Yembet le Multiface

7 minutes de lecture

Yembet est le dieu de la mort et du monde des esprits. Il est l’une des trois entités issues du Grand Démiurge, au même titre que ses égaux, Melunet et Ekayee. Tandis que ces derniers furent créés sous la forme fixe d’un homme et d’une femme, Yembet n’a pas d’apparence véritablement définie et peut alterner entre ces deux formes. Après leur création, Yembet a aidé à façonner le monde de Vadkraam qui leur avait été laissé par le Grand Démiurge, bien que ce soit Melunet qui ait fait la plus grande part. Melunet a ensuite fait apparaitre la vie sur le monde et Ekayee a doté ces nouveaux êtres d’une âme et d’une conscience afin qu’ils puissent apprécier ce monde qui leur était offert. Yembet admirait le travail de ses pairs mais sentait au fond de lui que quelque chose n’allait pas. Il comprit rapidement que le monde que leur avait laissé le Grand Démiurge ne pourrait pas contenir longtemps toutes les créatures issues de l’imagination fertile de Melunet. Yembet décida de prendre les choses en main. Il se donna comme tâche de faire mourir toutes les créatures vivantes. Il ne le faisait pas par cruauté, ou simplement pour détruire le travail de son émule Melunet, mais au contraire pour permettre à ce dernier de continuer à créer de nouvelles formes de vie. Cela donnait aussi la possibilité à Ekayee de créer de nouvelles âmes totalement différentes. Néanmoins, Yembet respectait l’œuvre de ses pairs et ne voulait pas la faire disparaitre totalement. Aussi s’assura-t-il de deux choses. La première c’est que le corps, la matière, de ce qu’il tuait demeure sur le monde de Vadkraam et serve à nourrir ou faire pousser la faune et la flore restante. La deuxième c’est que l’âme des créatures soit conservée et protégée dans un autre endroit.

Pour cela il créa un autre monde sous le monde de Vadkraam. Yembet façonna ce monde seul. Il en est le seul maître et les autres dieux n’y ont aucun pouvoir. Pour Yembet, son royaume est un sanctuaire pour les âmes des défunts dont il est le gardien. C’est pourquoi aucun être vivant ne peut y accéder. Yembet s’assura que son monde demeure caché en faisant apparaitre les mers de nuages qui entourent toutes les îles de Vadkraam. Toutes les créatures vivantes ont appris à craindre ces nuages, car les traverser équivaut à un voyage sans retour vers le monde des morts.

Autrefois, Yembet aimait se promener sur le monde de Vadkraam, seul ou avec ses pairs, pour en explorer chaque recoin ou admirer toutes les créatures dans leur habitat naturel. Puis il partagea son temps entre le monde des vivants et celui des morts. Et un jour il disparut en son royaume et les autres dieux ne le virent plus pendant de longues années. Les légendes issues des paroles d’Ekayee disent même que, pendant cette période, le dieu de la mort n’accomplissait pas sa tâche assidûment et que nombre de créatures demeurèrent vivantes bien plus longtemps que celles qui les avaient précédées. Toutefois le monde de Vadkraam ne connut pas pour autant une surpopulation, car Ekayee et Melunet donnèrent naissance à leurs enfants à la même période. Trop occupés pour créer de nouvelles espèces, ils se contentèrent un temps de donner des descendants aux créatures déjà existantes. Lorsque Yembet réapparut, il avait un louveteau dans les bras, qu’il présenta aux autres dieux comme étant son enfant. Ici la compréhension des paroles d’Ekayee diffère selon les conteurs, et on ne sait pas très bien si Yembet a donné naissance en personne à son enfant. On sait que Yembet peut alterner entre un corps d’homme et un corps de femme, et certaines histoires laissent penser qu’il peut aussi changer de forme à volonté. Yembet pourrait donc avoir enfanté sous l’apparence d’une louve ou d’une femme. Quoi qu’il en soit, il nomma son fils Enerof et le garda pendant longtemps à l’abri dans le monde des esprits. En grandissant, le jeune dieu acquit le don de métamorphose de son père, car il apparait tantôt sous la forme d’un loup, tantôt sous la forme d’un homme à tête de loup, ou encore sous l’apparence d’un homme portant une peau de loup comme vêtement.

Yembet resta pendant très longtemps en excellent termes avec les autres dieux. Chacun accomplissait sa tâche et tout était pour le mieux dans les deux mondes. Jusqu’à ce qu’un jour, suite à un pari idiot, les trois enfants de Ekayee et Melunet ne pénètrent dans le royaume de Yembet sans son autorisation. Ils trainaient derrière eux ce qui seraient plus tard les trois soleils de Vadkraam, et ils détruisirent une immense majorité des âmes que Yembet avait recueillies. Fou de douleur et de colère devant la perte de ceux qu’il considérait comme ses protégés, Yembet fit irruption sur le monde de Vadkraam à la recherche des trois jeunes dieux. Il voulait leur faire payer personnellement la disparition de toutes ces âmes. Comme Melunet cacha ses enfants pour les protéger du courroux de son égal, Yembet menaça de supprimer toute vie sur Vadkraam immédiatement et irrémédiablement s’il n’obtenait pas réparation. Pour le calmer, Melunet promit de responsabiliser ses enfants, et Ekayee proposa d’interdire l’accès du royaume des esprits à tous les autres dieux. Ne souhaitant pas initier avec ses pairs un conflit qui risquerait d’aboutir à la destruction du monde laissé par leur créateur, Yembet accepta ce marché.

Les tensions s’apaisèrent et la paix entre les dieux dura quelques siècles. Melunet ayant offert les soleils à ses enfants, Yembet créa une quatrième boule de lumière pour l’offrir à son propre fils. Yembet n’avait pas les mêmes pouvoirs que le Grand Démiurge, et sa sphère ayant été créée dans le monde des esprits, elle était un peu plus petite que les soleils, et brulait d’une lumière plus froide, plus pâle, presque blafarde. Toutes les nuits, Enerof se rend dans le monde des vivants pour éclairer le ciel quand les trois soleils se trouvent sous le monde.

Un jour Yembet vint se promener sur Vadkraam, comme il avait coutume de le faire jadis, accompagné de son fils. Lorsqu’ils étaient tous deux dans le monde des vivants, Yembet aimait prendre sa forme féminine, et Enerof marchait à ses côtés dans son apparence la plus naturelle, celle d’un loup gigantesque. Une funeste coïncidence voulut qu’ils croisèrent ce jour-là le jeune dieu de la chasse Akura et la femme mortelle avec qui il partageait une idylle, Elouni. Voyant une femme suivie par un loup géant, Elouni prit peur et conjura Akura de protéger cette femme. Sans prendre le temps de réfléchir, Akura décocha une flèche sur Enerof qui fût grièvement blessé. Ivre de rage, Yembet plongea sa main dans la poitrine de Elouni et en extirpa son âme, avec laquelle il retourna dans le monde des morts, où il ramena également son fils pour le soigner. Akura tenta de se rendre dans le monde des morts mais il fût refoulé à l’entrée. Il appela Yembet, hurlant à plein poumons pendant des jours, en vain. Il se repentit, présenta ses excuses pour les souffrances qu’il avait causées. Il s’énerva et menaça de raser le royaume des esprits. Il proposa à Yembet de le prendre en échange de Elouni. Mais toutes ses supplications restèrent sans réponse. Emue par la force de son amour pour la jeune femme, Ekayee se rendit discrètement dans le monde des morts pour récupérer l’âme de Elouni. Mais nul ne peut échapper au regard de Yembet dans son royaume, pas même les dieux anciens. Poursuivie par le dieu de la mort, Ekayee dut replacer l’âme de Elouni dans un nouveau corps rapidement, le sien ayant été irrémédiablement détruit quand son âme en avait été arrachée. Ekayee chercha autour d’elle et plaça l’esprit de Elouni dans la seule créature vivante alentour, une petite chèvre rousse. Tandis que Akura fuyait avec la chèvre, Ekayee fit face à son poursuivant. Yembet était furieux que son domaine soit à nouveau bafoué, et ce au mépris du pacte qu’il avait passé avec les autres dieux. Il prit le visage de Ekayee entre ses mains et usa de son pouvoir sur elle. Malgré la puissance de Yembet, Ekayee était son égale et il ne put donc pas la tuer, mais son corps vieillit énormément en quelques instants, la laissant sous l’apparence d’une vieille femme.

Après cet incident, tous les autres dieux éprouvèrent une vive colère et une grande crainte à l’égard de Yembet. Ils décidèrent d’un commun accord de lui interdire à tout jamais l’accès au monde des vivants. Ne souhaitant plus avoir de contacts avec cette famille ingrate, Yembet les laissa faire de bonne grâce. La frontière entre les deux mondes fut fermée, et seul Enerof pouvait encore la franchir. Toutefois, certaines histoires racontent que Yembet peut prendre l’apparence de tous ceux qui ont pénétré dans son royaume, et qu’il se sert de sa capacité de transformation pour se promener sur le monde de Vadkraam à l’insu des autres dieux.

Les races civilisées ayant appris l’histoire des dieux de la bouche de Ekayee, ils conçurent rapidement une peur instinctive envers Yembet et son pouvoir. Il n’existe officiellement qu’un temple dédié au culte de Yembet, et il se trouve dans la capitale du royaume des humains. Mais dans les faits, de nombreuses villes de grande ou moyenne importance possèdent leur propre église du dieu de la mort. Ils sont souvent cachés dans des bâtiments d’apparence modeste, ou dans des sous-sols et catacombes souterraines. Dans les campagnes, un habitant du village est souvent désigné pour faire office de prêtre de Yembet, et recommande les âmes des défunts au dieu banni afin qu’il les accueille en son royaume. Ils font leurs prières devant une gravure ou un totem, souvent taillés dans des os d’animaux, représentant les deux incarnations les plus répandues de Yembet, un homme et une femme côte à côte, ou dos à dos. L’homme est un guerrier massif et effrayant à l’armure composée d’ossement, et la femme est plus petite, porte une longue robe et un voile, et a un visage d’une beauté envoutante. Tous les deux sont représentés comme n’ayant que des orbites vides à la place des yeux.

Les humains ont nommé Yembet le Multiface, et ont donné son nom au dernier mois de leur calendrier, Yembë, qui marque la fin de l’hiver et la fin de l’année, comme une mort symbolique.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0