1.3 (2/2)

5 minutes de lecture

— Bon, raconte-moi tout, fit Keren en tendant une naav bien fraîche à son invitée.

La spectre expliqua brièvement la situation et ce qu’elle savait, puis lui demanda si jamais elle avait pas négocié quelques infos avec lui pour l’aider dans son dernier contrat, à tout hasard.

— Si… fit-il en prenant un air narquois. Mais qu’est-ce qui me prouve que t’es bien toi ? C’est vrai après tout, la Ash que je connais m’aurait déjà lancé un défi pour obtenir ces infos…

— Ouais, bah, la Ash que tu connais te défie de pas lui répondre… s’amusa-t-elle. Alors, je t’ai demandé quoi ?

— Tu m’as demandé de faire une recherche sur ton prochain sex toy connecté, la provoqua-t-il avec un grand sourire.

— Probablement pour avoir plus de plaisir qu’avec toi, rétorqua la spectre d’un air mutin.

— Ouch.

— Nan mais plus sérieusement, Ker…

— Tu m’as demandé des infos sur un type. Attends, je te retrouve ça.

Le hacker fouilla dans ses logs et envoya un fichier à son amie, qui l’afficha immédiatement dans son environnement de réalité augmenté.

— Taniel Low… lut-elle à haute voix en parcourant les données. Comptable respectable le jour, soupçonné d’être un tueur à gages la nuit… Il aurait l’habitude de toujours signer ses crimes en laissant un reçu anonyme sur place… Okaaay…

— Tu penses que c’est lui qui t’a eue ?

— C’est bien possible… J’ai dû être envoyé là-bas sous couvert du programme de protection des témoins pour jouer les appâts ou un truc du genre. En tout cas, ton fichier dit qu’il avait réservé une chambre au White Pulsar de Whiteopia, donc il était sur place quand je suis morte, ça colle.

— D’accord, mais est-ce qu’un appât aurait eu besoin des plans de l’hôtel et d’une backdoor dans leurs systèmes de sécurité ? Parce que tu m’avais aussi demandé de te faire ça…

— Je sais pas, c’était peut-être au cas où ? suggéra Ash en faisant la moue. Ou alors je devais l’arrêter. Rah, j’en sais rien !

Ash était dans le doute. La piste était prometteuse, mais son intuition lui disait qu’il ne fallait pas tirer de conclusion trop hâtive – d’autant qu’elle était pas la seule victime, dans cette affaire - et Ash se fiait toujours à son intuition.

— Tu peux retracer la fausse ID que j’ai utilisé là-bas ? demanda-t-elle finalement. Voir où j’ai traîné, ce genre de truc ?

— Oh, alors ça, ma belle, ça va te couter une partie de billard ! Si tu perds, tu me montres tous tes nouveaux tatouages.

Ash eut un moment d’hésitation : tout lui montrer voulait dire se mettre en petite tenue. D’un autre côté, ça faisait partie de leurs habitudes de s’amuser à mettre l’autre mal à l’aise. Ce n’était que partie remise. Et puis c’était pas comme s’il l’avait jamais vu à poil, de toute façon.

— Pfff… Deal, décida la spectre en levant les yeux au plafond.

Keren se frotta les mains et alla chercher les queues – bah oui, je vous ai pas donné tous les détails parce que sinon on y passerait quinze ans, mais oui, il y a bien une table de billard chez lui…

Bon, à sa grande déception, Ash remporta la partie haut la main, mais, bon prince, il ne fit pas d’histoire. La jeune femme récupéra alors sa naav – toute contente d’avoir gagné -, puis vint se poser sur le lit tandis que lui s’installait à côté pour plonger dans l’infosphère depuis son fauteuil d’immersion sensoriel.

Ash aussi savait pirater des serveurs informatiques, mais pas aussi bien que le spider. Elle se contentait le plus souvent de hacks rapides sur des appareils peu sécurisés – pour faire diversion, la plupart du temps –, rarement pour voler des informations dans un système plus robuste, même si elle en avait probablement les capacités. Donc elle laissait faire Keren. De toute façon, c’était lui qui lui fournissait ses algo de piratage et qui lui avait appris à s’en servir, il restait le plus compétent des deux en la matière et de loin.

Quand il se déconnecta quelques minutes plus tard – car oui, tout se passe très vite en immersion complète –, la spectre était retournée sur le canapé et venait de finir sa naav. Il la rejoignit dans le coin salon, se planta devant elle et se massa la nuque en souriant.

— Alors ? demanda-t-elle, impatiente.

— Alors, ma petite tatoueuse…

— Tatoueuse ? le coupa Ash en levant un sourcil.

— Le job officiel de ta fausse identité, expliqua Keren avant de reprendre. Bon, ça va être assez rapide, y a pas grand-chose : après avoir débarqué au spatioport du coin, t’as loué une chambre à ton nom dans un motel de Yankton City, la ville hors dôme la plus proche de Whiteopia. Et puis, trois heures après être arrivée, t’as été contrôlé à l’entrée de la station-bulle.

Le hacker marqua une pause, comme s’il réfléchissait.

— Et ? l’encouragea la spectre en s’imaginant que Keren faisait volontairement durer le plaisir avant de révéler une info de taille.

— Et c’est tout, la refroidit-il. Ce qui, en soi, veut juste dire que tu n’as rien acheté sur place et que tu n’as pas fait parler de toi jusqu’à ce qu’on déclare ta disparition cinq jours après ton arrivée, puis qu’on retrouve ton corps dix jours plus tard à côté d’un type de NexWave Security. L’enquête parle d’un accident lors d’une “sortie en amoureux”… Petite cachotière.

— Ah ça va hein, s’empourpra la jeune femme, gênée malgré elle alors que Keren lui donnait des coups de coude moqueurs. C’est forcément bidon… Un type de la sécurité en plus…

— Eh, l’un n’empêche pas l’autre, s’offusqua le spider. Je te rappelle que moi aussi je suis dans la sécurité, d’une certaine manière.

— Mouais… Je te parie plutôt que c’était un contact qui devait me filer du matos, des infos ou un accès à une zone sécurisée de la station. Low a eu vent de notre rendez-vous et il nous a éliminés. Terminé, rideau.

— Sauf que si je me souviens bien de mes recherches, objecta Keren, les victimes de notre comptable sont plus du genre à être retrouvées avec une balle dans le crâne que mort d’hypothermie… Donc OK pour le pari. Si t’as raison, je joue les gardes du corps pour toi habillé en agent corpo pendant toute une journée, sinon, c’est toi qui t’y colles.

Ash marqua un temps d’hésitation, elle n’avait pas dit ça pour ça, mais la proposition était tentante. Avoir un garde du corps pour elle toute une journée et voir Keren mal à l’aise en costume corpo, c’était une offre qui ne se refusait pas.

— Deal, accepta-t-elle. Oh, putain, maintenant, il faut vraiment que j’en sache plus !

— En tout cas, si c’est ça, tu t’es fait griller en un temps record, la taquina-t-il.

Ash lui répondit par un tirage de langue en règle, tandis que le hacker s’asseyait à ses côtés en passant un bras derrière son épaule.

— Tu penses que je dois commencer par où ? lui demanda-t-elle en se lovant contre lui pour trouver un peu de réconfort.

— Reprends l’enquête des flics, suggéra Keren en enlaçant affectueusement son amie. Regarde où ils ont merdé… ou s’ils ont vu juste.

— Ouais… se contenta de répondre la spectre sans avoir le sentiment d’être vraiment plus avancé.

— Interroge les flics locaux, explicita le hacker. Va sur les lieux du crime, regarde si tu trouve le fameux reçu de notre comptable, ce genre de chose…

— Ouais, ouais, râla Ash pour faire bonne figure. Je suis pas une débutante, hein !

— Bien sûr, approuva Keren en souriant. Nouvelle partie de billard ?

— Carrément ! se redressa-t-elle d’un coup, visiblement remotivée. C’est quoi le gage ?

Annotations

Recommandations

Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
93
307
236
25
Kost .
Entre complots et coups bas, vous pourrez suivre la famille Devràn et la cité nation dans
une lutte quotidienne pour un lendemain.

[Résumé à venir ]

[ Club Valentine ]
136
199
1351
225
Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
31
89
557
58

Vous aimez lire Daegann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0