfum qui parasite mon esprit, de son genou qui frôle le mien lorsqu’il bouge, de sa main près de la mienne sur la table. Alors que j’avais retrouvé un semblant de sérénité, mon calme se fait la malle à la seconde où je croise son regard interrogateur en tirant ma chaise pour m’installer. Je lui fais un sourire crispé alors qu’Alex, dans son rôle de « meilleur ami avec ambiguïté » passe son bras dans mon dos et le pose sur le dossier de ma chaise tout en caressant mon épaule. Il se penche et me murmure à l’oreille.

- Fab est vert de rage, il a envoyé bouler sa nana quand elle lui a parlé. Ris, glousse, fais quelque chose.

Après quelques secondes d’hésitation, et alors qu’Alex ne bouge pas, sa bouche à quelques millimètres de mon oreille, je glousse en comprenant qu’il cherche à poursuivre ce plan horrible qui me met un peu mal à l’aise. Satisfait, il se recule et rit à son tour alors que je croise le regard d’Alma. Elle semble perplexe et je sais qu’elle est mal à l’aise également. Elle n’est pas au courant du plan évidemment, mais pas dupe. Elle sait tout de ce que j’éprouve encore pour Fabian et connaît mes intentions envers Alex. Alors j’imagine qu’elle se questionne mais n’ose pas aborder le sujet de peur de me froisser ou de mettre les pieds dans le plat. Bon, en même temps, il s’agit de son mariage, elle a sans doute autre chose à penser et a bien raison de ne pas s’attarder sur ma vie amoureuse chaotique.

Je lui lance un regard interrogatif lorsque l’organisateur de la soirée pose un questionnaire devant moi. J’ai participé à l’organisation de la soirée avec Alma et sa wedding planer et je n’ai pas entendu parler de cette animation.

- Fais et tais-toi, rit Alma devant ma tête.

Je regarde un peu la feuille posée devant moi et éclate de rire en comprenant le jeu auquel Alma m’a inscrite. On est mal, très mal avec Alex. Cependant, lorsque je tourne la tête vers lui, je ne vois pas de questionnaire. Je redresse la tête et, devant la mine satisfaite de ma future ex-amie, je comprends le complot. Fabian a lui aussi un questionnaire sous les yeux, alors que sa nana n’en a pas.

- Alma… Fab et moi ne sommes plus ensemble, on ne peut pas faire ce jeu tous les deux.

- Et bien faites comme si vous étiez toujours ensemble.

Je ris nerveusement et croise le regard de Fabian, dans lequel incrédulité et amusement se font bataille.

- Non. C’est hors de question.

- Voyons Jo, ce n’est qu’un jeu, rit Alma.

- Les sentiments ne sont pas un jeu Alma ! m’énervé-je.

Fabian pose sa main sur mon bras et me sourit tendrement alors que plusieurs personnes autour de la table se sont tournées vers moi, interrogées par mon haussement de ton.

- Jo… Ce n’est qu’un jeu, Alma a raison.

- Ah oui ? Et tu trouves normal de répondre à ce genre de questions intimes en faisant comme si nous étions encore ensemble toi ?

- Je ne sais pas, soupire-t-il. Mais si ça fait plaisir aux mariés j’imagine que je ferai un effort.

Je soupire lourdement et pose mes yeux sur sa main qui diffuse encore une chaleur réconfortante sur mon bras. Son pouce caresse ma peau, sans doute par habitude, et je lutte pour ne pas soupirer de contentement. Je me dégage gentiment de son emprise et grimace en attrapant le stylo.

- Très bien. Mais je te préviens Alma, si tu pensais gagner ce jeu, tu rêves, Fab et moi sommes deux compétiteurs et on se connaît trop bien pour perdre.

- La voilà la vraie Jo ! rit Alma.

Je me tourne légèrement vers Alex qui me sourit de toutes ses dents alors que je me plonge dans le questionnaire. Les questions ne sont pas nombreuses mais certaines sont assez intimes. En revanche je pense que Fab va bien s’en sortir.

¤ Quelle est la première chose que vous faites en vous réveillant le matin ?

C’est facile : je ronchonne. Je déteste le réveil, je déteste le matin.

¤ Quel objet vous appartenant a la plus grande valeur à vos yeux ?

L’harmonica de mon grand-père. J’avais quatre ans quand il est mort et, même si je ne sais pas en jouer, je le garde précieusement.

¤ Qu’est-ce qui vous rend fière de vous ?

Pas facile comme question. Je crois que réussir à faire sourire les gens me rend fière.

¤ Quel est le gros défaut de votre partenaire selon vous ?

J’aurais dit son côté bougon il fut un temps mais à présent, nul doute que son plus gros défaut est son besoin de tout contrôler.

¤ Quel est le toc le plus attendrissant selon vous chez votre partenaire ?

J’hésite longuement sur cette question, mais finis par me décider. Fabian se passe souvent la main dans les cheveux quand il est mal à l’aise et j’ai toujours adoré ça.

¤ Quel est le geste tendre de votre partenaire qui vous fait systématiquement fondre ?

Bon sang… La pire de toutes. Ma main tremble à moitié sur la feuille lorsque j’écris le geste qui m’a toujours émue et m’a fait me sentir aimée et protégée : un baiser sur le front.

Ce questionnaire est une torture car j’imagine Fabian répondre à ces questions également. Les souvenirs sont encore omniprésents et sont autant de petits coups de couteau dans mon cœur déjà meurtri.

Annotations

Recommandations

Lia 53
Je frissonne quand je la vois, je ne peux pas m'en empêcher c'est plus fort que moi, cette fille m'obsède. Je peux pas m'en empêcher, je la veux pour moi et rien que moi. Je sais qu'elle m'aime, je sais qu'elle me veut, je sais ce qui est bon pour elle. Elle est à moi, pour moi. Je peux pas m'en empêcher, je ne peux pas...Je sais qu'il faut pas, que c'est pas bien mais je dois l'avoir à moi.

On utilise souvent l'expression "être dingue de quelqu'un" "être fou de l'autre"...ce récit va vous montrer le véritable sens de ces mots.

Ce récit est dérangeant, déstabilisant, il va vous faire découvrir des sensations que vous ne connaissez surement pas. Si vous êtes prêts à venir dans ma création, alors suivez-moi...


ATTENTION, ce récit comporte des scènes difficiles !!!
539
306
477
410
Défi
Ceryse ‎
Réponse au défi : "Il était une fois... un roman à quatre mains" avec @PoloAuteur@ !
Du 20/09/2020 au 20/09/2021, nous allons faire de notre mieux pour écrire une phrase tour à tour tous les jours !
1100
366
22
18
XiscaLB
Vous avez déjà essayé le 4 mains ?
Personnellement, je n'étais pas très tentée. J'aime que les choses soient faites à ma façon, alors forcément, écrire à deux me paraissait inenvisageable. Et puis, j'ai virtuellement rencontré quelqu'un qui m'a fait me dire "et pourquoi pas ?". L'idée est lancée, Lecossais et moi nous y mettons...

Voici la conséquence d'une collaboration des plus agréables entre un dirlo et une éduc (parce que oui, c'est possible !)... Bienvenue dans notre monde.
Nous vous laissons découvrir le résultat de longues soirées d'écriture à distance, de rires, de vannes, de moments d'émotions diverses...

Bonne lecture !

Et un grand merci à Lecossais pour cette plongée dans le grand bain ! Un pur bonheur !
_____________

Julien avait tout pour être heureux dans la vie. Une femme, deux beaux enfants, un métier qu’il adorait. Et puis, un jour, tout a basculé. Sa compagne est partie, lui laissant la charge de ses tout petits. Il a décidé de jouer et a tout perdu. Il a perdu son travail, sa maison, et s’est retrouvé à la rue.
Quand il passe les portes du centre d’hébergement, une valise à la main, son fils à la hanche et sa fille sur les talons, c’est le désespoir qui prime, la peur encore, la honte plus que tout.
Albane ne se sent bien qu’à son travail, là où elle peut être elle-même, là où elle n’a pas à se cacher, là où elle peut aider les autres. Lorsqu’elle accueille Julien, bourru et peu aimable, avec ses enfants, elle se donne pour objectif de leur redonner le sourire et de tout faire pour leur permettre de retrouver une vie ordinaire, quitte à jouer un peu avec le règlement.
799
953
97
699

Vous aimez lire XiscaLB ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0