1.1

5 minutes de lecture

>>> 15/02/2551 – 09h21 <<<

Une impulsion électrique suivie d’une grande inspiration paniquée. Voilà comment Ash est revenue à la vie dans une clinique corpo, par un beau matin de février 2521.

— Mademoiselle Harper ? Vous m’entendez ?

L’esprit encore embrumé, la jeune femme cligna des yeux.

Une lumière vive, des murs blancs aseptisés, un charcudoc arborant les couleurs d’Aurora Cybertech… Il ne fallut pas bien longtemps à Ash pour comprendre où elle se trouvait. Le fait que ses derniers souvenirs remontaient au moment de sa sauvegarde trimestrielle devait aussi l’avoir aidé. Un peu.

— Merde… souffla-t-elle d’une voix enrouée. J’ai encore cané, c’est ça ?

— Votre précédente enveloppe s’est éteinte et vous venez de subir une résurrection, commença à réciter le doc sur un ton monotone. Conformément aux termes de votre contrat, la dernière sauvegarde de votre Ame™ a donc été implantée dans un corps biosynthétique de classe Cassidy, conçu et produit sur mesure par Aurora Corporation selon les options préalablement choisies par vos soins. Pouvez-vous bouger votre bras, mademoiselle Harper ?

Encore dans le gaz, Ash n’avait pas cherché à interrompre le discours commercial du doc – bon, elle l’avait pas non plus vraiment écouté, c’est vrai – et se contenta de tendre machinalement les bras devant elle dans un geste un peu gourd.

Ça lui faisait un peu bizarre, mais à mesure que les sensations lui parvenaient, elle prenait conscience de son nouveau corps.

Ce dernier intégrait quelques implants cybernétiques, mais restait majoritairement biologique et la jeune femme appréciait particulièrement de retrouver une mâchoire et une jambe naturelle – ainsi que deux cybermains goliath en parfait état. Faut dire que sa précédente enveloppe avait pris cher, à force de foncer tête baissée dans les ennuis…

La spectre joua un peu avec les articulations de ses doigts cybernétiques, puis lança un checkup interne de ses implants : jonction synaptique auxiliaire, interface neurale, système intellisens, connecteurs palmaires… tout était OK. Bon, il y avait un peu de paramétrage à faire, mais ça, c’était normal.

— N’hésitez pas à vous asseoir dès que vous vous sentirez à l’aise avec votre nouveau corps, suggéra le médecin d’un air absent tandis qu’il vérifiait les constantes de sa patiente sur ses écrans de contrôle.

Pas besoin de le dire deux fois. Ash se redressa – bon pas trop vite non plus pour pas avoir la tête qui tourne –, fit rouler ses omoplates, puis entreprit de réaliser quelques étirements, histoire de faire disparaître plus rapidement les derniers signes d’engourdissement qu’elle ressentait.

— Alors, de quoi je suis morte cette fois ? demanda-t-elle en faisant la moue.

L’employé d’Aurora soupira faiblement, pianota sur son interface holotouch puis consulta ses écrans.

La question était courante. En fait, les médecins avaient accès à ce genre d’information pour la même raison qu’ils étaient formés à la psychologie : pour éviter ou atténuer le traumatisme lié à la résurrection. C’est aussi pour ça que des termes comme “s’éteindre” plutôt que “mourir” étaient passés dans le vocabulaire courant. Bon, après, Ash, elle s’en foutait un peu. Je dirais pas que c’était la routine pour elle, mais disons qu’elle s’était familiarisée avec la procédure.

— Il est indiqué dans votre dossier que vous avez eu une extinction par hypothermie, expliqua le doc avec une douceur clairement feinte.

— Sérieux ?!

— Euh… Oui, confirma-t-il, un peu surpris par cette réaction. Une excursion romantique en montagne qui a mal tourné, apparemment. La police de Whiteopia a conclu à un accident.

— Attendez, quoi ? s’étonna Ash. Whiteopia ? Mais qu’est-ce que j’ai été foutre là-bas ?!

— Ça, je ne saurais vous dire, répondit obligeamment l’employé d’Aurora en faisant de son mieux pour rester agréable. Des vacances peut-être ? L’endroit est très réputé si vous aimez le ski et que vous avez les moyens…

— Ouais ? Bah ça m’étonnerait que ce soit ça… soupira la spectre.

Là-dessus, je me dois de préciser que, sans dire non plus qu’elle était fauchée, ben, les corps biosynthétiques comme celui qu’elle venait d’intégrer, et bah c’est pas donné. Alors malgré les primes qu’elle avait pu chopper, elle en était encore à vivre dans un appart miteux du dôme Ellington. Donc partir en voyage dans une station-bulle de luxe…

— Et vous entendez quoi par une excursion “romantique”, exactement ? enchaina-t-elle, intriguée.

— Et bien, commença le doc visiblement embarrassé. Je regrette de devoir vous l’annoncer, mais vous n’étiez pas seule. Dewitt Winsman a été retrouvé auprès de vous. Il s’est éteint à vos côtés, si cela peut atténuer votre peine.

Le haussement de sourcil presque stoïque d’Ash – qui entendait ce nom pour la première fois – engendra un nouveau soupir exaspéré du doc, qui devait composer avec ce qui était, de son point de vue, un manque flagrant d’empathie de la part de sa patiente, alors que lui-même se devait de conserver un air compatissant.

— Votre compagnon n’avait apparemment pas souscrit de contrat auprès de notre société, précisa le médecin. Je n’ai donc aucun détail concernant une éventuelle résurrection de sa part, je suis navré.

— Compagnon… répéta ironiquement la spectre pour elle-même. Mon cul, oui, je sais même pas qui c’est…

— Peut-être une rencontre récente, suggéra le médecin en essayant tant bien que mal de se montrer compréhensif. Votre Ame™ date d’il y a presque deux mois, c’est autant de souvenirs qu’il vous manque…

— Mouais… douta Ash avant de marquer une courte pause. Et l’accident, ça s’est passé y a longtemps ?

— Huit jours.

— Fais chier.

L’employé d’Aurora laissa le temps à sa patiente d’assimiler l’information puis, tout en essayant de ne pas se montrer agacé, demanda :

— Avez-vous d’autres interrogations ou pouvons-nous passer à la suite ?

— Non, non, c’est bon.

— Dans ce cas, reprit le doc, je vais vous posez une série de questions pour m’assurer que…

— Ouais, ouais, je connais la chanson… le coupa-t-elle. Allez-y, que je puisse sortir rapidement.

Le médecin leva les yeux au plafond puis enchaina. Une fois les derniers examens validés, la nouvelle Ash fut déclarée apte et put enfin quitter la clinique aseptisée d’Aurora Corporation pour rejoindre l’enfer urbain des dômes d’Eridania City.

Dehors, la jeune femme prit une longue inspiration, puis leva les yeux vers les gigantesques alvéoles qui protégeait la capitale éridanienne de l’atmosphère plus si toxique que ça de la planète.

L’après-midi venait de débuter et le soleil ambrosien avait tout juste terminé son cycle nocturne – long d’un peu plus de trois jours en cette saison. Pourtant, les lueurs criardes des néons continuaient d’illuminer les avenues bondées de monde des quartiers populaires.

Soudain, un éclair zébra le ciel.

Pas besoin de chercher plus loin : une de ces violentes tempêtes électromagnétiques causées par la terraformation venait d’éclater.

Ash haussa les épaules et commença à marcher au milieu des esclaves corpos et des quelques marginaux du district, indifférente comme eux aux forces qui se déchainaient au-dessus d’elle. De toute façon le dôme les protégeait des intempéries…

En tout cas, c’est là qu’elle a paramétré ma personnalité. Que je suis devenue moi-même en quelque sorte. En théorie, son ancienne IR aurait dû être importée, mais la police de Whiteopia avait gardé son comlink sous scellé pour les besoins de l’enquête. Autant dire qu’elle pouvait se brosser pour le récupérer un jour.

Whiteopia…

Il y avait un truc pas normal derrière toute cette histoire, sa mort était trop louche, probablement un contrat qui s’était mal passé, qu’elle se disait. Elle voulait en avoir le cœur net, mais avant de s’en occuper, il fallait qu’elle se sente un peu plus elle-même : elle devait personnaliser ce corps… et le rendre plus intimidant, histoire d’être sûre qu’on la prenne au sérieux. Et pour ça, elle avait quelques idées qu’elle gardait en réserve depuis un moment…

Annotations

Recommandations

Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
93
307
236
25
Kost .
Entre complots et coups bas, vous pourrez suivre la famille Devràn et la cité nation dans
une lutte quotidienne pour un lendemain.

[Résumé à venir ]

[ Club Valentine ]
136
199
1351
225
Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
31
89
557
58

Vous aimez lire Daegann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0