Chapitre 8

5 minutes de lecture

Juin 2017

Fabian

Il est 2h50 du matin ici, à Montréal et mon réveil vient de sonner. Je ne devrais pas faire ça, mais avec le décalage horaire il est presque 9h00 à Paris et, dans quelques minutes, Johanna saura si elle a son diplôme ou non. J’espère pouvoir me rendormir rapidement ensuite, je conduis aujourd’hui, je ne peux pas me permettre d’être fatigué. Mais j’espère sincèrement qu’elle va avoir ce fichu morceau de papier, je crains qu’elle ne s’en remette pas si ce n’est pas le cas.

Fab :

Je t’envoie toute ma force (bon, au milieu de la nuit, je n’ai pas toutes mes forces je l’avoue). Je pense à toi et je croise les doigts, petite guerrière !

Jo :

Merci Champion ! Je suis restée chez moi, pas envie d’être dans le flot d’étudiants, et j’actualise déjà la page internet depuis un moment, juste au cas où.

Fab :

L’un de tes colocs est là ?

Jo :

Les deux ! Momo recharge en caféine, Ax me masse les épaules en mode Rocky, comme toi le jour de mon oral ahah !

Fab :

Qui est le plus doué ?

Jo :

Momo ! J’ai grand besoin de café :D

Fab :

Je parlais du massage…

Jo :

Joker !

Fab :

Je vais être jaloux.

Jo :

Peut-être que c’est l’objectif…

Fab :

Tu es diabolique.

Jo :

Fab !!!! JE L’AI !!!!

Oh bordel, j’y crois pas !

Fab :

Je le savais !! Félicitations Championne ! Je le savais, et je suis très fier de toi.

Jo :

Bon sang, je n’en reviens pas ! Allez, retourne au lit Champ’ ! Il faut que tu sois en forme dans peu de temps.

Et… Ne sois pas jaloux : tu fais les meilleurs massages !

Ah cette femme ! Je l’imagine totalement hystérique en train de sautiller partout dans son appartement aux côtés de ses deux colocs dérangés. Maintenant que son diplôme est en poche, elle va pouvoir retrouver confiance en elle et se trouver un boulot.

Fab :

J’y file. Bonne journée. Fête bien ça petite Guerrière ! Bisous

PS : J-18 :D

Jo :

Fais de beaux rêves Champion. J’ai hâte de fêter ça avec toi ;) bisous !

****

Johanna

Jo :

Jolie victoire, Champion ! Un beau grand prix du Canada ;)

Fab :

Merci ! Ne manque plus que toi pour fêter ça, c’est ennuyeux sans tes blagues pourries !

Jo :

Quel vil personnage ! Mes blagues n’ont rien de pourri !

Fab :

Si tu le dis … ;)

Jo :

Tu devras te faire pardonner pour un tel outrage !

Fab :

Tout ce que tu veux (imagine que je hausse les sourcils de manière suggestive)

Jo :

Je prends note de votre perversité Monsieur Almagro, et je tacherai de m’en souvenir au besoin, tu peux compter sur moi.

Fab :

Au besoin ? C’est-à-dire si ton sextoy ne te suffit plus ?

Jo :

Dis tout de suite que je ne peux pas séduire suffisamment pour que mes besoins primaires soient satisfaits.

Fab :

Ce n’est pas du tout ce que je voulais dire voyons ! Loin de moi cette idée, j’ai conscience que ton pouvoir de séduction peut être terrible, crois-moi.

Jo :

J’espère bien !

Fab :

Enfin, pour en être sûr de la véracité de tes propos, envoie-moi une photo de toi nue. Je te promets d’être objectif !

Mon dieu, ce mec est fou ! Il faut que je lui boucle le clapet deux minutes… Réfléchissons bien mais réfléchissons vite. Je ne peux décemment pas faire ça. On n’envoie pas des nudes à ses amis, alors comment pourrais-je le calmer ?

- Momo ?!

- Quoi ? hurle-t-elle depuis la salle de bain.

- J’ai besoin de toi d’urgence !

- Un problème ? dit-elle en débarquant.

Elle se plante devant moi, en sous-vêtements, un masque à l’avocat sur le visage. Le monde est injuste, elle est magnifique même avec cette couche visqueuse sur la peau. Je lui montre ma conversation SMS avec Fabian. Elle semble bien s’amuser.

- Allez à poil !

- Quoi ?! Mais ça ne va pas non ? m’insurgé-je.

- Mais si ! C’est un chiche dissimulé ça, et tu ne dis jamais non à ce genre de chose, il le sait. S’il te le dit, c’est qu’il en a envie, rit-elle.

- Momo, combien de fois vais-je te dire que nous ne sommes qu’amis ?

- Bien entendu, et moi je suis amie avec Victor, mon vibromasseur ! Allez, mets-toi dans ton lit, sur le ventre et mets le drap sur ton joli derrière.

- T’es cinglée… dis-je. Retourne-toi ! T’es aussi perverse que lui c’est pas possible.

- C’est donc bien dommage que ce genre de message te soit destiné à toi et pas à moi. Vite, sinon il va griller que tu hésites.

- En même temps j’hésite. C’est bon je suis installée. Tu es sûre que c’est une bonne idée sérieusement Morgane ? Parce que si tu veux mon avis, c’est une sacrée connerie.

Morgane se retourne, rit et descend légèrement le drap sur mes fesses. Bordel, à quoi est-ce qu’on joue là ? Elle prend un temps infini à faire la photo et je m’enroule à la hâte dans mon drap dès qu’elle m’informe avoir fini pour récupérer mon téléphone. Je panique littéralement en voyant qu’elle a déjà envoyé la photo à Fabian.

- Quoi, mais tu l’as déjà envoyée, t’es folle ?

- Tu allais encore hésiter trois plombes alors j’ai agi.

Je me pose dans le canapé, attendant la réponse de Fabian, qui tarde à venir. Merde, est-ce que je suis allée trop loin ?

Fab :

Désolé, j’ai dû aller prendre une douche froide en urgence… T’es malade ou quoi ?

Jo :

Morgane m’a mis un couteau sous la gorge. Et je viens de la balancer du balcon.

Fab :

Dommage, je l’aurais bien remerciée !

Je valide, tu as tout ce qu’il faut pour séduire et sans nul doute aucun besoin de sextoy.

Jo :

Merci Monsieur ;) Allez, maintenant que je me suis bien ridiculisée, je file au lit. Bonne fin de journée à Montréal Fab. Bisous

Fab :

Stop ! Y a rien de ridicule Jo, c’était très sexy et c’est moi qui ai abusé en te poussant à faire ce genre de chose. Je suis désolé si ça t’a mis mal à l’aise. Bonne nuit ! Je t’embrasse Jo. Bisous

PS : J-17 pour toi ;)

Je lance l’un des coussins du canapé à Morgane en soupirant. Il y a de plus en plus d’ambigüité dans nos échanges, qu’ils soient virtuels ou non et j’avoue que ça me perturbe. Ce que je viens de faire là était totalement déplacé.

- Hé, ce n’est pas la fin du monde et puis il a eu l’air d’apprécier non ?

- Arrête Momo, on n’envoie pas des photos de nu à un ami.

- Tu ne m’empêcheras pas de penser que c’est de l’amitié améliorée tous les deux.

- Pour que ce soit amélioré il faudrait qu’on couche ensemble. Or, on ne couche pas.

- Ben peut-être que vous devriez !

- Mais… mais non ! Tu as déjà vu des amitiés fonctionner quand le cul entre en compte ?

- Ben… Une belle amitié et des parties de jambes en l’air ça peut donner une jolie histoire d’amour.

- Sauf que Fab ne veut pas d’histoire sérieuse, et il n’en a pas le temps. Et moi je tiens trop à lui pour qu’il n’y ait que du sexe, je vais forcément tomber amoureuse.

La voilà la réalité. On s’entend tellement bien que si on ajoute le sexe à l’équation, je crois que je ne vais plus rien contrôler.

Annotations

Recommandations

Lia 53
Je frissonne quand je la vois, je ne peux pas m'en empêcher c'est plus fort que moi, cette fille m'obsède. Je peux pas m'en empêcher, je la veux pour moi et rien que moi. Je sais qu'elle m'aime, je sais qu'elle me veut, je sais ce qui est bon pour elle. Elle est à moi, pour moi. Je peux pas m'en empêcher, je ne peux pas...Je sais qu'il faut pas, que c'est pas bien mais je dois l'avoir à moi.

On utilise souvent l'expression "être dingue de quelqu'un" "être fou de l'autre"...ce récit va vous montrer le véritable sens de ces mots.

Ce récit est dérangeant, déstabilisant, il va vous faire découvrir des sensations que vous ne connaissez surement pas. Si vous êtes prêts à venir dans ma création, alors suivez-moi...


ATTENTION, ce récit comporte des scènes difficiles !!!
539
306
477
410
Défi
Ceryse ‎
Réponse au défi : "Il était une fois... un roman à quatre mains" avec @PoloAuteur@ !
Du 20/09/2020 au 20/09/2021, nous allons faire de notre mieux pour écrire une phrase tour à tour tous les jours !
1100
366
22
18
XiscaLB
Vous avez déjà essayé le 4 mains ?
Personnellement, je n'étais pas très tentée. J'aime que les choses soient faites à ma façon, alors forcément, écrire à deux me paraissait inenvisageable. Et puis, j'ai virtuellement rencontré quelqu'un qui m'a fait me dire "et pourquoi pas ?". L'idée est lancée, Lecossais et moi nous y mettons...

Voici la conséquence d'une collaboration des plus agréables entre un dirlo et une éduc (parce que oui, c'est possible !)... Bienvenue dans notre monde.
Nous vous laissons découvrir le résultat de longues soirées d'écriture à distance, de rires, de vannes, de moments d'émotions diverses...

Bonne lecture !

Et un grand merci à Lecossais pour cette plongée dans le grand bain ! Un pur bonheur !
_____________

Julien avait tout pour être heureux dans la vie. Une femme, deux beaux enfants, un métier qu’il adorait. Et puis, un jour, tout a basculé. Sa compagne est partie, lui laissant la charge de ses tout petits. Il a décidé de jouer et a tout perdu. Il a perdu son travail, sa maison, et s’est retrouvé à la rue.
Quand il passe les portes du centre d’hébergement, une valise à la main, son fils à la hanche et sa fille sur les talons, c’est le désespoir qui prime, la peur encore, la honte plus que tout.
Albane ne se sent bien qu’à son travail, là où elle peut être elle-même, là où elle n’a pas à se cacher, là où elle peut aider les autres. Lorsqu’elle accueille Julien, bourru et peu aimable, avec ses enfants, elle se donne pour objectif de leur redonner le sourire et de tout faire pour leur permettre de retrouver une vie ordinaire, quitte à jouer un peu avec le règlement.
799
953
97
699

Vous aimez lire XiscaLB ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0