2.1 (1/2)

5 minutes de lecture

>>> 16/02/2551 – 08h18 <<<

Lorsque je fis sonner son réveil au lendemain de sa résurrection, l’esprit cotonneux d’Ash n’eut qu’une envie : l’éteindre et se rendormir. Mais elle m’avait justement paramétré pour éviter ça, alors la musique se poursuivit dans son environnement de réalité augmentée jusqu’à ce qu’elle soit assise au bord de son lit – non sans avoir au préalable lâché une pluie de jurons que je ne retranscrirais pas ici.

Elle s’étira en bâillant, se frotta les yeux – certaines choses ne changent pas, même avec un corps biocybernétique – puis sa conscience s’éveilla enfin.

— Merde ! s’exclama-t-elle en faisant un bon. Je vais louper mon vol, moi !

La jeune femme fonça sous la douche, se débarrassa à la hâte du t-shirt qui lui servait de chemise de nuit et activa les microjets. Moins de cinq minutes plus tard, elle était habillée et quittait son appartement en direction du Sand Jackman Spaceport où elle arriva finalement avec près de quarante minutes d’avance.

Le vol suborbital jusqu’au spatioport régional des Yankton fut long et ennuyeux. Après l’atterrissage, Ash récupéra ses affaires, alla louer une Aurora Exodus – une puissante moto aux lignes agressives – et sortit à l’air libre, casque sur la tête.

Un paysage sombre et poussiéreux ne tarda pas à défiler dans les reflets de sa visière tandis qu'elle roulait sur l’unique route menant à Yankton City – une deux fois six voies presque vide.

Par moment, quelques broussailles d’un vert presque blanc émergeaient sur le côté, signe des progrès de la terraformation, tandis que d’immenses montagnes de roche noire – partiellement couvertes de neige – se dressaient fièrement tout tautour d’elle en arrière-plan.

C’était sympa, mais vite monotone. Ash en profita pour se lâcher et voir ce que l’Aurora avait dans le ventre. Dix minutes plus tard, Yankton City était en vue.

La ville était poussiéreuse, sale et surtout hors dôme. Dans la rue, tout le monde portait un respirateur… et paraissait désabusé. Downtown était dominé par une poignée de vieux arcoblocs et de tours de verre corporatistes, c’était le cœur de la cité. En dehors de ça, la ville semblait s’être étalée sans plan établi.

Tout en roulant, Ash repéra quelques membres de gangs ici et là. Elle fut aussi témoin d’un vol – qui se transforma dans l’indifférence générale en course poursuite puis en agression.

Plus loin, elle vit un van d’intervention blindé de Black Dog Security – la corpo assurant la police de la région – tenter de se frayer un chemin au milieu de la circulation. C’était animé.

Rien d’étonnant je vous dirais. Depuis que les corpos avaient délaissé le coin pour Whiteopia, la ville s’était appauvrie et la criminalité était montée en flèche. Une spirale infernale qui ne semblait pas encore avoir touché le fond.

Ash continua jusqu’à atteindre un petit motel, en périphérie. Un endroit plus tranquille, bien qu’un peu miteux – mais pas cher –, où elle prit une chambre.

Là, elle fit le point sur son enquête, se demandant par où commencer. Elle se rappela le conseil de Keren : interroger les flics de Whiteopia et voir s’ils étaient pas passés à côté d’un truc… Comme un reçu par exemple.

Du coup, je vous épargne les détails, mais elle se débrouilla – en jouant sur la mauvaise réputation qu’avaient les spectres – pour obtenir un rendez-vous le lendemain avec Enders Eldridge, le chef de la sécurité de NexWave Security à Whiteopia…

Elle passa le reste de la journée en ville, mais comme il y a rien eu d’intéressant à raconter, je vais vous épargner cette partie-là aussi.

Le lendemain, Ash reprit la route – toujours aussi monotone – et se rendit au pied des montagnes jusqu’à la station-bulle de Whiteopia.

À l’entrée, un checkpoint. Et attention, pas uniquement un scan automatisé, non, il s’agissait d’un vrai contrôle, avec de vrais agents de sécurité. Bref, une façon de bien montrer qu’on pénétrait dans une enclave corpo. Cela rassurait les clients de la station et dissuadait les marginaux de venir créer des problèmes.

Lorsque le véhicule de devant quitta le sas de contrôle – je vous ai dit qu’ils blaguaient pas – Ash avança sa moto, s’immobilisa à côté du poste de sécurité et remonta la visière de son casque.

— Bienvenue à Whiteopia Mademoiselle… Harper, l’accueillit une femme portant un uniforme de NexWave Security. Puis-je connaître le motif de votre visite ?

— Professionnel, déclara Ash. J’ai rendez-vous avec votre chef.

— Je… oh, je vois que vous êtes spectre…

L’agent semblait soudain moins à l’aise. Faut bien comprendre que les spectres faisaient peur : étant des mercenaires/chasseurs de primes accrédités par la confédération, ils avaient le droit de se balader armé et de faire un usage “préventif” de la force – ce qu’ils ne se privaient pas de faire, même si en réalité il y avait pas mal de restrictions. Bref, dans l’inconscient collectif, ils avaient acquis une certaine réputation.

— D’ailleurs, en profita Ash, j’enquête sur un de vos collègues : Dewitt Winsman. Vous le connaissiez ?

Si elle pouvait en apprendre davantage sur l’homme retrouvé mort à ses côtés, ce serait toujours ça de pris.

— Je ne sais pas si j’ai le droit, hésita l’agent.

— Allez, insista la spectre. Ça restera entre nous. Alors, vous le connaissiez ?

— De loin. J’ai appris qu’on l’avait retrouvé congelé en montagne… Le pauvre…

— Et ça vous semble normal ? Je veux dire, putain, c’est pas un endroit banal, non ?

— Et bien… J’ai entendu dire qu’il faisait souvent du camping hors pistes, expliqua l’agent. Ça lui pendait au nez, j’imagine.

— Et la femme qu’on a retrouvée avec lui ?

— Ça, ça en a surpris quelques-uns dans le service, répondit-elle en se penchant d’un air conspirateur. Apparemment il était plus du genre à aller au Xtrm paradise qu’à se caser, si vous voyez ce que je veux dire. Mais bon, poursuivit-elle en se redressant, comme je dis souvent, on sait jamais quand l’amour peut vous tomber dessus.

— Donc ils étaient vraiment ensemble ? fit Ash en haussant un sourcil dubitatif.

La spectre étant toujours aussi peu convaincue par ces explications, la question était plus rhétorique qu’autre chose…

— Écoutez, je… Je sais pas pourquoi vous vous intéressez à lui et je veux pas le savoir, se dédouana l’agent. Je le connaissais pas plus que ça, ce gars et pour être franche, j’ai toujours pensé que c’était un connard. Je vous répète juste ce que j’ai entendu. Vous devriez demander à M. Eldridge si vous voulez en savoir plus.

— Mmh… Bon, merci quand même.

— Je vous en prie. Bon séjour à Whiteopia, mademoiselle.

La porte du sas s’ouvrit et Ash pénétra dans l’enclave avec son Aurora.

Annotations

Recommandations

Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
93
307
236
25
Kost .
Entre complots et coups bas, vous pourrez suivre la famille Devràn et la cité nation dans
une lutte quotidienne pour un lendemain.

[Résumé à venir ]

[ Club Valentine ]
136
199
1351
225
Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
31
89
557
58

Vous aimez lire Daegann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0