Ekayee la Fabuliste

7 minutes de lecture

Issue du Grand Démiurge comme ses pairs Melunet et Yembet, Ekayee a participé avec eux à modeler le monde de Vadkraam. Alors que le pouvoir de Melunet s'exerce sur la matière, Ekayee est à l'origine de la création de tous les esprits du monde. C'est elle qui a poussé Melunet à créer une vie animale, à laquelle elle a ensuite conféré un esprit, une conscience et une mémoire. Ayant hérité de la curiosité du Grand Démiurge, elle adorait découvrir de nouvelles espèces ou de nouveaux aspects du monde qu'elle ne connaissait pas. Dans les premiers millénaires du monde, alors que Melunet se contentait avec les plantes qu'il disséminait sur Vadkraam, Ekayee discuta avec Yembet des contrées qu'ils avaient tous deux visitées. Ekayee réalisa qu'elle trouvait tout aussi - si ce n'est plus - grisant d'écouter Yembet lui décrire ce qu'il avait vu de son côté. Elle lui demanda une foule de détails, et elle eut l'impression de ressentir elle même tout ce qu'il lui dépeignait. C'est à partir de là que se développa l'amour de Ekayee pour les histoires. Elle somma donc son compagnon Melunet de créer des êtres qui puissent se déplacer et parcourir le monde. Quand ce fut fait, la déesse leur offrit un esprit, une âme, afin qu'ils puissent appréhender et apprécier le monde autour d'eux. Possédant une connexion avec chacun des esprits auquel elle avait donné vie, Ekayee pût bientôt ressentir toutes ces nouvelles expériences, toutes ces nouvelles découvertes.

Chaque être vivant avait sa propre vision du monde, et la curiosité de Ekayee était ainsi sans cesse alimentée d'une multitude de sensations. Mais tandis qu'elle vivait simultanément la vie de tous ces êtres, elle même ne parcourait plus le monde. Yembet s'en rendit compte et réfléchit à une solution. Il avait déjà compris que Melunet créait trop de créatures pour que Vadkraam puisse toutes les contenir, et il s'apprêtait à user de ses pouvoirs pour en faire mourir une partie. Mais il savait également que Ekayee ressentirait leur disparition au plus profond d'elle même, comme si une part d'elle même mourrait. Yembet créa donc une deuxième monde sous le premier, un monde des esprits, afin d'accueillir la conscience de tous les êtres qu'il faisait quitter Vadkraam. Ainsi l’œuvre de sa pair serait conservée pour l'éternité. Le futur dieu de la mort proposa aussi à Ekayee, afin de la préserver de la peine et la douleur de la disparition de ses créations, de couper le lien qu'elle avait avec tous ces esprits, et que leur mémoire ne lui soit transmise qu'au moment de leur mort. D'abord réticente, la déesse comprit que Yembet avait son intérêt à cœur et accepta sa solution. Libérée de tous ces esprits, Ekayee reprit sa propre vie et explora à nouveau le monde elle-même, parfois en compagnie de Melunet, et visita même quelque fois le monde des esprits en compagnie de son gardien.

Ekayee donna naissance à trois enfants : Alanet, Alik et Aloui. Ses trois enfants acquirent leurs propres pouvoirs en grandissant, et Melunet leur confia la gestion des humains pour les responsabiliser. Ekayee faisait toujours don de leur âme aux humains, qui étaient désormais créés par Aloui. Alik et Alanet présidèrent à la destinée des humains, et Ekayee put profiter d'une multitude de récits de vie toujours plus intéressants. Ekayee est aussi à l'origine de la déesse Ekine, qui n'est pas sa fille mais qui lui est apparue dans un songe. Ce rêve lui sembla si réel, si concret, qu'elle ne pouvait se l'ôter de la tête. Quand elle en fit part à Melunet avec force détails, ils eurent tous deux la surprise de voir Ekine se matérialiser devant eux. Ekayee soupçonna Melunet de l'avoir créée pour lui plaire, mais son compagnon lui assura qu'il n'y était pour rien. Bien que n'étant pas apparue enfant, Ekine avait un esprit très jeune et très naïf. Ekayee s'occupa d'elle et l'éleva comme sa fille, créant ainsi un sentiment de jalousie chez Aloui.

Les circonstances de la création de Ekine, et la relation particulière qu'elle avait eu avec elle firent prendre conscience de deux choses à Ekayee. La première c'était qu'elle aimait enseigner et raconter des histoires. La seconde était que les rêves et l'imagination pouvaient être très puissants et très inspirants. Ainsi, quand les humains furent suffisamment évolués, Ekayee se rendit sur Vadkraam et alla à leur rencontre. Elle leur apprit l'existence des dieux et leur narra leurs vies, depuis le Grand Démiurge jusqu'à ce jour. Elle enjoignit les humains qu'elle avait côtoyés de répandre sa parole et de créer et raconter leurs propres histoires, leurs propres légendes. Ekayee étant à l'origine des mythes fondateurs des humains, ceux-ci considèrent qu'elle est l'inspiration de tous les contes et de toutes les histoires. Il est dit que Ekayee apprécie et juge de la qualité de tous les récits imaginés par les hommes, et que les meilleurs apparaissent sur sa peau et y restent inscrits à jamais.

Une des histoires que les ménestrels aiment raconter est celle de la façon dont Ekayee a défié Yembet le dieu de la mort. Un jour Akura le dieu de la chasse, le fils que Alik avait eu avec une humaine, blessa gravement Enerof le dieu des songes et fils de Yembet. Ivre de rage, Yembet tua la femme dont Alik était épris et emmena son âme en son royaume. Ekayee s'émut devant les multiples tentatives de Alik pour récupérer l'âme de son aimée. Elle pénétra en secret dans le monde des esprits. Là, elle ne vit d'abord qu'une immense plaine vide et désolée à perte de vue. Puis peu à peu, à mesure qu'elle s'habituait à l'atmosphère étrange propre à ce lieu dont elle ignorait tout, elle vit apparaître les défunts autour d'elle. D'abord simples présences éthérées, toutes ces âmes dont elle avait été la créatrice jadis prirent lentement corps à ses côtés. Certaines restaient quasiment inertes, d'autres semblaient errer sans but. En observant d'autres âmes qui avaient un comportement singulier, Ekayee comprit qu'elles revivaient des souvenirs de leurs vies passées. Ces âmes ne semblaient pas conscientes de l'endroit où elles se trouvaient réellement, mais autour d'elles le paysage se modifiait pour prendre l'aspect des lieux dans lesquels elles avaient évolué autrefois. Ekayee reconnut tous ces lieux, tous ces morceaux de vie qui se recréaient devant ses yeux, car ils étaient venus s'imprimer dans sa mémoire à la mort de toutes ces personnes. La déesse erra quelques temps au milieu de ces fragments de vie fantômes, passant d'une forêt à l'intérieur d'une maison, puis au bord d'une rivière, puis aux abords d'une grande ville, chaque décor se matérialisant autour de l'âme qui le rêvait. Après un certain temps, elle s'aperçut que des gens la suivaient. Ils avaient pleinement conscience de sa présence et de leur propre condition. Ils se rappelaient leurs vies passées, et ils pouvaient en recréer certains moments, comme les autres âmes, mais ils n'étaient pas prisonniers de ces souvenirs. Ekayee leur expliqua la raison de sa présence dans ce royaume, et ils acceptèrent de l'aider. Ils lui ouvrirent un passage vers l'endroit où résidaient habituellement Yembet et Enerof. Comme Ekayee l'avait prédit, c'est là qu'elle retrouva l'âme de Elouni. Le dieu de la mort était occupé à panser les blessures de son fils, et il ne prêta pas attention à Ekayee qui s'approcha. L'âme de Elouni était terrifiée et prostrée dans un coin. Ekayee la rejoignit et lui fit comprendre qu'elle devait la suivre. Alors qu'elles commençaient à s'éloigner, Yembet les entendit et en voyant son égale comprit ce qu'elle essayait de faire. Il rentra à nouveau dans une colère noire. Ekayee tenta de lui faire entendre raison, mais sa rage était telle qu'il ne l'écouta pas et qu'il se transforma en une créature si hideuse et empreinte de malveillance que même Melunet n'aurait jamais pu en concevoir de telle. Ekayee empoigna l'âme de la jeune femme et invoqua tous ses pouvoirs divins pour s'échapper du monde des morts. Elle y parvint, mais de retour dans le monde des vivants l'âme de Elouni perdit presque immédiatement de sa consistance. Pour cela et parce qu'elle savait Yembet sur ses talons, Ekayee dût rapidement trouver un nouveau corps hôte pour Elouni. Elle plaça l'âme de la jeune femme dans le corps d'une chèvre rousse qui paissait non loin. Elle ordonna à Akura de prendre rapidement la fuite avec la chèvre. Alors que celui-ci venait de disparaître, Yembet fit irruption avec fracas du monde des morts. Il reprit son apparence d'homme pour saisir le visage de Ekayee entre ses mains et usa de son pouvoir pour tenter de la tuer. Malgré toute sa colère, la déesse était son égale et il ne pouvait pas la détruire. Le corps de Ekayee subit néanmoins des dégâts et elle a depuis ce jour l'apparence d'une vieille femme. Après cet événement tragique, tous les dieux se sont alliés pour fermer le passage entre les deux mondes et interdire à Yembet de sortir du monde des morts. Le compagnon de Ekayee, Melunet, a calqué sa propre vie sur le cycle des saisons de Vadkraam, ce qui lui permet de vieillir tous les ans et de partager en partie son fardeau.

Ekayee est une des déesses les plus appréciées et les plus révérées. Des temples lui sont dédiés un peu partout dans le royaume, et on trouve des représentations d'elle dans presque toutes les maisons, ainsi que dans les bibliothèques, les écoles, et mêmes certaines auberges. Les ménestrels et les acteurs lui adressent des prières et lui font des offrandes avant chaque représentation. Parmi les offrandes se trouvent des livres, du parchemin, de l'encre, mais aussi n'importe quel objet en rapport avec l'histoire qu'on s'apprête à raconter. Les humains représentent traditionnellement Ekayee comme une vieille femme à l'air fatigué mais au regard pétillant, entourée d'enfants dont elle est avide d'entendre les histoires.

Du fait de son amour des histoires, les hommes ont nommé Ekayee la Fabuliste, et ont donné son nom à l'avant-dernier mois de l'année, Ekayë. Cette place dans le calendrier fait écho au fait que la déesse apprend l'histoire de chaque être vivant au crépuscule de sa vie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Luciferr
L'épopée cosmique d'un groupe de voyageurs parti affronter les périls de l'Espace.

Novella de science-fiction.

CV


(Couverture : https://pixabay.com/)
80
194
295
121
shadeofabeauty
Thenès est dangereux et il le sait. D'aussi longtemps qu'il s'en souvienne, il a toujours été seul.
Trahi par les siens, il prend la route avec trois de ses compagnons. Vengeance et sang, voilà ce à quoi il aspire.
Tourmenté, ténébreux et plus que dangereux, il croisera au détour d'une ville miteuse le chemin de Gelissa, une prisonnière du seigneur de la cité.
Voulant d'abord l'assassiner, il s'apercevra que la jeune femme peut se montrer bien plus utile qu'il ne le pensait.
17
42
188
43
CécilienV
Paul est un jeune homme d'un monde bipolaire : d'un côté civilisation et amour de la connaissance, de l'autre société barbare et étroitement humaine. Lui, barbare, va se découvrir des caractéristiques profondément civilisées. A voir comment un monde si clivant l'acceptera dans un contexte de guerre...

Les prochains chapitres devraient se faire attendre : ils attendent eux-mêmes leurs lecteurs et écrivain.

"L'histoire que vous allez lire m'est apparue en rêve. Cette vision d'un autre monde je souhaite vous la partager ; pour vous divertir, vous instruire, vous éclairer peut-être.
J'aimerais dire qu'"il n'est pas donné aux hommes de voir le roi des fleuves à l'état de simple ruisseau", cependant je vous soumet ce texte, qui pour l'instant n'est en effet pas plus qu'un frêle ruisseau..."
60
101
371
33

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0