La genèse

5 minutes de lecture

A l’aube des temps, il n’y avait rien. Ni ténèbre ni lumière, ni matière ni vide, et encore moins de vie ou de mort. Il n’y avait rien d’autre que le néant.

Et puis le Grand Démiurge est apparu.

Seul dans le néant, il était une entité indescriptible, évoluant sans cesse, capable de prendre une infinité de formes et aucune forme à la fois. Au fur et à mesure qu’il évoluait, la réalité se mit en place autour de lui. La réalité se tissait partout où le Grand Démiurge était. Il était tout et tout était Lui. Mais avec l’apparition de la réalité se mirent en place les concepts du temps et de l’espace. Et tout n’était plus seulement le Grand Démiurge. Il y avait ce qui était Lui, et il y avait ce qui émanait de Lui. Alors qu’il occupait autrefois toute la réalité, il existait maintenant des endroits où le Grand Démiurge n’était pas. Partout où il était allé, la réalité continuait d’exister, même lorsqu’il partait dans une autre direction. Quand l’entité se rendit compte de cela, elle retourna où elle avait été, et elle se souvint de ces endroits. Elle se souvint d’y avoir été puis d’en être partie. Le temps s’était écoulé durant lequel elle avait été ailleurs.

L'entité prit alors conscience d'elle même. Elle réalisa qu'elle avait vécu et qu'elle continuait à vivre. Elle s'étendit et se rétracta. La réalité continua d'exister là où le Grand Démiurge était passé, mais elle n'allait pas au delà. Le Grand Démiurge comprit que c'était lui qui créait le réel. Il entreprit donc d'en créer le plus possible et de voir s'il y avait une limite à son extension. Il prit une forme qui lui permit de s'étendre dans toutes les directions à la fois et s'allongea pendant une période de temps si longue qu'elle en est inconcevable. Puis le Grand Démiurge se rétracta et revint à son point de départ pour admirer son œuvre. Il n'avait connu aucune limite ni aucune restriction. La réalité avait été créée partout où il avait été. Mais en regardant derrière lui, le Grand Démiurge se rendit compte que la réalité était vide.

Alors pour combler ce vide, il créa un monde au milieu de cet univers dont il était la source.

Ce n'était au début qu'un amas de matière, mais pendant quelques centaines de millénaires, le Grand Démiurge s'occupa de le faire grandir, de le modeler, de le tordre, de le détruire puis de le reconstituer. Il modifia la matière afin qu'elle agisse de différentes manières. Il créa l'air, la pierre, le feu et l'eau. Avec le feu, il créa la lumière et cela lui donna une vision nouvelle sur son ouvrage. Fier de cette invention, le Grand Démiurge développa quatre gigantesques boules de feu autour de son monde. Quand il estima que son monde était parfait il l'admira un long moment et en fut satisfait.

Mais après quelques temps, un nouveau sentiment s'empara du Grand Démiurge. Il contemplait ce monde qui l'avait comblé, et il ressentait une sensation de vide et d'inachevé. Il avait pourtant modelé son monde à la perfection. Puis il comprit qu'il se lassait du vide de son monde, comme il s'était lassé du vide de son univers. Il voulait également créer d'autres choses ailleurs dans son univers. Mais il ne voulait pas laisser son monde à l'abandon. Le Grand Démiurge fit alors une chose qu'il n'avait jamais faite : il se sépara.

Le Grand Démiurge créa trois nouvelles entités qui avaient leur conscience propre. Elles émanaient de lui mais n’étaient pas lui. Elles étaient une part de lui, mais lui restait complet. Ainsi, bien que ces trois entités aient hérité d’une part de ses pouvoirs, le Grand Démiurge demeurait omnipotent et n’avait subi aucune perte dans sa toute puissance. Les trois entités prirent chacune une forme différente, bien que présentant des similitudes. Alors que le Grand Démiurge changeait continuellement de nature et d’apparence, les trois entités se créèrent une apparence qu’elles devraient conserver pendant des millénaires. Le Grand Démiurge nomma ses créations Melunet, Ekayee et Yembet. Melunet avait un corps d’homme, Ekayee un corps de femme et Yembet pouvait alterner entre les deux. Désireux de poursuivre l’œuvre de leur créateur, les trois nouveaux dieux se mirent au travail.

Melunet agit sur les éléments pour modeler le monde plus conformément à son idée. Il créa des montagnes, des vallées, des crevasses. Il fit trembler la terre pendant si longtemps qu’elle se fendit en une multitude d’endroits et elle se sépara. Les dieux agencèrent les îles ainsi créées pour donner au monde l’aspect qu’on lui connait maintenant. Melunet créa un climat qui variait selon les régions. Très vite des nuages se formèrent au dessus des montagnes et déversèrent des pluies torrentielles qui creusèrent un peu plus le sol pour créer des rivières, des fleuves ou des lacs. Suivant l’exemple du Grand Démiurge, Melunet ne se satisfaisait pas de son monde vide.

C’est pourquoi il créa la vie.

Il fit d’abord apparaitre les plantes et en inventa de toutes sortes qu’il dissémina un peu partout à la surface du monde. Ces formes de vie inanimées et qui grandissaient lentement suffirent à le combler.

Mais Ekayee, qui avait hérité du Grand Démiurge sa curiosité et son amour de la mémoire, demanda à Melunet de créer des formes de vie auxquelles elle pourrait conférer une conscience. Ainsi, Melunet créa les animaux et Ekayee leur donna un esprit afin qu’ils puissent parcourir et admirer le monde, qu’ils puissent s’aimer et se souvenir les uns des autres.

Alors que la vie proliférait à la surface du monde, Yembet comprit rapidement que le monde deviendrait un jour trop petit pour accueillir de nouvelles créations. Ayant hérité de son créateur son goût pour le changement et la nouveauté, Yembet se donna pour tâche de faire mourir tous les êtres vivants que créait Melunet. Cependant il respectait les créations de ses pairs, et il ne se contenta pas de détruire la vie et de faire disparaitre les esprits. Il créa un autre monde sous le premier, auquel lui seul avait accès, et dans lequel il recueillit l’essence de tout ce qui mourrait. Yembet cacha son monde des morts aux yeux du monde des vivants en faisant apparaitre une immense mer de nuages qui entoura toutes les îles du monde de la surface.

Constatant que les trois dieux avaient trouvé un équilibre pour son premier monde, le Grand Démiurge leur en laissa la charge et partit vers d’autres créations. Il récupéra la plus grosse des quatre boules de feu qui gravitaient autour du monde et la sépara en une infinité de boules lumineuses. Le Grand Démiurge reprit son expansion dans toutes les directions de l’univers et déposa toutes ces boules de lumière sur son passage, qui devinrent les étoiles qui illuminent le ciel du monde.

C’est ainsi que fut créé le monde de Vadkraam.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Luciferr
L'épopée cosmique d'un groupe de voyageurs parti affronter les périls de l'Espace.

Novella de science-fiction.

CV


(Couverture : https://pixabay.com/)
80
194
295
121
shadeofabeauty
Thenès est dangereux et il le sait. D'aussi longtemps qu'il s'en souvienne, il a toujours été seul.
Trahi par les siens, il prend la route avec trois de ses compagnons. Vengeance et sang, voilà ce à quoi il aspire.
Tourmenté, ténébreux et plus que dangereux, il croisera au détour d'une ville miteuse le chemin de Gelissa, une prisonnière du seigneur de la cité.
Voulant d'abord l'assassiner, il s'apercevra que la jeune femme peut se montrer bien plus utile qu'il ne le pensait.
17
42
188
43
CécilienV
Paul est un jeune homme d'un monde bipolaire : d'un côté civilisation et amour de la connaissance, de l'autre société barbare et étroitement humaine. Lui, barbare, va se découvrir des caractéristiques profondément civilisées. A voir comment un monde si clivant l'acceptera dans un contexte de guerre...

Les prochains chapitres devraient se faire attendre : ils attendent eux-mêmes leurs lecteurs et écrivain.

"L'histoire que vous allez lire m'est apparue en rêve. Cette vision d'un autre monde je souhaite vous la partager ; pour vous divertir, vous instruire, vous éclairer peut-être.
J'aimerais dire qu'"il n'est pas donné aux hommes de voir le roi des fleuves à l'état de simple ruisseau", cependant je vous soumet ce texte, qui pour l'instant n'est en effet pas plus qu'un frêle ruisseau..."
60
101
371
33

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0