3.1 (2/2)

5 minutes de lecture

Jugeant préférable de les accompagner sans faire d’histoire – au moins pour l’instant –, Ash fut conduite dans une pièce au faux air de salle d’interrogatoire.

Un peu en stress, elle se mit vite à réfléchir à un moyen de créer une diversion – car il en faut toujours une – quand son regard se posa sur la montre d’un des agents de sécurité.

Sans chercher plus loin, elle lança mentalement un scan des appareils environnant, prête à utiliser les algorithmes de piratage chargés dans son interface neurale lorsqu’elle aurait trouvé le bon.

Puis tout se passa très rapidement…

Au moment précis où les agents se tournaient vers Ash en adoptant une attitude presque menaçante, une petite sonnerie toute gentillette se mit à retentir au poignet de l’un d’entre eux. Celui-ci baissa les yeux vers sa montre d’un air circonspect, ce qui offrit à la spectre l’occasion de le mettre hors jeu d’un bon coup de manchette – asséné avec une cybermain Goliath, dois-je le rappeler ?

Le second agent – qui devait être équipé de boosters de réflexes vu son temps de réaction – dégaina immédiatement son neutraliseur. Il n’eut cependant pas l’opportunité de faire feu sur l’intruse en bikini, puisque cette dernière se glissa sous sa garde, lui attrapa le poignet et – d’un mouvement que le pauvre homme n’a probablement toujours pas compris au moment où j’écris ce log – il se retrouva de l’autre côté du canon de son arme.

La décharge parcourut son corps, qui s’effondra mollement au sol, sujet à de légers spasmes résiduels – et là je me dois de préciser qu’il peut s’en prendre qu’à lui-même pour avoir réglé son neutraliseur à la puissance maximale.

Ash ne perdit pas une minute et sortie de la pièce à la hâte pour foncer – toujours pieds nus et en maillot de bain, mais désormais armée – jusqu’à la salle de sécurité voisine.

Là, elle se brancha directement au réseau de l’hôtel comme le ferait un spider – s’assurant au passage de ne pas avoir déclenché d’alarmes après son action d’éclat –, puis parcourut la représentation mentale qu’elle avait du système à la recherche des enregistrements vidéo correspondant au jour de sa disparition présumé.

Comme rien n’est simple, tout ce qui concernait cette date avait spécifiquement été archivé – sûrement pour enterrer plus rapidement ce qui s’était produit. Du coup, Ash pesta, remonta la base de données des archives et y projeta sa conscience virtuelle.

Bref, on va pas s’étendre plus que de raison alors je vous la fais courte. En résumé, elle trouva les images et découvrit deux grooms – disons… plutôt baraqués – entrer dans la chambre du comptable pour procéder à une neutralisation – mouvementé, y avait qu’à voir l’état de la pièce à la fin pour s’en convaincre – de ce dernier.

Les grooms avaient ensuite chargé le corps de Low sur leur chariot – un classique – puis étaient sortis de la chambre. En switchant de caméra en caméra, Ash parvint à les suivre jusqu’au parking, où une camionnette les attendait. Et dans tout ça, aucun signe de sa précédente incarnation…

Contrariée par cette absence, la spectre se déconnecta en faisant la moue – non sans avoir préalablement pris soin d’effacer toutes traces de son passage.

Elle regagna rapidement les vestiaires de la piscine où elle prit une douche, se changea, puis sortit l’air de rien.

Évidemment, Stur l’attendait près de l’entrée, mains sur les hanches avec un air de reproche sur le visage.

— Vous en avez mis du temps… Qu’est-ce que vous faisiez au juste ? l’interrogea l’agent de NexWave tandis qu’ils montaient dans l’ascenseur.

— Oh, j’étais simplement à poil dans ma cabine, essaya-t-elle de le provoquer. Mais comme j’étais déçue que vous m’ayez pas filé le train jusque là, bah j’ai dû me consoler toute seule, si vous voyez ce que je veux dire…

— Euh, oui, hum. Bon… Et vous comptez faire quoi maintenant ? changea-t-il de sujet.

— Je sais pas. Marcher un peu… seule.

Elle s’éloigna sans qu’il la suive – de trop près, hein, qu’on soit bien d’accord. Elle en profita pour appeler son agent de liaison à l’Eridania Police Corp pour être certaine de pouvoir tirer un trait sur l’histoire du comptable.

— T’as envoyé une autre équipe choper Low à ma place ? l’interpella-t-elle dès que l’icône de connexion apparue dans son champ de vision augmenté.

Snell poussa un long soupir de lassitude.

— Évidemment… se dédouana-t-il. Tu donnais plus de signes de vie après ton arrivée. J’en ai déduit qu’il t’avait eu… Donc j’ai envoyé une autre équipe, puis j’ai signalé ta disparition…

— … En attendant bien que ta deuxième équipe ait chopé le comptable et terminé le job, résuma Ash d’un ton accusateur.

— Hey, je pouvais prévenir personne tant que j’étais pas sûr qu’il te retenait pas en otage…

— C’est ça, ouais… Prends-moi pour une conne…

— Bon, en attendant si c’est bien ton meurtrier, il est au frais. Et si le rapport de NexWave est correct, alors c’est un accident. Dans tous les cas, tu peux dormir tranquille.

— Mouais…

Ash n’était plus du tout convaincue que le comptable soit mêlé à sa disparition, pas plus qu’elle ne croyait à la version officielle. Au contraire. À moins que…

— Et ses complices ? demanda-t-elle par acquit de conscience. Vous les avez aussi chopés ?

— Mais quels complices ? s’impatienta Snell. Low bosse toujours en solo. Écoute, Harper, je sais que subir une résurrection peut être traumatisant, mais c’est pas ta première. Tu vas t’en remettre. Passe à autre chose.

— Putain, pour la compassion tu repasseras…

— Je sais, tu me l’as déjà dit, lui rétorqua Snell. Et c’est toujours pas mon job. Si tu veux de la compassion, va chez un psy.

— OK, Sympa…

— Toujours… s’amusa l’agent de liaison avant de se rembrunir. Rah, fais chier ! Bon, désolé, mais je dois filer : encore une merde à gérer avec un de tes collègues… En attendant, prends soin de toi, Harper, et change-toi les idées.

Il coupa la connexion en laissant la spectre seule avec ses pensées. Se changer les idées et passer à autre chose… ce n’était pas pour tout de suite. Il était maintenant clair que le comptable n’était pas lié à sa mort – vu qu’il bossait en solo et qu’il s’était fait choper avant que Winsman disparaisse et que la voisine soit menacée…

Ash ne put cependant pas aller beaucoup plus loin dans sa réflexion, car Stur venait de la rejoindre et de lui attraper le bras pour qu’elle s’arrête.

Bien sûr, elle se dégagea, l’air furieuse, mais lui aussi semblait plutôt mécontent. Et pour cause :

— Je viens d’avoir vent de ce qui s’est passé au White Pulsar, déclara-t-il.

— Je vois pas de quoi vous voulez parler, répliqua-t-elle, agacée.

— Je sais pas ce que vous y avez trouvé ni ce que vous y cherchiez, mais des actions comme celle-là attirent l’attention. Alors un bon conseil : prenez garde à ce que ça ne devienne pas dommageable pour l’image de la corpo. Autrement mon chef risquerait de vous déclarer persona non grata à Whiteopia…

Tout dans son attitude montrait qu’il ne jouait plus et que la menace était réelle. Il n’attendit d’ailleurs aucune de réponse de la spectre et s’éloigna sans un mot pour reprendre sa surveillance à distance.

Après un moment de flottement, Ash se retint d’éclater de rire.

— Merde, le pauvre… pouffa-t-elle en se sentant coupable. Il a dû se faire sacrément engueuler…

Annotations

Recommandations

Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
93
307
236
25
Kost .
Entre complots et coups bas, vous pourrez suivre la famille Devràn et la cité nation dans
une lutte quotidienne pour un lendemain.

[Résumé à venir ]

[ Club Valentine ]
136
199
1351
225
Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
31
89
557
58

Vous aimez lire Daegann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0